[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La cafèt'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Niji Nakagawa !


■ Messages : 7
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : hétéro
■ Popularité : 11

MessageSujet: La cafèt'   Dim 11 Déc - 11:11

Suite à la rencontre étrange que j'avais faite au stade, j'entrepris une ballade autour du lycée pour peaufiner ma visite. Et d'un coup, j'eus envie de me désaltérer quand je posai mon regard sur le panneau "Cafétéria" à l'entrée du bâtiment "A". Un groupe de jeunes sortit en rigolant et ça me fit penser que jamais je n'avais eu cette chance là : d'avoir des amis pour rire afin d'oublier mon histoire passée dont j'espérais avoir tourné la page.
Je regardai les prix marqués sur la porte et je me décidai à rentrer. Une odeur de gaufre se dégagea de la salle qui était spacieuse et claire. Cette odeur.. Un délice. Dans la salle, deux-trois jouaient au billards, d'autres au poker et une jeune fille aux cheveux rouges était installée sur une table, seule.
Je m'accoudai au bar et commandai une boisson fraîche, j'en avais bien besoin.. Une bouffée de chaleur m’envahis quand j'eus regardé encore une fois autour de moi. Je sentis comme un malaise étrange. Mes yeux croisèrent un regard profond flamboyant. Dans ses yeux, il y avait tellement de tristesse, de solitude. Une vision en noir et blanc m'apparut alors subitement. Je revis ma mère me dire "Je vous aime" , le visage complètement meurtri. Des cris, des pleurs, et plus rien. Mon visage s'écarquilla d'horreur, je revis soudainement le visage horrifié de ma sœur cadette dans l'escalier pétrifiée par la peur. C'est alors que la connexion se fit, le visage de ma sœur était en fait celui que je venais de croiser. Ma sœur. Des larmes jaïssèrent de mes yeux. Je ne pouvais plus m’arrêter. Cette fille était elle vraiment celle que j'espérais revoir ?
Oubliant alors la boisson que je venais de commander, je passai à côté de la jeune fille qui commençait à manger sa crêpe chantilly. Jusqu'au dernier moment, j'hésitai pour finalement passer à côté. Mais sur le coup de la précipitation, mon sac percuta le bras de la jeune fille au regard de braise. Celle ci se retrouva alors le nez dans sa crêpe chantilly. Je souris en repensant à ma sœur qui m'avait un jour mis la tête dans la chantilly. Mais je ne sais pas pourquoi, je ne me retournai même pas et accéléra le pas.


Dernière édition par Niji Nakagawa le Sam 17 Mar - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Mini dieu/déesse

Un fou ? Non,
Emi Nakagawa !


■ Messages : 213
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 235

Feuille de personnage
■ Année d'étude :

MessageSujet: Re: La cafèt'   Dim 11 Déc - 12:04

Je ne sais pas exactement comment je me suis retrouvée là. Assise sur une chaise. Le regard vide. Je buvais mon soda. Point barre. Mes jambes m'avaient menées là, c'est tout.
Je me rendis compte que ma vie n'avait plus aucun sens. Dénuée de tout bonheur.
Je regardai autour de moi les gens qui jouaient au billard et au poker. Avaient ils des parents ? Je leur souhaite.
Peut être n'avais-je besoin que d'un peu de réconfort, de lien familiaux pour "aller mieux". Je repensai à ma famille, perdue il y a bien longtemps. On avait toujours été une famille heureuse, normale, sans souci apparent jusqu'à ce matin d'été. J'essayai d'évacuer cette pensée négative qui s'emparait encore une fois de mes pensées. Mais rien n'y faisait. Une larme coula sur ma joue, mais je la repoussa très vite de la main. Si seulement j'avais fait quelque chose. Est-ce que j'aurais été tuée si j'avais réagi ? Je crois que je porterai ce poids toute ma vie. Je crois que j'aurais pu sauver mes parents et retenir ma sœur aînée. Était elle en vie ? Allait elle bien ? Pendant toutes ces années c'était les même questions. Et je crois que ça ne s’arrêtera jamais.
En pleine réflexion, je ne faisait pas vraiment attention à la porte qui s'ouvrit. Un courant d'air froid entra dans la salle. Un frisson me parcourut jusque dans le bas du dos. Le froid se saisit alors de mon corps.
C'est là que je levai soudain les yeux, une jeune fille blonde avait franchi l'entrée, assez sure d'elle. Je l'observai fixement. Bizarrement je sentais que quelque chose émanait de cette fille. C'est surement qu'une impression de déjà vu. Je secouai la tête pour m’arrêter de la regarder fixement. Et je me concentrai sur la crêpe qu'on venait de me servir. J'avais vraiment commander ça ? Je suis vraiment à l'ouest parfois.. Je levai la tête comme un aimant vers la blondinette accoudée maintenant au bar. Elle avait commandé une boisson fraîche. Brrr. J'en frémissait. Son regard s'accrocha subitement au mien. Et j'eus un pressentiment bizarre, j'avais déjà vu ce regard. Enfin c'était surement qu'une impression.. Mais des larmes saisirent la jeune fille qui tout à coup fut déboussolée, comme absente. Je baissai ma tête de honte. C'était moi qui avait fait pleurer cette fille ? Il ne me manquait plus que ça. Je fais pleurer des gens maintenant ! Elle se leva brutalement laissant derrière elle la boisson encore pleine sur le bar. Ensuite, ce fut assez étrange. Un regard rapide, un sac me déstabilisant violemment, et .. Ma tête dans la chantilly. C'est une blague ?
Je relevai la tête lentement et essayais de m'essuyer avec une serviette le plus vite possible. Je me retournai. La fille n'avait même pas pris la peine de s'excuser ou de ralentir pour voir l'étendue des dégâts. Sans pouvoir me contrôler vraiment, je me levai laissant tout derrière moi et fonçai vers la fille, ne sachant pas vraiment ce que je faisais. Je la suivis jusqu'à être dehors puis la rattrapa en m'écriant :
"Eh ! Eh !! Woho ! "
Je mis ma main sur son épaule et la força à s'arrêter. Son visage était trempé de larmes chaudes. Qu'est-ce qui l'avait tant perturbée ? Je devais savoir si cela était de ma faute. En temps normal je me serais passé d'explication et je l'aurais laissée partir. Mais là c'était différent, je me sentais coupable sans savoir pourquoi. De plus, elle m'avait quand même balancé dans la chantilly, ça méritait des excuses non ? Remarque, je crois que je suis très mal placée pour recevoir des excuses de qui que ce soit. Je n'ai rien fait dans ma vie pour le mériter. Je la regardai longuement sans savoir par quoi commencer, quoi dire pour la consoler ou même pour lui faire savoir que j'étais mécontente. Je devais pas faire très crédible avec le reste de la chantilly sur le visage mais bon, je lançai sans lui laisser la peine de réagir :
"Oh ! Je.. Je t'ai vue pleurer en me voyant et euhm.. Je me demandais si...."
Je m’arrêtai soudainement en plein milieu de ma phrase. En fait, j'avais enfin récupérer le contrôle de mon corps. J'étais redevenue moi même, enfin on va dire ça comme ça.
Pour rattraper mes bêtises, je dis rapidement en faisant une tête blasée et étant en colère contre moi même :
"Laisse tomber, je n'étais plus moi même. Je disais n'importe quoi."
Je tournai les talons et marchai rapidement afin de rentrer dans le bâtiment. Je me dirigeai vers les toilettes les plus proches et m'aspergeai d'eau fraîche pour reprendre mes esprits et me rincer de la chantilly et sortis des toilettes, le visage dégoulinant.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Niji Nakagawa !


■ Messages : 7
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : hétéro
■ Popularité : 11

MessageSujet: Re: La cafèt'   Ven 23 Déc - 12:56

Je sentis qu'elle me suivait … Je l'entendis m'appeler :

"Eh ! Eh !! Woho ! "

Une main se posa sur mon épaule, je me retournai alors mon visage trempé de larmes qui me brûlaient la peau … J'avais tellement honte de moi à ce moment là que je baissai les yeux.
La jeune fille me lança :

"Oh ! Je.. Je t'ai vue pleurer en me voyant et euhm.. Je me demandais si...."

C'est ce moment là que je choisis pour lever la tête … j'observai ce visage si doux, si avenant qui me rappelait mon enfance … sans savoir expliquer ni comment ni pourquoi ce visage je l'avais déjà vu, il n'y avait aucun doute. Je souris intérieurement en voyant la jeune fille me parler, bafouiller le visage couvert de chantilly. Quelques secondes passèrent sans qu'aucune de nous deux troubla le silence, je la dévisageai … on m'a toujours dit que c'est affreusement mal poli mais je ne pus détacher mes yeux de ceux de braise qui me semblaient si familiers.

"Laisse tomber, je n'étais plus moi même. Je disais n'importe quoi."
, me dit-elle.

C'est alors que ces deux minutes qui furent pour moi comme deux heures s'arrêtèrent brutalement, elle tourna les talons et je me sentis en danger, seule, en un mot : vulnérable. Mes yeux s'écarquillèrent, après une vingtaine de secondes je commençai à courir vers là où cette fille était partie. A bout de souffle je traversai le couloir du bâtiment et m'arrêta tout au bout.
Je tournai la tête dans tous les sens, la cloche se mit à sonner... une foule remplie l'immense halle, pour moi cette sonnerie sonnait tel un renouveau, une seconde chance, je repensai à la lettre que j'avais reçu et qui parlait de cette nouvelle vie, la chance de ma vie de renouer avec le passé et si quelqu'un m'espionnait et savait exactement tout de moi ? Non non je délirai c'était impossible, tout ceux que j'avais côtoyé depuis la mort de mes parents ne voulaient pas que je retrouve mon ancienne vie, … quelques secondes après mon cerveau fit la connexion : bien sur !!!! DEPUIS LA MORT DE MES PARENTS, donc … il devait y avoir quelqu'un qui me connaissait et que je connaissais qui savait toute l'histoire et qui essayait de me faire revenir ce vers quoi j'ai toujours voulu revenir !!! Mon corps se posa sur le mur froid, je frissonnai du contraste de ma peau brûlante avec ce mur gelé, je fermai les yeux et posa ma tête … je restai ainsi une minute, une seule suffit à me faire prendre conscience des événements de cette journée, j'ouvris les yeux, croisai un magnifique regard or d'un jeune homme qui me sourit et je me rendis compte que cette école était la chance pour moi de créer des liens puissants … de me créer une nouvelle famille.
J'entendis des pas mal assurés dans le hall et je tournai la tête, me relevai et tentai un " Emi ? ", des larmes tombèrent de mes yeux qui avaient retrouvés leur pétillant, ces larmes étaient des larmes de joie, parallèlement les pas se stoppèrent, la jeune fille à la sublime chevelure rouge s'arrêta, elle savait que c'était pour elle … j'en étais persuadée, je dis alors d'un ton plus ferme et assuré : "Emi ?! C'est moi Niji !", et là un regain d'espoir et d'appréhension à la fois me traversa le corps...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Mini dieu/déesse

Un fou ? Non,
Emi Nakagawa !


■ Messages : 213
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 235

Feuille de personnage
■ Année d'étude :

MessageSujet: Re: La cafèt'   Dim 1 Jan - 19:39

Les gouttes d'eau qui inondaient mon visage tombaient une à une sur le sol. La fraîcheur m'avait fait du bien et m'avait surtout remis les idées en place. Franchement, à quoi je pensais en interpellant cette fille et en l'harcelant de cette façon ? Moi qui voulait me faire petite et discrète..
Je repartais en direction de la cafétéria pour retourner manger ma crêpe et me remettre de mes émotions. C'est alors que la cloche retentit. Tout d'un coup le hall fut plein à craquer d'étudiants qui changeaient de salle ou sortais tout simplement de cours. Ils arrivaient à toute vitesse, ce pourquoi je fis bousculée.
A peine relevée, j'essayai de me diriger vers la cafétéria du mieux que je pouvais. Je titubais bizarrement. Et tout à coup j'entendis une voix timide dans ma tête. Enfin je crois que c'était ça.
" Emi ? " disait-elle.
Je voulais ne pas y faire attention mais j'eus un pressentiment alors je m'arrêtais et je compris que ce n'était pas dans ma tête. Une fille m’appelait. Comment connaissait-elle mon prénom ? Est-ce que je la connaissais ? En tout cas c'est moi que l'on appelait et je restait figée, comme paralysée. Mes yeux étaient écarquillés, ma bouche entrouverte, je savais sans le savoir que c'était quelqu'un d'important. Mes jambes tremblaient, je n'avais plus aucunes certitudes. Je ne savais plus qui j'étais. Mais je savais que la page que j'avais tourné se relevait et que mon passé revenait au galop.Mon coeur battait à la chamade et je m'attendais à toutes les éventualités possibles.
J'entendis des pleurs et des reniflements. Quelqu'un pleurait. Et même si je ne connaissais pas sa voix, je connaissais ces pleurs. C'était la fille de tout à l'heure. Je voulais me retourner pour lui dire de s'en aller et de me laisser mais j'étais toujours incapable de bouger. Après un long silence et une grande respiration de sa part, la fille lança :"Emi ?! C'est moi Niji !"
Là, ce fut pour moi le coup de grâce. Comme si tout s’abattait autour de moi. Entendre ce prénom me fit frissonner, je ne pus m'empêcher de pleurer sans m'en rendre compte. Les larmes jaillirent, jaillirent à ne plus en finir comme une chute d'eau. Je ne pouvais m'arrêter. Mon corps prenait le dessus. Je ne pouvais absolument rien faire et ma force me lâcha subitement. Je tombai alors sur les genoux et ma tête se mit sur le sol. J’éclatai en sanglots.
Niji est morte. Niji n'est plus de ce monde. Elle n'est plus là. Elle m'a laissé toute seule. Elle m'a laissé.. Elle est partie. Comment cette fille pouvait me parler de ma grande sœur jumelle, celle que j'ai tant chéri et aimé ? Celle avec qui je me sentais en sécurité. Celle qui me comprenait. Qui me protégeais. Elle m'avait promis. Elle m'avait promis de rester à tout jamais à mes côtés et de me protéger quoi qu'il arrive. Tous mes souvenirs que j'avais enfouit dans mon esprit défilaient dans ma tête, ressortirent après avoir entendu ce prénom. Tout d'un coup je me sentais faible, sans défense, comme si je redevenais la petite fille que j'étais lorsque j'ai vu mes parents et ma sœur se faire assassiner. En fait c'est comme si ma bulle de protection que j'avais soigneusement conçue pendant toutes ses années se perçait et mon assurance ainsi que ma force de continuer à vivre sans eux me laissa.
Mes larmes coulaient toujours à flots. Je n'avais jamais pleuré comme ça depuis ce jour maudit..
Je me recroquevillais sur moi même me sentant sans défense.
Puis je me mis à hurler : "Niji est morte ! Niji n'est plus là !"
Ma voix dérailla, je me mis à trembler. Puis je me remis sur les genoux subitement en tremblant, toujours dos à cette fille pour m'adresser à ma sœur qui était là haut avec une voix grelottante :
"Pourquoi ? Pourquoi tu m'as laissé sans protection ?! Pourquoi tu m'as abandonné ! Tu m'avais promis ! "
Ensuite, je m'écrasai par terre pour ajouter dans un soupir :
" Pourquoi, pourquoi t'as fait ça ? .."
D'ailleurs.. Qui était cette fille qui se prenait pour ma sœur ? Je ne me posais même pas la question. En 3 mots, elle m'avait détruit, écrasée. Finalement, il ne suffisait que d'un nom pour trouver ma plus grande faiblesse. La perte de ma sœur. La deuxième partie de moi qui faisait ce que j'étais.
C'était peut être celle qui m'avait envoyé la lettre ? Mais je ne la connaissais pas. Étrange. Peut être un imposteur ? Je n'en savais rien et je ne pouvais pas me concentrer pour penser à quoi que ce soit. J'étais déjà partie dans mon ancien cauchemard que je voulais oublier, le manque de ma sœur.Niji.
Revenir en haut Aller en bas




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: La cafèt'   

Revenir en haut Aller en bas
 

La cafèt'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: Bavardages & Co :: Archives :: Corbeille à rp's-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit