[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Près de la porte de la Bibliothèque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

\( *_* )/
avatar
\( *_* )/

Un fou ? Non,
Lavi Tettsui !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 1003
■ Age : 23
■ Caractère : Allumé au grand coeur \o/
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 1178

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ème année

MessageSujet: Près de la porte de la Bibliothèque.   Dim 1 Juil - 22:26

Kana & Lavi


    Je ne sais pas vraiment pourquoi mais en ouvrant les yeux ce matin, j'étais nostalgique. La scène, ma guitare, mon micro, mes fans, toutes ces lumières ... ça ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Habituellement je n'y pensais jamais, ou si c'était le cas il me suffisait de penser à Ryuko et à ce qu'elle avait subit par ma faute pour me calmer.

    Aujourd'hui c'était différent, il fallait que je joue, que ma voix s'envole comme autrefois. Pouvais-je rompre ma promesse et me laisser aller ? De toute évidence non ... Trahir ma soeur me torturerait bien plus. Avec tout cela en tête, j'avais essayé d'aller en cours malgré tout mais ma concentration était minimale. Certainement les professeurs avaient ils remarqué la tristesse que je ressentais puisqu'ils me proposaient tous de quitter le cours. A la pause déjeunée je montais dans ma chambre, j'observais ma guitare assis en tailleur. Jouer ? Ne pas jouer ? Qu'est ce que je devais faire ?

    Je décidais d’aller noyer ma mélancolie sous la douche mais rien n’y faisait, l'eau qui coulait sur mon corps ressemblait à une douce mélodie dont les paroles me venait en tête sans le moindre effort.

    * Le temps passe mais ne s'efface pas
    Toutes ces années je n'ai vécu que pour ça.
    Les larmes qui coulent sur ma peau,
    Sont devenues bien trop lourd fardeau.
    Un être si frêle,
    Peut il devenir plus fort ?
    Mon espoir placé au fond d'elle,
    Je me demande à présent :
    Ais-je eu tord ?
    Dans mes veines coule ce sang,
    Impure, noir, si répugnant.
    La culpabilité me ronge,
    A jamais prisonnier de mes songes. *


    En sortant je mettais un pantalon noir avec une chaine accrochée sur le côté droit et une serviette posée sur la tête pour sécher mes cheveux. De retour dans ma chambre mes yeux se posaient sur ma guitare. Si je ne chantais pas une de mes chansons, ma promesse serait certainement encore sauve. Mes doigts se posaient timidement sur l’objet de mon désir et je me mis à jouer « Creep » de Radiohead, enchainant avec « Lithium », « Smells Like Teen Spirit » de Nivana, « Echo-Ruby », « She Night » d’Indochine et autres titres que j’aimais reprendre lors de mes répétitions d’autrefois. Mon corps devenait plus léger à chaque note, malgré les chansons tristes que je jouais il y avait une immense joie en moi. Depuis maintenant plusieurs années j’avais lutté contre ce besoin oppressant de jouer de la musique. Des années de frustration disparaissaient de mon être. La cloche qui annonçait le retour en cours avait sonné depuis un bon moment déjà mais ça m’était égal. Ce que je voulais c’était jouer à m’en briser les doigts. Lorsque la cloche sonna à nouveau c’était pour annoncer la récréation. Je profiterais cet instant pour partir du lycée en toute discrétion. Enfilant rapidement un t-shirt col v et plaçant mon bandeau autour de mon cou, je déposais ma serviette sur mon lit puis rangeais ma guitare dans son étui.

    La porte de ma chambre s’ouvrit, je filais à toute vitesse vers la bibliothèque avec ma guitare sur le dos. Une fois sur place je cherchais des livres de musique avec des partitions intéressantes à apprendre. Il me fallait du nouveau. Je trouvais 4 livres avec des chansons que j’appréciais tel que « Empty Walls » de Serj Tankian, «It Never Ends », « Blessed With A Curse » de Bring Me The Horizon. Mes livres sous le bras je ressortais de la bibliothèque, posais ma guitare contre le mur en face de la porte et rangeais mes précieux biens dans une poche de l’étui. Où pourrais-je aller à présent ? Les jardins risquaient d’être voyants puis l’extérieur … hmm il fallait revenir après. Je restais accroupi devant ma guitare, plongé au plus profond de mes pensées.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre hyper cool

Un fou ? Non,
Kana Hatsu !


■ Messages : 847
■ Age : 28
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 945

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 3ème

MessageSujet: Re: Près de la porte de la Bibliothèque.   Jeu 5 Juil - 22:35

"Drrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrringggggg ! ", "PAF", Aïeuuuuuuuuuuuuuuuh put*** de bor*** de mer** ! " "Pffffffff" furent les premiers sons qui sortirent de la chambre de Kana. Comme vous aurez pu aisément le remarquer, la demoiselle n'a visiblement pas apprécié le son du réveil, et aura fait en sorte que plus jamais il ne recommence. Oui, c'est son septième réveil depuis qu'elle est au Lycée Tsubasa. Comment ça elle n'est pas du matin ? Elle n'aime juste pas se faire réveiller par ... Un réveil. Normal non ? C'est donc les cheveux emmêlés, les yeux collés, et la trace de l'oreiller sur la joue que la jeune femme file dans les douches. Extrêmement sexy n'est-ce pas ? C'est sûr qu'elle n'aurait jamais rencontré l'homme de sa vie dans ces conditions.

La douche lui parut des plus délicieuse. Elle ne se sentait pas vraiment bien, sans savoir pourquoi. Comme courbaturée, une douleur persistante, qui lui barrait le front, elle avait même l'impression d'avoir de la fièvre. L'eau était tiède, tirant sur le frais. C'était sa mère qui lui avait appris ça. Bon normalement c'est avec un bain que ça se fait, mais là elle n'a qu'une douche à disposition. Elle resta longuement sous le jet d'eau tiède, espérant que sa température corporelle allait baisser. Car il lui apparaissait évident qu'elle était fiévreuse. Mais au bout de dix minutes immobile sous l'eau, elle du bien se rendre à l'évidence que ça ne s'arrangerait pas comme ça.

Elle soupira, avant de se laver, de se rincer et de se sécher, puis de finalement s'habiller. Elle descendit prendre une collation, puis fila vers le gymnase faire son entraînement en Arts Martiaux. Oui, cette fille est tarée. Même malade, elle trouve le moyen d'aller forcer sur ses muscles. Mais ça n'a pas duré longtemps, rassurez-vous. Quand elle senti les vertiges qui commençaient à la prendre, elle se dit qu'elle devrait peut-être faire quelque chose, comme aller s'assoir, prendre un médicament, ou autre. C'est donc une Kana toute titubante qui rentre dans le bâtiment principal. Elle monte les escaliers en chancelant, mais ne peut dépasser le premier étage.

A bout de souffle, elle se laisse glisser le long du mur, espérant que quelqu'un l'aiderait à monter à l'infirmerie ...
Revenir en haut Aller en bas

\( *_* )/
avatar
\( *_* )/

Un fou ? Non,
Lavi Tettsui !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 1003
■ Age : 23
■ Caractère : Allumé au grand coeur \o/
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 1178

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ème année

MessageSujet: Re: Près de la porte de la Bibliothèque.   Mer 11 Juil - 22:38

    Le bruit de quelqu'un s'écroulant sur le sol me sorti de mes songes. Bon sang il fallait vraiment que j’accélère le pas si je voulais m'en aller avant que ça ne sonne et que ma fuite ne soit plus du tout discrète. Je jetais un regard en coin à l'endroit d'où provenait le bruit, apercevant ainsi une jeune fille aux cheveux très clair plutôt mal en point. Elle était vraiment jolie bien que l'on sentait son énorme besoin de voir un médecin. Une certaine grâce se dégageait de cette fille, c'était assez étrange... Elle m'attirait mais avais je vraiment le temps pour la draguer ? Et surtout serait elle réceptive ? Hmm j'hésitais à aller l'aider à monter à l'infirmerie, m'en aller ou encore la draguer mine de rien. Il fallait choisir et vite, sachant que si je ne partais pas maintenant rien ne laissait présager que je pourrais m'en aller plus tard. Une petite réflexion puis je me décidais finalement. Entre une fille parmi tant d'autre et un besoin de musique ENFIN assouvi il n'y avait pas photo. Descendant les escaliers discrètement avec ma guitare sur le dos je commençais à partir. C'était décidé ! J'irai au parc. Là bas je serais certainement reconnu mais avec un peu de chance je trouverai un endroit où me cacher.

    Plus je m'éloignais des escaliers plus mon coeur se serrait. Avais-je à ce point envie de draguer ou bien ...Etais-je devenu plus sensible, me mettant à m'inquiéter pour des inconnues. Bon, c'était à présent d'une logique implacable ... si je ne retournais pas l'aider je m'en voudrais certainement toute ma vie. Après un soupire, une grimace d'agacement, je tournais les talons et rebroussais chemin. Ma bonté me perdra ! Je marchais le plus rapidement possible pour ne pas que l'état de la pauvre fille ne s’aggrave.


    *Avec un sacrifice pareil elle a intérêt de me remercier convenablement et surtout d'être jolie ! Non mais je vous jure ! N'y a-t-il que moi de serviable ici ? Quel lycée de branleurs*

    A cause de ma maladresse je cognais ma guitare dans une pauvre fille à lunette pas franchement belle, voir même moche... n'ayons pas peur des mots. A nouveau je sentais ce regard d'amour se poser sur moi. Oh non ... c'était cette tarée qui me suivait partout ! Je reconnaissais son visage plus qu’approximatif... Pourquoi n'avais je pas couru bordel ! POURQUOI ? Tendant la main, j'aidais la petite moche à se lever.

    Avec le recul je regrette de l'avoir fait parce qu'elle zozotait et que c'était vraiment atroce. Ces gens moches qui n'ont rien pour eux, moi ça me fait mal. Sérieusement ! Que feront ils de leurs vies ? Ce doit être tellement difficile. Enfin bref j'eu droit à un magnifique discours pendant lequel elle cherchait mon regard.


    " Lavi-Sama vous z'etes tellement beau ! Ze n'sais pas comment vous remercier pour votre aide. Demander moi ce que vous voulez z'le ferai ! Promis ! Puis peut être qu'on pourrait sortir ensemble un soir !? "

    Je me grattais l'arrière de la tête, je m'en foutais tellement de ce qu'elle disait c'était dingue. A cet instant je pensais plus à cette pauvre petite que j'avais abandonné.

    Hmm ouais ouais bah on verra. Dis moi t'aurais un truc contre la fièvre et de l'eau ? "

    Ses yeux s'illuminaient de façon plus que flipant. Dieu, qu'avais je fais pour mériter telle punition ?!

    "Oui monsieur Lavi-sama ! Tenez !!!!!!!"

    Je prenais ma trouvaille en la remerciant par un sourire et me mis à courir jusqu'à ma belle princesse. Une fois en haut des escaliers j'étais quelque peu essoufflé mais soulagé de la voir toujours ici. Posant ma guitare, la bouteille et les cachets près d'elle je m’agenouillais avec un genou à terre en souriant. Ma main gauche était posée sur la joue droite de la jeune fille afin de lui relever le visage et la regarder dans les yeux. A me voir comme ça je ressemblais presque à petit agneaux tout mignon qu'on aurait eu envie de câliner. Certes être beau c'est chouette mais avoir une tête de petite bête inoffensive est tellement handicapant ...

    " Est ce que ça va aller Mademoiselle ? Vous n'avez pas l'air bien."

    Et voilà ... Après tout ça je disais quelque chose de stupide. Evidemment qu'elle allait mal ! BAKA !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre hyper cool

Un fou ? Non,
Kana Hatsu !


■ Messages : 847
■ Age : 28
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 945

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 3ème

MessageSujet: Re: Près de la porte de la Bibliothèque.   Ven 13 Juil - 20:01

Kana, elle, ne se pose pas la question de savoir si elle va ou pas avoir la force de se relever pour partir d'ici. A cet instant, elle ne souhaite qu'une seule chose, que la Terre arrête de tanguer comme elle le fait. Non mais vraiment hein ! Elle avait l'impression d'avoir fumé un gros joint, et en plus d'avoir picolé. Réellement, elle ne se sentait vraiment, mais alors vraiment pas bien du tout. Elle qui d'habitude a toujours une peau de pêche, un peu pâle, se retrouve avec les joues rougies par le mal, la souffrance déformant son adorable minois.

Pour l'instant, elle a les yeux fermés. Dans sa tête, elle se dit que si elle ne regarde rien, elle ne vomira pas. Pourtant ça tourne, elle se dit que si en cet instant elle n'est pas en train de virer verte, ça ne saurait tarder. Au fur et à mesure que le temps passe, les sons autour d'elle commencent à s'atténuer. Elle plonge tout doucement vers l'inconscience. Cet état bienheureux où toute douleur s'estompe, pour laisser un sublime sentiment de ... De ne rien ressentir. D'être comme ... Détaché de son corps, du monde réel.

Oui, c'est ce qui lui tend les bras, alors que quelque chose la tire de sa torpeur fiévreuse. Dans un pur accès de masochisme, elle ouvre les yeux. Oui, parce qu'elle sait au fond d'elle qu'elle va rendre le peu qu'elle a avalé au petit déjeuner. Elle sert les dents, tandis qu'elle se concentre à focaliser son regard sur la petite scène qui se déroule non loin d'elle. Un beau jeune homme qui, Dieu soit loué pour lui, elle ne reconnaît pas. L'avait-elle jamais reconnu à vrai dire ? Et une fille, qu'elle n'avait presque jamais croisée non plus. La pauvre n'avait pas été gâtée par la nature. D'ailleurs cette dernière semblait éperdue d'amour pour le jeune homme. Effectivement, il y avait de quoi, même si la vision de Kana était un peu floue. Une chute, il l'aide à se relever, ils discutent, et il s'approche d'elle.

Le contact de la main du jeune homme sur sa joue la fait sursauter, frissonner. Sa peau est brûlante, et la main de l'inconnu paraît froide en comparaison. Elle lâche un léger soupire. Ce n'est pas grand chose, c'est purement psychologique, mais ça lui fait du bien. Elle vit ses lèvres remuer. Elle se concentra pour essayer de comprendre ce qu'il lui disait. Elle n'avait pas l'air d'aller bien ? HAHAHAHA ! Même à moitié mourante, Kana eût la force de sortir son éternelle réplique sarcastique.


-" On ... Peut dire que ... Vous êtes perspicace ... "

Parler lui coûtait de précieux efforts semblait-il. Elle tenta de se redresser, voir même de se relever, mais maintenant qu'elle était à terre, le sol semblait vouloir la garder près de lui, et exercer une attraction démentielle sur elle. Elle soupira, son visage se tordant légèrement dans la douleur que lui procuraient ses maigres mouvements. Un sourire amer étira ses lèvres pincées.

-" Je ... Crois que ... Je vais avoir ... Besoin d'aide ... S'il vous plaît ..."

Et elle plongea de beaux yeux dorés dans celui unique, mais si vert, de cet inconnu qui lui apparaissait de plus en plus comme un ange tombé du ciel. C'est vrai, il arrive à point nommé, et en plus, il est beau à se damner ! Elle n'aurait pas été malade, elle n'aurait peut-être jamais eu l'occasion de lui parler !
Revenir en haut Aller en bas

\( *_* )/
avatar
\( *_* )/

Un fou ? Non,
Lavi Tettsui !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 1003
■ Age : 23
■ Caractère : Allumé au grand coeur \o/
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 1178

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ème année

MessageSujet: Re: Près de la porte de la Bibliothèque.   Dim 15 Juil - 19:45

    Sa joue était bouillante, ses yeux voilés, sa peau si pâle. Je ne savais même pas si elle était capable de me voir et m'entendre tellement elle semblait mal au point. Son visage m'était connu, sans doute était elle dans ma classe ou l'avais je croisé dans un couloir. Tout est possible, même si les cours … on ne peut pas dire que j'y sois souvent. Je réfléchissais à « comment qu'on fait pour soigner une m'amzelle malade ? ». Les médicaments c'était okay, la bouteille d'eau pour les avaler ok, mais après ? Avec un peu de chance je pourrais l'attirer à se reposer dans ma chambre, jouer au bel infirmier sexy et plus si affinité. Je regardais sa bouille palote, hmm j'amais ce que je voyais, si cette fille était assez jolie dans cet état... mon dieu mais qu'est ce que ça devait être lorsqu'elle allait bien ? Oui, je ne la monterais pas à l'infirmerie. Dans ma vie j'ai déjà dut trouver pleins de fausses excuses alors ça devrait aller. Pendant que j'échafaudais mon plan machiavélique je voyais la petite blanchote essayer de me parler.

    «  On... Peut dire que... Vous êtes perspicace...  »

    Et voilà ! Qu'est ce que je disais ! Je passais encore pour un type ridicule alors que j'avais été bien gentil de la faire passer avant ma guitare. On est jamais remercié ici... Ah lala ! Bon bref, je mettais mon ego de côté, ego qui en prenait un coup parce qu'il n'aime pas passer pour un baka /en même temps il avait qu'à pas me choisir/ //BAM//, pour assister ma petite princesse du mieux possible. La pauvre voulait se lever mais sa force semblait avoir disparue. Je retirais ma main de sa joue pour la poser sur son épaule pour éviter qu'elle ne bascule sur le côté. Un sourire malade se dessinait sur son visage avant qu'elle n'ouvre de nouveau la bouche.

    «   Je... Crois que... Je vais avoir... Besoin d'aide... S'il vous plait...  »

    Plongeant son regard dans le mien elle ne pouvait que me faire rougir. Hmm une belle fille qui avait besoin de moi, quoi de plus excitant ? Son état empirait, tant pis pour mon plan, je ne pouvais pas la laisser comme ça. Puis profiter d'une fille malade …. Non mais à quoi je pensais ? Ce n'était pas digne de moi. Je posais mon second genoux sur le sol en sortant cachet de son emballage avec un sourire.

    «  Je vais le couper en deux, vu ton état tu auras du mal à l'avaler sinon. C'est un truc contre la fièvre que j'ai piqué à une fille dans le couloir. Pends le ça te fera du bien. Puis quand il commencera à faire effet je t'amènerais à l'infirmerie. Je pense que si nous y allons maintenant y a des chances pour que tu vomisses... Et voir une jolie fille dans ce genre de situation ça me refroidi pas mal.  »

    Un petit clin d'oeil, mon charme devrait opérer. Prendre soin d'elle, lui montrer qu'on est inquiet de son sort, lui faire un compliment au passage, ça c'est ma technique. Quoi qu'il en soit je devenais vraiment inquiet pour elle. Enfin assez pour oublier mon plan et avoir envie de l'amener vraiment à l'infirmerie. Coupant le cachet avec ma force monumentale //BAM//, je lui déposais dans la main puis ouvrait la bouteille d'eau avant de la poser à côté d'elle.

    « Voilà M'amzelle. Hmm j'ai une idée pour te rafraîchir un peu.  »

    Mes mains se posaient délicatement sur son visage pendant qu'un sourire tendre apparaissait sur le mien.
Revenir en haut Aller en bas




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Près de la porte de la Bibliothèque.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Près de la porte de la Bibliothèque.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sous un échangeur près de la porte d ela chapelle
» Porte étendard orque
» Aucun prisonnier n'a pu s'échapper, d'après le porte-parole de la PNH
» Une bibliothèque virtuelle au service du Droit
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: Bavardages & Co :: Archives :: Corbeille à rp's-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit