[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marché de Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Marché de Noël   Sam 21 Avr - 13:45

La nuit fût éprouvante. C'était la raison pour cela que je n'avais pas dormis. Cette raison qui m'avait poussée jusqu'à la nuit blanche était sans conteste... Sû ? Je ne sais pas. J'étais rentrée dans ma chambre, sans bruit.

Mon fusil poser sur ma tête d'oreiller, j'allais me blottir contre ma couette avant de boire un grand coup à la salle de bain. Apparemment, les étudiants de la chambre voisine avaient encore daigner faire la fête toute la nuit, il ne pouvait s'empêcher de faire du bruit, assez fort pour que cela face résonner les mur de mon quartier.

Bah... Je m'en fichais, je n'allais pas, comme toutes les nuits, les menacés avec des grenades. Cette fois-ci... je n'avais pas sommeil. Le réveil comme la plupart me concernant ne fût pas si difficile. Je m'étais lever, le torse nu, de ma couette.

Facile à déduire que je n'avais pas somnoler. Tout en me dirigeant au lavabo, j'engageai le rituel habituel de la toilette. Les dents brossées, le visage laver et les cheveux peigner j'étais prêt. Aujourd'hui, je n'avais pas à délibérer sur mon choix vestimentaire, je me munis d'un T-Shirt noir serrer à ma peau vadrouillant sur mes hanches ainsi qu'un pantalon de style grunge, déchirer, orner de ma chaîne grise à son habitude.

L'arme que j'avais choisis de mettre à mon épaule n'était qu'un simple FlashBall, rien de gros. Sans mot, je traversais les couloir, chewing-gum en bouche. Je pouvais voir le visage des élèves ce plisser lorsqu'il croisèrent ma route où changèrent de corridor, quitte à ne pas aller en cours.

La sonnerie avait retentit, et je gravissais toujours les escaliers, cernes aux yeux. Enfin, je gagnais ma salle de classe. Aussi étrange que cela fût, je n'avais pas défoncer la porte du pied, ce qui étonna ce putain de prof. Non, j'avais toquer. Eux qui était en pleine rédaction sur l'ancienne guerre entre la Chine et l’Amérique débitait des arguments sur Nagazaki et Hiroshima...

La mine blafarde et commotionnée, il me zieuta jusqu'à ma place ou je m'assis toujours aussi muet. Un silence régnait dans la salle de classe. Tout en continuant, perplexe, il crayonnait ses stupides schémas au tableau. C'est ainsi que la journée passa...

La douce mélodie que je tardais à attendre annonçant la fin des cours de la journée retentit. Le cours de maths avait été agité pour aujourd'hui. Certain avaient daignés pensés que j'étais malade, d'autre que j'avais appris une mauvaise nouvelle... Boarf, je m'en fichais de leur opinion. Tout en bousculant les élèves dans les couloirs ne m'attardant pas à les regarder, j'ouvris la porte de ma chambre et jeta un coup d'oeil à ma montre : 17h56.

Bien sûr, je n'avais pas oublier le rendez-vous que j'avais donné à Sû. Aussi, était-ce cela qui avait déteint sur mon visage ? Je ne sais pas. Tout en me déshabillant, je filais à la douche. L'eau déferlait sur moi tandis que j'y restais pendant de longue heures...

Une fois sortit, je glissais une serviette à ma taille déverrouillant la porte de ma salle de bain. Lorsque je fis de nouveau mon entrée dans ma chambre, je pouvais apercevoir mon colocataire, Raito en pleine scène... bref, il était avec une fille là et... Enfin, ils étaient sur le point de passer à l'acte, peut-être n'avait-il pas penser que j'étais là. En tout cas à ma vue, ils firent tout pour que je ne l'est vois pas eux deux, cacher sous sa couette.

- Tu... Tu sors ? Commençait-il d'une voix tremblante.

Je regardais sa copine qui me regardait à son tour, gêner. Sans aucun sentiment particulier je gagnais ma place près de mon lit, indifférent.

- Ouais.
- Ah... Heu tu sais on savait pas que tu étais là...
- C'pas-grave. Par contre il va falloir que j'me fringue alors à moins que t'as copine sous obnubiler par mon corps au point de jouer les salopes au plan à trois, vous dégagez d'ici.
- Hé ! Mais là on est... enfin, voilà quoi...
- J'en ai rien à foutre, à poil ou pas vous jar'ter d'ma chambre.

Sur ces mots, je pris les deux amoureux par les aisselles alors après avoir enfiler un caleçon sous ma serviette. Tout en les tirant de leurs corps nus dehors j'ouvris brusquement la porte et balançaient dans le couloir avec ladite couette.

Il pouvait les entendre frappés à la porte mais je m'en foutais, après tout là couverture servirait à la cachés. Quoiqu'il en soit je n'avais aucun remords d'avoir fait ça. J'enfilais un froc blanc à la façon Street Wear ainsi qu'un sweet à manche longue, gris, que je retroussais. Mon bracelet orner de pique et ma montre ajustées à mon poignet je me chaussais d'une paire de basket neuve tout en endossant un gilet chaud, oui, dehors il nageait. Une écharpe rouge autour du coup je regardait l'heure : 20h35.

Mon rendez-vous était aux environs de 21heures... J'allais devoir me dépêcher. Je dévalais les couloirs en trombe, les heures passaient et enfin je me retrouvais au marché de noël. Adosser contre l'échoppe d'un restaurant à nouille, je faisais mine de dévisager chaque passants de l'allée... Enfin, je crûs apercevoir une silhouette assez bien distinguée des autres baladant une liasse de cheveux bleus cristal en avant, un petit sourire en coin ce dessinait sur mon visage, les joues rosies quand je m'approchais d'elle.

- Hm... Je ne pensais pas que tu viendrais.


HRP - Flemme d'me corriger... Désolé pour les fautes ._.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Marché de Noël   Sam 21 Avr - 16:24

J'étais rentrée de mon entraînement de basket, dans ma chambre il n'y avait personne, je n'avais toujours pas de colocataire. L'un des deux lits étaient fait, quand je le regardais je ne pouvais m'empêcher de soupirer. J'en ai scouaté des chambres d'internats, avec d'autres filles, toutes plus chiantes et inintéressantes les unes que les autres. À chacun de mes départs j'étais heureuse de les quitter, mais tout de même j'avais appris à dormir dans la même pièce que quelqu'un. Là, je me retrouvais seule, et je me sentais comme... délaissée. Et c'est avec la plus grande fatigue je regagnai ma douche pour me doucher, et autre toilette du matin. Je ne me sentais pas très bien, non je n'étais pas malade mais quelque chose restait en travers. J'en étais si déstabilisée que j'en avais même oublié de me préparer correctement.

C'était sans maquillage, avec de belles cernes et une allure désemparée que je piétinais les couloirs du lycée pour rejoindre la classe d'arts. C'était mon premier cours j'en avais profité pour me caser au fond de la classe sans un mot pour me coucher sur la table tranquillement et finir par m'endormir... quelques minutes seulement, car le professeur était venu me taper sur la tête avec un gros cahier. Je me relevai et le fusillai du regard tout en écoutant les messe-basses des autres élèves. Certains me plaignaient, d'autres en faisaient abstraction et en profitaient même pour parler entre-eux, et une personne avait lancé haut et fort que j'étais « conne ». C'était clairement pas le moment de me faire chier j'voulais juste dormir et qu'on me foute la paix. Je me levai, pris le cahier qui avait servit sur ma tête violemment. Le prof surpris ne broncha pas, il se recula même, et l'autre bouffon qui m'avait traitée de conne conservait son sourire malsain mélangé à de la fierté. Il l'oublia vite sa fierté : j'avais pris entre mes deux mains le cahier et l'avais soulevé au-dessus de ma tête pour finalement atterrir violemment sur la tête du connard. Un énorme bruit retentit. J'avais repris ma place sans m'asseoir, juste en redonnant l'air de rien au prof le livre et pliai mes affaires pour prendre la porte et finir ma journée dans mon pieux.

J'avais dormi toute la journée, sans me préoccuper de quoique ce soit. Je m'étais enfin réveillée, il était désormais 2ohoo. Il faisait déjà nuit, la chambre était plongée dans le noir je pouvais néanmoins distinguer les choses dans cette obscurité. Je me levai et par la même occasion fis tomber quelque chose de ma poche. Je me penchai pour la prendre et allumai la lumière pour mieux distinguer ce papier. Quand je vis un numéro de téléphone qu'ainsi d'une rue je me souvins de ce qu'il s'était passé ce matin. Autant l'avouer j'étais bien départagée, d'un côté je voulais rester tranquilou dans mon lit mais d'un autre je voulais le revoir. Lui, Kenshiro, le soit-disant crétin fini qui finalement n'avait plus la même signification à mes yeux.

Durant près d'une bonne heure j'étais départagée, je restai là assise sur le rebord de mon lit à fixer l'emballage du carambar. Après m'être rendue compte que je n'avais rien fait de ma journée je me décidai de partir à sa rencontre. Je me levai, repris une douche, me rechangeai. Cette fois-ci j'avais pris un slim noir évitant tout risque de tomber malade et l'un de mes plus beaux hauts de ma garde-de-robe recouvert d'un blazer dont j'avais remonté les manche au niveau de mes coudes pour donner une touche d'élégance. Je m'étais maquillée avec la plus grande finesse que possible. C'était seulement après m'être regardée dans un miroir que je me suis demandée si j'en avais pas fait un peu trop, ce n'était qu'un garçon que je ne connaissais que depuis l'aube, de plus je ne pensais pas que ce soit un rencard... Mais tant pis, il était déjà 21h passées et j'avais rendez-vous assez loin du lycée pour m'empêcher de me rhabiller.

Kenshiro m'avait donnée une adresse, elle menait à un restaurant non loin du marché de noël. C'était pas trop mon truc les marchés de noël, enfin je dis ça... c'est juste que j'en avais jamais eu l'occasion d'en parcourir un la nuit avec quelqu'un. Je regardais un peu de partout autour de moi quand je distinguai une silhouette assez imposante adossée contre un mur avec des cheveux blonds et ébouriffés. Ça ne pouvait qu'être Kenshiro. Je m'approchai de lui tout en regardant un peu aux alentours.


- Hm... Je ne pensais pas que tu viendrais.

Bah à vrai dire moi non plus. J'étais bien partie pour rester dans mon pieux à faire le tour du cadran sans y bouger. Je lui souris timidement je dois dire et lui répondis simplement :

« Bah... J'suis là. »


J'savais pas trop quoi dire. Et j'voyais bien que le silence se faisait insistant. Il faut dire, que par une chose bien inexplicable, mon cœur battait plus vite que d'habitude quand je croisais son regard. Pourquoi ? C'était tout simplement impossible. Mais si ! J'rougissais même.


[HRP : Bah c'est pas grave ^^ tu fais pas tant de fautes que ça, d'ailleurs moi aussi j'en fais xx\" ]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Marché de Noël   Sam 21 Avr - 17:31

« Bah... J'suis là. »

Muets... Voilà ce que l'on étaient. Incapables d'émettre un infime son, nous restâmes là, tout deux au centre de la foule abondante de citoyens... Que m'avait-il prit de l'inviter à sortir ? Je n'avais rien prévu si ce ne serait qu'un stupide dîner... J'allais devoir improviser, et puis bon. Jusqu'ici je n'avais jamais inviter quelqu'un à sortir, je me baladais seul, alors avec une fille ? Les seules lettres qui trônaient à mon esprit était le W, le T et le F... What The Fuck ? Bah... C'était pas plus mal.

Mais vous avais-je dit à quel point elle était sublime ? On aurait dit un ange. Je ne rigole pas, c'était l'ange et j'étais le démon... Était-ce le phare à paupière qui rendait ce yeux si pétillants, ou alors le mascara qui ressortait parfaitement avec son slim ? Je ne sais pas.

Cette expression dans les mangas que je voyais de temps en temps à la télé où le personnage était représenté avec des traits rouges sur son visages pour démontrer qu'il rougissait je ressentais la même chose. Incapable de la regarder dans les yeux je détournais la tête faisant mine de m'en battre les couilles éperdument. J'avais envie de la complimenté sur sa beauté mais rien... Aucun son ne sortait... D'une voix enroué, j'avais réussis à sortir quelques mots qui ne m'avait pas plus satisfaits que cela.

- Tu... tu es radieuse.

Ah bah si en fait j'avais réussis, toutefois, c'était au détriment de mon honneur de racaille... Raah fait chier. T'façon, parfois il fallait savoir laisser sa dignité de côté. C'était qui le con qui avait dit ça déjà ? Bref, je jetais un coup d'oeil derrière moi pour désigner le restaurant sur place puis lui proposais :

- Tu as faim ? Je pari que tu n'arriveras pas à tenir le menu XL... Héhé.

Un défi ? Je venais de lui lancer un défi ? Dis j'te jure o_O Quel genre de mec lance un challenge à une fille qu'il invitait à sortir ? Bah moi...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Marché de Noël   Sam 21 Avr - 18:21

La brise de la soirée venait caresser mes joues pendant que le silence se faisait roi, jusqu'à ce qu'il le brise :

- Tu... tu es radieuse.

J'étais déjà rouge mais quand ces mots vinrent percuter mon cerveau je n'étais plus rouge d'embarras mais rouge comme une tomate. La vache, pourquoi j'rougissais à ce point quand il m'avait prononcé ces trois petits mots ? Il en y avait eu des hommes qui m'ont sortis de pareilles phrases, j'veux pas dire mais j'y étais habituée. Alors pourquoi là je ne réagissais pas de la même sorte ? J'regardais à mon tour sa tenue, il était habillé simplement mais c'en était pas moins viril et bien plus élégant que ce matin. Pour lui faire remarquer je répondis tout en regardant son torse pour essayer de percevoir une quelconque arme sur lui :

« T'es pas mal aussi. »

Je constatai qu'il ne possédait rien, ou du moins rien de visible et de trop gros. Quelque part j'étais soulagée. Enfin, je n'étais pas en toute confiance non plus, pour être sûre de ce que je supposais je voulais lui demander directement mais il prit la parole en premier :

- Tu as faim ? Je pari que tu n'arriveras pas à tenir le menu XL... Héhé.

Nya ? Euh j'suis pas sûre d'avoir tout suivi là... M'enfin bon j'avais faim, et apparemment lui aussi. Et puis, quelque part en moi je préférais qu'il m'invite à manger plutôt qu'à faire un tour au marché de noël. Mais c'est que j'avais vraiment une dent contre le marché de noël ou quoi ? Pas le temps de réfléchir à ça. Par une exclamation des plus inattendue de ma part je lui déclarai :

« Ah bah c'est ce qu'on va voir ! Ne me sous-estime pas j'ai déjà marqué un panier ! »

??? Mais c'était quoi mon problème ? C'est moi où je venais de relever le défi ? Mais c'est qu'il allait me prendre pour une garçon manquée !! Faut qu'fasse quelque chose là ! Je le voyais prendre la porte et l'ouvrir pour finalement me laisser entrer à l'intérieur en première. Je m'avançai et m'arrêtai devant lui et me penchai sur la pointe de mes pieds pour lui chuchoter :

« Celui qui perd aura un gage. En ce qui me concerne j'ai déjà mon gage pour toi. »

C'te mythomane ! J'm'enfonçais carrément là ! En plus de relever le défi je lui annonçais qu'on aurait un gage ? Mais qu'est-ce qui tournait pas rond chez moi ? Mon cerveau c'est certain... Je venais vraiment de dire qu'il y aura un gage en jeu ? Ouais... et comme une stupide fille je l'avais dit sachant pertinemment qu'il allait me gagner à plat de couture. Ma fois bon. Ce serait pas plus mal vu que je n'avait aucune idée, mais alors aucune idée, de gage à lui donner.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Marché de Noël   Sam 21 Avr - 19:58

Quoi ? Tu me demandes si je connais le mot galanterie ? Haha, tu me connais mal petit ! Ca n'fait pas partit d'mon vocabulaire ! Ya~Ha... Comment ça si c'était le cas je ne lui aurais pas ouvert la porte ? Merde... T'as raison...

La main crispée sur la poignet dorée du restaurant, j’entrouvrais la porte. Une douce odeur de jasmin s'en dégagea, c'était un de ces échoppes asiatiques ou l'on pouvait ce servir à volonté... Oui, mon ventre gargouillait de faim, cependant je n'allais pas me comporter comme un morfal pour autant. Je fis signe à Sû de passer devant. Tout en s’exécutant, elle ce stoppa à ma hauteur, gracieusement, dans le but de me chuchoter quelque chose à l'oreille.

« Celui qui perd aura un gage. En ce qui me concerne j'ai déjà mon gage pour toi. »

Ahwaii ? C'est à ça qu'elle voulait jouer ? D'accord, pas de soucis. Je faisais mine de l'ignorer, la laissant entrée. Tout au long de notre trajet à travers les lieux, je cogitais avec une tête des plus suspects, cette figure là --> e_ê.

Vous savez cette affreux ressentiment de doute. Si jamais je gagnais, j'allais devoir lui octroyer un gage, mais lequel ? J'étais fort pour soumettre les autres en tant que larbins mais de là à trouver des gages ? On jouait à quoi là ? Action ou Vérité ? Haha, ce serait pas mal...

Lorsque nous passâmes devant un duo de filles tranquillement en train de souper j'avais pu constater qu'elles avaient chuchoter doucement entre elles "Oh... qu'ils sont mignons." Bon d'accord, je ne vais pas nier le fait que sur le coup j'avais rougis, d'ailleurs je ne savais pas ce qu'il me prenait, aucune femmes... Okay je raconte des conneries, il y avait bien eût Veronica à qui je ne cessais de penser... peut-être m'avait-elle oublier... Bref ! Mis à part elle je n'est jamais vraiment été attirer, je ne vois pas pourquoi je devrais l'être avec... Sû ? Qu'avait-elle de plus que les autres... Je ne pouvais m'empêcher de m'imaginer les pires de scénario, jusqu'à la réception.

- Vous désirez ? Se présenta le chef avec un ton piquée et une petite voix qui insistait sur les voyelles.
- Une table pour deux s'il vous plaît.
- Vos menus ?
- Deux menus double XL. Cette phrase, je l'avais balancée en jetant un coup d'oeil rapide vers Sû, elle aussi avait compris.
- Très bien, veuillez me suivre.

Aux basques du serveur nous restâmes. Une fois à destination, logés sur une table à part ou les plats et chaises étaient déjà disposés, il nous priait de nous mettre à notre aise avant de souhaiter bon appétit. J'avais prit soin de tirer la chaise à Sû tout en l'aidant à retirer sa veste... Attend voir... Je viens d'être plus que galant là ! C'est quoi ces attitudes de gentleman... Wouah je sais plus ce que je fais... Tout en gagnant ma place je posais un coude sur la table, zieutant sur les deux assiette remplies à ras bord de toute sorte de nourriture... Il fallait que je trouve un gage, elle, avait déjà le siens, je me demandais ce que cela pouvait bien être. Je ne passais pas tout de suite à table, je préférais lui poser une question qui me titillait.

- Tu n'as pas l'air d'aimer noël dis-moi... Ce n'est pas que j'en suis un grand amateur non plus, les fêtes comme cela ne me branche pas. Mais qu'est-ce que tu as contre au final ? Ça ce voit dans tes yeux qu'il y a quelque chose que tu n’apprécie pas.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Marché de Noël   Sam 21 Avr - 21:23

Nous entrâmes à l'intérieur du bâtiment en silence. Le bruit des serveurs, des bavardages et autres s'entre-mêlaient et donnaient une atmosphère détendue. Je pouvais même entendre les conversations des autres clients, j'en faisais abstraction jusqu'au moment où un petit murmure à proximité de nous vint à mes oreilles : "Oh... qu'ils sont mignons.". Du coin de l’œil je regardai d'où provenait cette phrase. Je me retournai légèrement vers Kenshiro voir s'il en avait entendu autant que moi. Franchement je ne savais pas trop quoi dire. Il était clair qu'on ne sortait pas ensemble déjà rien qu'à en juger au défi qu'il m'avait lancée. Mais je dois avouer que quand cette phrase chuchotée avec une arrière pensé sans égal je n'ai pu m'empêcher de m'imaginer avec lui. En y repensant il ne devait pas être si crétin fini que ça, je le trouvais même attirant. Euh... mais c'est que j'ai bu ou quoi ?

Je secouai discrètement ma tête pour tenter de me chasser ces pensés, j'ai été aidé par un employé du restaurent qui nous demandait ce qu'on désirait. Honnêtement c'était qu'au moment où Kenshiro avait prononcé le « Une table pour deux » que je me rendis compte qu'on était bel et bien en train de sortir en ville ensemble, rien que lui et moi. La petite phrase chuchotée précédemment résonnait dans ma tête et mes pensés revenaient. J'étais comme dans un autre monde jusqu'à ce qu'il nous demande ce qu'on souhaitait dîner.

- Deux menus double XL.

Je le regardais dans les yeux, lui aussi, et comme par enchantement aucune parole n'avait été exprimée qu'on s'était compris. Et je me souvins de ce que je lui avais dit, quelle stupide fille j'étais. Pourquoi est-ce que je lui avais dit ça, hein ? De plus il devait sûrement se préparer à un gage des plus... tyranniques qui soit en pensant que j'en avais un monstrueux. Bah dans tout les cas il aurait faux sur toute la ligne : je n'avais pas d'idée.

Nous avions suivis le serveur jusqu'à une table où se trouvait deux couverts et deux chaises dans un coin de la salle. Le genre de table pour les rencards en tête à tête. Mais c'est que les gens nous prenaient pour un vrai couple ? En plus de ça Kenshiro était venu me retirer la chaise et pris en charge mon manteau. Les yeux presque grands ouverts je me laissais faire, non pas que je n'avais pas l'habitude d'être traitée ainsi [même si c'était le cas] mais plutôt que lui en soit l'origine de toute cette galanterie. Kenshiro, le grand crétin fini à fusil à pompe aux airs de bad boys accompli, venait d'être l'homme le plus galant que je n'ai jamais connu. Mais c'est le monde à l'envers !

Je regardais mon bol grand et profond comme un saladier, enfin presque quoi. Là je me faisais raison : cela ne servait à rien que je trouve un gage puisque c'est moi qui perdrais. Je pris mes baguettes et les craquai pour me préparer lorsqu'une voix familière m'interrompit dans mon geste :


- Tu n'as pas l'air d'aimer noël dis-moi... Ce n'est pas que j'en suis un grand amateur non plus, les fêtes comme cela ne me branche pas. Mais qu'est-ce que tu as contre au final ? Ça ce voit dans tes yeux qu'il y a quelque chose que tu n’apprécies pas.

Je relevai mes yeux pour croiser les siens d'un émeraude... magnifique. J'devais me faire à l'idée : ce mec-là était tout ce qu'il y a d'attirant physiquement. Je le regardai quelques secondes pensant que c'était qu'une question comme ça dire de mettre un peu de conversation, rien d'important. Mais je voyais bien que son attention était complètement réservée à ma réponse. Je soupirai et baissai mon regard sur le plat se trouvant devant moi et déclarai :

« Noël... Bah j'ai rien contre noël. C'est juste que... J'ai jamais vraiment fait de fête dans ce genre... Encore moins quand ma mère est morte il y a 3ans... et deux semaines... »


Je m'étais mise à créer des formes quelconques dans mon plats. Un sourire timide et presque forcé s'était emparé de mes lèvres. Bizarrement je ne me sentais pas à pleurer. Intérieurement quelque chose me disait qu'entre nous deux je n'étais pas celle à plaindre. Kenshiro était un bad boy des plus monstrueux qui soit, et je pensais, et je savais même, que ce caractère n'était pas dû à une enfance plaisante du genre enfant unique pourrit gâté qui a tout ce qu'il veux. Non, lui là, ce mec qui se tenait face à moi n'avait pas vécu ça j'en étais persuadée. Et c'est pour ne pas créer de malaise entre-nous que je repris la parole sans trop tarder :

« Mais tu sais... Je suis pas à plaindre. J'ai la belle vie : mon père est riche et je ne suis en manque de rien... » Puis je rajoutai à mi-voix sans y faire attention « Ou presque... »

Les deux derniers mots venaient de me trahir. Je voulais me rattraper et finalement je ne faisais qu'enfoncer le couteau dans la plaie, dans une de ses plaies qu'il devait sûrement garder pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Marché de Noël   Dim 22 Avr - 1:04

Je voyais bien, et je m'en mordais les lèvres que cité ses mots avait pesé à Sû. Une fois de plus, j'avais gaffé. Sur le coup, je m'en voulais, puis repensais brièvement à mon passée lorsqu'elle faisait référence à la mort de sa mère. Je n'avais pas connu mes parents et avait été héberger par une vieille peau toute friqué qui m'avait jeter comme de la merde considérant que j'étais une racaille... Pas facile. Mais je le vivais, j'aimais le garçon que j'étais devenu et me contentais de cela car c'était ce que j'aimais le plus.

« Mais tu sais... Je suis pas à plaindre. J'ai la belle vie : mon père est riche et je ne suis en manque de rien... Ou presque »

Avait-elle essayer de ce rattraper sur ses dires afin de ne pas plomber l'ambiance encore plus qu'elle ne l'était... De toute façon j'étais le fautif. Je ne m'attardais pas sur le "ou presque." Comme tout le monde, elle avait peut-être eût la malchance de bénéficier de problèmes au niveau familiale, je ne sais pas... Il y avait quelque chose qui me démangeait et que je n'avais pas dis.

- Je suis désolé pour la mort de ta mère... Le moins que l'ont puisse dire en te voyant, on constate qu'elle a fait du beau travail en tant que parent.


Non, je n'avais pas balancer la phrase " Toutes mes condoléances." cela serait trop classique et assez débile pour ne pas lui remonter le morale. De toute façon on ne voyait cela que dans les films, elle aurait pût penser que je me foutais de sa gueule... J'avais vraiment envie qu'elle ce sente mieux, puis continuais sur un ton chaleureux.

- Si tu n'as pas eu l'opportunité de passer une bonne fête de noël durant ton enfance alors tu en vivras une ce soir à mes côtés... Je te le promet

Les yeux plissés ainsi que la voix sûre, je pouvais constaté qu'un sourire jovial avait prit place sur mes lèvres... Où était passé cet air froid et distant que je dégageai ? Non pas que j'aimais être en sa compagnie quoique... en fait si... C'était une sorte de drogue... Nan ! Tu divagues complètement mon vieux...

Je restais un long moment à l'admirer... La chaleur de mon plat m'était monter aux yeux. Normalement cela aurait dû me les piqués quant au piment qui s'y dégageait, pourtant il n'en fût rien. Mes iris restés bloqués sur Sû... Elle était tellement belle ! Wow... Calme. Depuis que je l'est rencontrée mon comportement n'a pas arrêter de partir en vrille à son égard... Ne serais-je tout de même pas amoureux d'elle ? Sûrement pas... En plus de cela, je ne pouvais même pas la qualifier d'amie. Alors qui était-elle vraiment, pour moi...?

- Je suis désolé de t'avoir poser cette question, Sû.

Afin de dissiper ce silence de plomb éprouvant, je continuais.

- Toujours d'attaque pour ce pari princesse ?

HRP - Désolé miss c'eyy pas très long >o< du mal à trouver l'inspi'
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Marché de Noël   Dim 22 Avr - 11:02

Je ne voulais pas qu’il me plaigne, ni même qu’il me sorte une de ces phrases typiques dont on ne pense même un mot de ce qu’on dit.

- Je suis désolé pour la mort de ta mère... Le moins que l'ont puisse dire en te voyant, on constate qu'elle a fait du beau travail en tant que parent.


Sincèrement j’en étais pas plus surprise que ça lorsqu’il me « complimenta ». De toute façon ce n’était clairement pas son genre de sortir des phrases de politesse, de plus je pense que ça m’aurait trop déstabilisée d’entendre ce genre de chose de la part d’un bad boy. Pas une parole ne sortait de ma bouche. Je me contentai seulement de lui sourire en guise de « merci pour ce que t’as dit ». Des fois les gestes sont plus adéquatent que la parole. Le silence continuait à se faire roi, j’avais cessé de créer des formes dans mon assiette pour regarder en face de moi. Il était là, assit, le coude sur la table avec son bol qui fumait tout autant que le mien. Je le regardais discrètement, je remarquai qu’il avait mis un haut à manches longues gris cependant ces manches il les avait retroussées pour laisser voir ses bras musclés à souhait. En fait je ne pouvais m’empêcher de le regarder. Mais c’était quoi mon problème à la fin ? J’aimais pas cette situation où tu ne peux t’empêcher de regarder l’autre en face de toi. Habituellement lorsque j’avais ce genre comportement c’était pour finir au lit avec cet homme et le lendemain c'était du genre « adios amigo ». Ca craint… Parce que cette sensation-là je l’éprouvais pour Kenshiro mais je ne voulais pas finir de la même façon que d’habitude, j’voulais apprécier les moments que je vivais à ses côtés simplement, sans complication. J’étais perdue dans mes pensés lorsqu’il me proféra :

- Si tu n'as pas eu l'opportunité de passer une bonne fête de noël durant ton enfance alors tu en vivras une ce soir à mes côtés... Je te le promets.

C’est moi où il venait de me signifier qu’on allait passer toute la soirée tout les deux ? Honnêtement je ne savais pas trop à quoi m’attendre. C’était bien le genre de mec imprévisible avec qui tu ne sais pas trop à quoi t’attendre. Puis peu de temps après il s’excusa de m’avoir posée la question.

« T’y es pour rien. Ce n’est pas non plus un secret. »

Je lui répondais calmement tout en souriant. Je voyais là un autre Kenshiro, un garçon sans tirer la gueule, souriant même. Comme quoi, les apparences sont parfois trompeuses. Je ne regrettais même pas de m’être déplacée jusque là. Sa compagnie m’était agréable et pour une fois je ne me préoccupais pas de ce que pensaient les autres. Bah ouais, faut pas oublier qu’on était assis à une table pratiquement isolée et que les gens nous prenaient pour un couple. Mais honnêtement j’en faisais abstraction et quelque part me voir avec Kenshiro ne me dégoutais pas, au contraire. Mais attends voir, ce n’est qu’une soirée rien de plus entre deux individus ce n’est pas un rencard. De toute façon on ne se connaissait pas encore assez bien pour se qualifier d’amis. Sa voix viril et rassurante brisa mes pensés :

- Toujours d'attaque pour ce pari princesse ?

Mais c’est qu’il croyait que j’allais abandonner ou quoi ? Pas question ! Même si je savais pertinemment que j’allais perdre il n’était pas question que je me défile ! C’était d’une voix plus qu’enjouée que je m’apprêtai à lui lancer que j’allais gagner ce pari [même si je savais que ça n’allait pas être le cas] quand je me rendis compte qu’il m’avait surnommée princesse. D’une voix interrogative je chuchotais le mot princesse, je m’étais mise à rougir.

Je regardai mon bol et pris mes baguettes dans ma main gauche, relevai ma tête et tout en lui souriant je lui affirmai que notre pari était toujours d'actualité et rajoutai :


« On garde le gage, et c'est le premier qui fini qui le donne ! Sinon, à part ça, bon appétit ! »

Je savais toujours pas quel gage je lui aurais donné et ne pas connaitre celui de Kenshiro me perturbait aussi. Je pensais qu'il me donnerait des trucs "vache". Quelque part je redoutais ce qu'il allait me donner. En ce qui me concerne j'avais fini par avoir ma petite idée, mais cela relevait d'une sorte de curiosité un peu trop poussée. Du genre lui demander pourquoi il était bad boy mais je savais que ça avait un rapport avec sa vie passée et je savais aussi que ce n'était pas de tout repos de ressasser ce genre de chose.

On mangeait ce qu'il se trouvait dans nos plats d'une rapidité foudroyante. Quand j'en étais à la moitié de mon bol il en avait mangé déjà plus de deux tiers du sien. En même temps il avait une grande bouche, lui au moins ! Mais j'étais heureuse, on s'amusait, je le voyait des fois prendre de grandes bouchées et le voir mastiquer pendant longtemps. Il était même drôle ce mec-là. Bon je dois dire que j'en faisais de même et qu'il se payait quelques fois ma tête.

Après un bout de temps il avait fini son bol alors qu'il me restait un peu moins d'un quart. Qu'est-ce que j'avais dit ? Qu'il allait me gagner ? Ah bah ça il n'en faisait aucun doute ! Kenshiro était même très fier de lui et il me regardait le sourire aux lèvres en train de finir vainement ce qui me restait dans mon assiette. Je m'arrêtai et me fis raison :

« C'était bien drôle, je n'avais encore jamais fait ce genre de truc. Mais j'ai plus qu'à exécuter ton gage. Mais j'y tiens : j'me suis bien battue !! héhé ! »

J'étais impatiente de savoir ce qu'il allait me donner comme gage mais bizarrement quoique c'était je le ferais en bonne joueuse. J'étais prête à tout faire. Tout ? Ouais, tout, même répondre à ses questions. Parce que tout de même je le voyais bien qu'il se retenait de me demander quelque chose, mais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Marché de Noël   Dim 22 Avr - 17:04

Lorsqu'un sourire vint à embellir son visage, je me sentis tout de suite apaiser. On pouvait voir l'euphorie reprendre du service. Tout en cassant rapidement mes baguettes à la façon d'un habitué je prêtais ouïe avec une grande attention à la réponse de Sû.

«  On garde le gage et c'est le premier qui fini qui le donne ! Sinon, à part ça, bon appétit ! »

C'était partit. Tout deux nous étions engagés dans une folie palpable de d'ingurgitation de mets les plus succulents les uns que les autres ! La viandes correctement cuite était savoureuse à nos palets, les nouilles à peine fondus glissèrent à nos bouches comblées. Ce fût comme cela pendant une bonne heure. Ne prenant pas le temps de mâcher, je m'arrêtais le temps de quelques instant afin de boire. Sur le qui-vive j'observais Sû qui avaient les joues toutes gonfées pour causes de la nourriture qu'elle y stockait, c'était très amusant on aurait dit un écureuil.

Étais-je en train de penser qu'elle adhérait mignonne toute pleine ?... Je ne sais pas. J'aimais être en sa compagnie, ça me rassurait. Avec elle, c'était comme si je me sentais vivre. Elle n'était rien de la fille timide et refoulée que j'avais rencontrer au gymnase, j'apprenais vraiment à la connaître et je pouvais dire que je passais un agréable moment.

Tantôt elle avait consentit à ce que je ne me sente pas obliger de l'emmener faire un tour... Peut-être pensait-elle que je la plaignais, pourtant ce n'était pas le cas. Ces histoires je m'en fichais, le fait que sa mère soit décédé ou autre me passait outre, après tout je n'étais pas concerner... Non, si je voulais faire ça c'était de façon à ce qu'elle s'amuse, qu'elle ce fasse plaisir... Et surtout que je voulais rester le plus longtemps possible avec elle...

Je savais que j'étais en train de raconter des conneries, qu'avais-je encore fumer ? Pas quelque chose de très approprié en soit. Quoiqu'il en fût, la fin du défi approchait, j'avais fini mon bol quelques secondes avant elle. La dernière partie qui réunissait les épices avait été atroce, mon ventre en gargouillait encore, j'avais du mal à bouger...

Les regards interrogateurs qui parcouraient les lieux nous fusillèrent, tous, sans exception. On pouvait encore entendre ce duo d'harpies chuchoter à voix haute «  Un couple ? De morfales ouais ! ». Sans prendre compte de leurs remarques je déposais les baguettes au-dessus de mon bol tout en regardant Sû. Je pense qu'elle aussi les avait entendu, mais on passais un trop bon moment pour s'occuper du reste, seuls nous deux comptaient. Je l'avais déjà songer mais je ne pouvais pas m'en empêcher, elle était vraiment très belle. En plus d'arborer une beauté hors-du-commun elle avait quelque chose de particulier que les autres pourraient lui envier, je ne sais pas ce que c'était... Je ne savais pas comment le formuler, concrètement.

« C'était bien drôle, je n'avais encore jamais fait ce genre de truc. Mais j'ai plus qu'à exécuter ton gage. Mais j'y tiens : j'me suis bien battue !! héhé ! »

Merde ! Le gage ! Fait chier j'avais oublié... Et puis je n'avais rien à lui proposer... C'était vraiment pas marrant... En temps normal je me serrais exclamer avec une mine diabolique et mon fameux « Yaa~haa !!! » Mais là rien... Pas même de réplique. Une grimace s'affichait sur son visage, puis zieutait dans mon bol n'était pas si vide que ça finalement... Une tranche de viande y était restée, je ne l'avais pas remarquer et avait oublié de la mangée tellement j'étais repus... En conséquent, c'était elle qui allait devoir me donner un gage ?! J'imagine déjà... Elle me ferra frire dans un de ses chaudron ou pire. Bof, je n'avais pas peur d'elle de toute façon. Tout en lui tendant mon assiette je lui rétorquait :

« Ouep mais y a un problème... J'ai pas fini mon bol. Finalement c'est toi qui va devoir me donner un gage ! »

Ça m'avait rassuré sur le coup, je n'avais rien à lui donner. Il faut dire que d'un côté j'étais vraiment intrigué par ce qu'elle avait à me proposer... Ou alors elle m'avait fait marché... de toute façon quand je manque d’inspiration comme ça, je partirais sur un truc du genre quel âge as tu, et ce serait complètement débile. Tout en repoussant l'écuelle je buvais le fond de saké qui restait accroché à mon verre. Le teint un peu rosie je me reculais un tout petit peu de la table tout en me balançant sur ma chaise, sortant un chewing-gum de ma poche.

« Bon allez vas-y, balance ton gage puisque tu es l'heureuse gagnante. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Marché de Noël   Dim 22 Avr - 18:16

« Ouep mais y a un problème... J'ai pas fini mon bol. Finalement c'est toi qui va devoir me donner un gage ! »

Non. Non. Non ! Je regardais le son bol les yeux grands ouverts. J'étais désespérée. J'avais gagné ! 'Tain c'était ma première fois que je regrettais de gagner ! La merde. Ce n'était tout simplement pas possibleuh ! Je jetais un coup d'oeil dans le mien pour tenter de perdre en lui prouvant que j'en avais encore mais en vain puisque j'avais tout engloutis sans y laisser une miette. Manquait plus que ça !! J'le hais ce type ! Sérieux ! Moi qui pensais que je pouvais oublier mon gage à donner, que je n'avais pas d'ailleurs, et bah non ! Raah ! Mais pourquoi j'avais lancé ce truc, hein ? Pourqwaaaa ? Je regardais toujours son bol tout en me tapant la tête contre un mur intérieurement. J'étais totalement désemparée [genre comme ça : =_=] Je réfléchissais à ce que je pouvais lui donner comme gage. Terrible ! Plus je cherchais moins j'en trouvais ! Je le regardais se balancer en arrière et prendre un chewing-gum puis me rappeler à l'ordre :

« Bon allez vas-y, balance ton gage puisque tu es l'heureuse gagnante. »

*Ouais ça va hein ! J'ai pas besoin de toi pour me rappeler que je suis une stupide fille confirmée.* Fallait que je fasse vite parce que sinon il allait s'en douter que tout à l'heure le bleffais complètement. * Allons allons nous allons bien trouver un gage, hein ?* Je le regardais se balancer espérant qu'il tombe en arrière pour pouvoir faire abstraction quelques minutes. Puis par un geste inattendu je tendis ma main vers lui avec un sourire approbateur et lui lançai sans réfléchir :

« Donne-moi tes chewing-gum, tous tes chewing-gum. Ton gage ce sera de pas en manger un seul de la soirée. En commençant par celui que t'as dans ta bouche. »

Je lui fis signe de mettre son en-cas dans un papier pour le jeter. Je voulais rajouter « mets-le dans un papier de carambar » mais là je passerais au niveau de l'insolence même. Ce que, bien sûr, je ne voulais surtout pas aborder. Déjà que je pensais que ça allait le faire chier de ne pas manger de ce truc immangeable fait avec du pétrole dedans, je n'allais pas en rajouter une couche.

Il me donna deux paquets de ces en-cas. Je les regardais les yeux grands ouverts me demandant combien il en mâchait par jour. Je ne dis rien, je me contentais de les prendre et de les conserver au chaud dans mon sac. Pas un mot ne sortait de nos bouches et je voyais bien que ce gage-là n'était pas super efficace pour un mec comme lui, et c'est pourquoi je lui rajoutais :


« Je sais pas à quoi m'attendre avec toi donc j'pousse pas trop loin. J'teins pas à ce qu'on soit en mauvais terme... parce que je dois t'avouer que je me sens bien avec toi, à tes côtés... »

Le début de ma phrase était issue que de mensonge, mais plus je continuais plus je le pensais réellement. Puis je m'apercevais que je venais de dire quelque chose de gênant. C'était limite si je lui avais déclarer ma flamme... [élue boulette du jour] Essayant de me rattraper, je repris :

« N'oublie pas. Tu m'as promis quelque chose. »

Quand je lui avais sortis cette ultime phrase ses yeux s'étaient ouverts tout en rapprochant ses sourcils. Il l'avait oubliée ? Oui cette promesse que j'allais passer une très bonne fête de noël à ses côtés, il l'avait oubliée ? Ma fois, quelque part en moi je me disais que de toute façon fallait pas trop que je me fasse de faux espoirs, et quelque part d'autre j'en étais presque déçue : je pensais qu'il n'était pas tout à fait comme les autres à te promettre quelque chose sans le faire.

Le silence se faisait à présent pesant et roi surtout. Je lui souris gentiment pour essayer de le briser fermant les yeux. Puis je pris mes baguettes pour les poser sur mon bol à mon tour. On ne parlait toujours pas et je ne savais toujours pas ce qu'il pensait. Je le regardais dans les yeux, je ne distinguais rien. Je me demandais s'il me prenais pour une fille qui demande toujours plus et était comme les autres. Si c'était le cas c'était clairement fini entre nous. Je pris mon manteau sur mon bras et sortis de mon sac ses chewing-gum. Je m’apprêtai à partir sentant que je ne pouvais plus rien faire d'autre. J'étais encore assise sur ma chaise quand je lui marmonnais quelques mots sincères :


« Tu sais Kenshiro, je ne te connais que depuis ce matin et je dois dire qu'au début j'ai eu du mal pour me faire à l'idée que t'étais un type bien... MAintenat je me rends compte que tu en ai un, un vrai. Je le pense toujours d'ailleurs. Mais je ne crois pas que ce sera aujourd'hui que je passerais un bon noël... Sinon ne t'en fais pas je payerais pour le repas. À bientôt Kenshiro. »

C'était avec une espèce de déchirement que je venais de lui dire tout ça. Je restai néanmoins encore assise quelques secondes espérant qu'il me retienne.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Marché de Noël   Dim 22 Avr - 20:57

Elle avait l'air déçue... En même temps il y avait de quoi puisque Sû avait gagner Leiko. À ce que j'avais compris, elle non-plus n'avait pas de gage, elle avait bluffer et ça je le savais, c'était trop flagrant ce petit air malin, je sais reconnaître les menteurs. Sa réaction était tout à fait normale car de mon côté, je souriais avec une petite allure triomphale. Il ne manquait plus que je vois en quoi comportait son gage improviser.

« Donne-moi tes chewing-gum, tous tes chewing-gum. Ton gage ce sera de pas en manger un seul de la soirée. En commençant par celui que t'as dans ta bouche. »

« Haha, très marrant... »

Pourtant je pouvais constater qu'elle ne rigolait vraiment pas lorsqu'elle tandis une main ferme et décider à me prendre mes chewing-gum. Elle était sérieuse là ?! MES chewing-gum ? En temps normal je l'aurais envoyer chier ou l'aurait buté, qui sait. Toutefois elle avait réussit à m'avoir sur ce coup... C'était LA première en ce monde qui avait réussit à me piéger. Non pas que je me vantais de mes capacités de stratège, cependant à ce jour personne n'a été capable de me mettre une douille.

Non, je n'allais pas me refouler, après tout c'était le jeu, les cartes étaient tapis sur table. Une mine renfrogné je sortais les deux paquets de chewing-gum sans sucre de ma poche. C'était malin, je n'avais plus quoi mâcher alors que j'avais jeter celui que je venais de mettre dans ma bouche.

« Tch... ! »

Sur le coup je lui en voulais vraiment, dégoûter, je lui n'osais même pas prêter attention à une peste comme elle... Rah ! J'la retiens. Par la suite, elle continuait comme impatiente.

« N'oublie pas. Tu m'as promis quelque chose. »

C'était exact sur le coup. Je lui avais promit de passer noël en sa compagnie mais à ce moment là mes yeux vinrent à ce plisser, puis je les fermais enfin pour froncé les sourcils. Quoi ? Qu'est-ce que j'ai fais encore ? Quand j'avais rouvert les yeux je la voyais ce rhabiller le regard désapprobateur, qu'est-ce qu'elle avait encore celle-là ?

« Tu sais Kenshiro, je ne te connais que depuis ce matin et je dois dire qu'au début j'ai eu du mal pour me faire à l'idée que t'étais un type bien... Maintenant je me rends compte que tu en ai un, un vrai. Je le pense toujours d'ailleurs. Mais je ne crois pas que ce sera aujourd'hui que je passerais un bon noël... Sinon ne t'en fais pas je payerais pour le repas. À bientôt Kenshiro. »

Je n'avais pas compris pourquoi elle m'avait balancé cette phrase... Je ne lui avais rien fait, on allait la passée cette soirée ? À moins que... Elle devait sûrement penser que j'avais oublier ladite promesse que je lui avais attribuer ! C'était alors à ce moment que je compris, Sû c'était à tous les coups imaginer que quand j'avais rétractés mes sourcils c'était pour lui montrer que je n'avais pas compris... ! Mais non. Elle avait faux sur toute la ligne là, à ce moment j'avais eu une poussière dans l'oeil.

Même plus le droit de ce faire attaquer par une poussière sauvage ? Woah... Où va le monde. Avec le grand discours qu'elle m'a sortit à tir larigot j'avais de quoi m'expliquer. Mais je ne le faisais pas, et puis il n'y avait pas de quoi, j'avais juste eu une poussière dans l'oeil. Le pire c'est qu'elle était sérieuse la miss, elle prévoyait vraiment de partir là ?! Je dis non, je lui avais fait une promesse et puis j'avais très envie de passer cette nuit là avec elle. Sû devait forcément penser que j'étais un de ces mecs qui ramenaient n'importe quelle nana dans son lit pour ensuite la sauter et ne plus la côtoyer du jour au lendemain... Bah, elle allait vite oublier son scénario à la Spielberg parce-que ce n'était pas le cas. Dans la jeunesse que j'avais vécu j'avais eu des rapports sexuelles que très peu de fois et encore moins des rendez-vous de ce type. Oui, je n'étais encore jamais tomber amoureux d'une fille, et même quand je m'engageais sous une couette en sa compagnie c'était sans aucun sentiment fort, j'avais toujours été dégoûter par le sexe jusqu'à maintenant. Concrètement, je ne voyais pas ce qui pourrait m'attirer de plus là-dedans. Deux autres qui s'envoyait en l'air en ne faisant qu'un ? Non merci.

Très vite, je me rappelait ce qu'elle m'avait dit tantôt :

« Je sais pas à quoi m'attendre avec toi donc j'pousse pas trop loin. J'tiens pas à ce qu'on soit en mauvais terme... parce que je dois t'avouer que je me sens bien avec toi, à tes côtés.. »

Ça m'avait toujours, certes, mais pas plus que cela. Il était facile de savoir si une fois de plus elle mentait ou nom, il n'y avait qu'à voir son nez. Oui son nez. Toute les fois ou Sû balançait du crac, ses narines palpitaient. Yaaa~Haa !!:face : l’analyse était au rendez-vous, je l'avais bien observer et cette fois, ces narines ne palpitèrent pas. Pour lui montrer que cela ne faisait rien, j'avais fais semblant de détourner les yeux rapidement. La rancune qui me parcourait quant à ce qu'elle fit de mes chewing-gum me rongeait, je n'aimais pas que l'on touche à mes affaires... Bref.

Elle était sur le point de partir et je n'avais pas l'intention de rester ici sur un blaireaux. En plus elle m'avait prit pour un clochard cette idiote, comme quoi c'était elle qui allait payé. Hé ma petite, tu sais j'ai combien dans ma poche ? Quatre fois plus que sur le compte en banque de ton père ! Nan je bluff. J'avais beaucoup d'argent, oui. La vieille m'en avait envoyer assez pour les vingt prochaine année à venir, il fallait que j'en profite... Sû était là, c'était comme si elle me testait, elle voulait savoir si je la retenais ?...

«  Bon... Je suppose que j'ai pas l'choix. »

C'était ma façon à moi d'exprimer que je détestais faire le premier pas mais là il le fallait bien... Forte jusqu'au bout cette petite. En fait, c'était une manipulatrice... Sans gêne quelconque je me levais pour me diriger vers elle. Tout en plaquant une main contre le dossier de sa chaise que je faisais basculer, je le relevais son menton de mon index afin d'apposer mes lèvres contre les siennes. C'était peut-être un peu trop tôt pour, pourtant je ne pouvais m'en empêcher, du moins si je voulais lui faire croire, non, que je voulais lui démontrer qu'elle comptait beaucoup pour moi. Je pouvais sentir doucement sa langue caresser la mienne... Je rêve ou elle venait de ce faire prendre au jeu ? Je n'avais pas envisager le fait qu'elle adhère à un French Kiss, loin de là... De plus, elle embrassait remarquablement bien. Quand nos bouches vinrent à ce détacher je pouvais sentir une bouffée de chaleur me parcourir le corps, tout en restant près d'elle je lui caressais la joue... Qu'est-ce qu'il me prenait ? Avant que les deux commères du fond puisse l’ouvrir parce-que le restaurant entier nous avaient vu nous embrassés, je me tournais vers elles-deux en tonnant d'une voix résonnante :

« La ferme les chipies. »

Tout en enchaînant, apaisant le timbre de celle-ci.

« Plutôt imprévisible, n'est-ce pas ? Contrairement à ce que tu pourrais penser, moi je dis que c'est aujourd'hui même le soir où on passera une bonne soirée de noël, ne t'inquiète pas, je n'avais pas oublier. Je ne pensais pas que tu pouvais être aussi naïve pour t'avoir fait marcher aussi facilement... Allez princesse, il est temps d'y aller, je t'invite c'est moi qui paye. »

Une fois l'addition régler et nos manteaux dressés sur nos dos, je laissais Sû passer devant moi. Nous longeâmes tranquillement le tapis rouge du restaurant. Je ne l'a considérais pas comme ma copine, et encore moins que je sortais avec elle, j'étais perdu, je ne savais plus ce que je devais penser... Sur le coup je n'avais pas envie qu'elle parte si vite, après cette soirée après tout, nous resterons tout juste bons amis, mais rien qu'à l'idée d’imaginer ceci je me sentais assez mal. Une fois dehors après lui avoir tenu la porte, j'arrangeais l'écharpe enroulée autour de mon coup. Nous étions encore sous le palier du resto' afin de nous protéger de la neige qui avait commencée à tomber du ciel. Par ce froid glacial je rangeais mes mains dans mes poches, assez écarter de Sû je m'éclaircis doucement la voix. Une couleur rouge avait prit place non seulement sur mes joues mais aussi sur le reste de tout mon visage, au fond, je pensais que c'était une assez mauvaise idée mais il fallait que je le fasse. Tout en détournant la tête comme à chaque fois que j'étais gênée je gonflais les joues.

« Ça te dirai qu'on sorte ensemble ?... »

Sortir pas comme sortir allez dehors mais sortir... avoir une relation... sérieuse...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Marché de Noël   Lun 23 Avr - 19:14

J'attendais là pendant pas plus de quelques secondes avant qu'il ne s'exprime :

« Bon... Je suppose que j'ai pas l'choix. »

Je dois avouer que quand il avait prononcé ces quelques mots j'étais un peu surprise. Je me disais que soit il allait m'envoyer chier, comme pour la plupart des hommes dans ce genre de situation, ou alors qu'il allait ne rien dire me laissant m'en aller. C'est pourquoi que quand il eut prononcé ces mots-là je me demandais de quoi il me parlait, qu'est-ce qui tramait dans sa tête. Je le regardais du coin de l'oeil. Il s'approcha de moi me faisant balancer en arrière avant de faire basculer, à son tour, ma tête en arrière de son doigt finement conçu à la fois musclé et agile. Mais qu'est ce qu'il faisait là ?! *non mais !! Je rêve ou...* Tout, absolument tout s'était comme stoppé : mes pensées, mes muscles, tout. Et non je ne rêvais pas : il s'était bel et bien accaparé de mes lèvres. Je pouvais sentir les siennes chaudes comme de la braise. J'en étais si stupéfaite qu'au début j'en avais oublié de fermer les yeux et d'en savourer l'instant. J'en demandais pas tant. A ce moment même une simple phrase simple du genre "Pourquoi tu pars ? J'ai envie de rester avec toi." Ou quelques chose d'autre m'aurais suffis amplement. Mais c'était fait, je dois même dire que j'en profitais pour glisser ma langue pour rejoindre la sienne. Quelle divinité ! Cette même langue qui était tout à fait capable de tenir des propos injurieux embrassait divinement bien. Je fondais sous ce baiser, je faisais même plus attention aux regards des autres, déjà qu'à la base je me foutais bien d'eux mais là je me disais intérieurement en espérant même qu'ils m'entendent dire "Fuck you !! C'est moi qui savoure !!" A m'entendre penser ça on penserait clairement que j'étais qu'une folle, mais l'air de rien mon coeur s'emballait. J'vous parle même pas dans quel état se trouvait mon pauvre petit cerveau... parce que oui il m'avait emmenée dans une autre dimension jusqu'à ce qu'il romp nos deux lèvres.

J'ouvris mes yeux, le regardai sans trop savoir quoi faire ou dire. C'était seulement quand il s'adressa aux deux femmes qui nous avaient pris pour un couple que je m'aperçue que tout le monde, ou presque, nous regardait. Je m'etais mise à rougir telle une tomate mure. J'voulais même baisser ma tête comme pour me cacher aux autres mais sa main se baladait sur ma joue me laissent inerte. Puis il retourna face à moi et reprit la parole d'un ton plus doux et calme :


« Plutôt imprévisible, n'est-ce pas ? Contrairement à ce que tu pourrais penser, moi je dis que c'est aujourd'hui même le soir où on passera une bonne soirée de noël, ne t'inquiète pas, je n'avais pas oublié. Je ne pensais pas que tu pouvais être aussi naïve pour t'avoir fait marcher aussi facilement... Allez princesse, il est temps d'y aller, je t'invite c'est moi qui paye. »

Oui pour être imprévisible c'était imprévisible. Décidément ce mec me surprendra toujours. Il avait même insisté sur le fait qu'on passerait une bonne soirée. Un sourire mélangé de timidité ainsi que de joie vint se placer sur mes lèvres. Il était fort ce type : c'était le seul à m'avoir volé un baiser sans m'offencer. Parce que oui, jusqu'à présent je n'étais jamais tombée amoureuse de qui que ce soit et chacune des lèvres qui s'étaient aventurées sur les miennes ne représentaient rien pour moi et c'était toujours ma personne qui faisait le premier pas. Alors que là... je n'étais pas celle qui avait pris de l'avant et pourtant ça ne me deplaisait pas, au contraire j'aimais ça. Enfin, qu'avec lui, kenshiro.

Je n'avais même pas eus le temps de répondre quoique ce soit qu'on se retrouvait déjà a l'accueil pour régler le repas. Il régnait une atmosphère... étrange. Certaines personnes continuaient à nous suivre du regard, surtout les deux autres jeunes femmes qu'on avait croisé il y avait peu. Je ne pu m'empêcher de leur lancer un de ces regard qui te tue en moins de deux. Tout à l'heure c'était kenshiro qui les avait remise à leur place, c'était apparemment pas suffisant.

Je suivais le tapis rouge du regard, je n'osais vraiment le regarder... Pourquoi ? Allez savoir, et au passage donnez moi la réponse. La porte s'ouvrit devant moi, je sortis la première comme j'étais rentrée.

Dehors le froid se faisait roi. Seules les lumières des lampadaires, des fenêtre et... des "standes'' du marché de Noël éclataient la rue. Je ne pouvais distinguer les étoiles : des nuages de neige occupaient le ciel. Oui, il neigeait. Des flocons tombaient à nos pieds. Je regardais Kenshiro remettre son écharpe. J'avais remarqué qu'il s'était un peu éloigné de moi... Soi il ne savait comment réagir, soi il trouvait une quelconque excuse pour justifier son acte. Honnêtement la première option me conviendrais le mieux. Je le regardais, il était comme.. embarrassé. Il prit une grande inspiration avant de me demander :


« Ça te dirait qu'on sorte ensemble ?... »

Sur le coup je crus vraiment que je ne faisais qu'un rêve et que je me reveillerais tantôt. Pour en être sûre je me pinçais discrètement pour pouvoir me réveiller. Et vous devinez quoi ? En vain ! Je n'étais que l'objet de la réalité. Il voulait au'on sorte ensemble... au début je pensais qu'il me demandait ça dans le sens où on irait faire un tour mais quand je regardai son regard, son visage tout entier, il ne parlait pas de sortir dehors ensemble mais bien de sortir... devenir plus que des amis. Mon regard ne bougeait pas, je restais fixée sur lui, sur son grand corps puissant et protecteur à la fois. A présent seul le bruits des gens dans la rue se faisait roi. Je demeurais inerte. En même temps qu'est ce que tu veux qu'je fasse ? Des centaines et des centaines de pensées me traversaient l'esprit, certaines inutiles et d'autres trop réfléchies pour mon état actuel. Moi sortir avec lui ?! Mais... je trouvais pas de mais. On ne se connaissait que depuis peu, certes, mais ce sentiment que j'éprouvais à son égard s'était grandi et maintenant il prenait une trop grande place pour que je puisse l'ignorer.

Fallait que je me dépêche, il s'était retourné en ma direction l'air pas très sûr de lui et je pouvais voir qu'il était... soucieux. A la hâte je babultiai :


"Euh..."

C'est tout ?! C'était tout ce que j'avais a dire ?! Tu vas pas me dire que je perdais la boule là, si ? Non ! Je n'avais encore jamais vécu ce genre de relation c'est vrai, et j'en étais un peu effrayée, c'est vrai aussi, mais j'étais bien plus forte que ça, non ? Je m'avançai en sa direction regardant à terre puis relevai mon visage pour croiser le sien :

"Bah c'est que j'ai... enfin... je suis jamais tomber amoureuse et... je ne suis jamais sortit avec quelqu'un... Mais pour toi j'veux bien essayer." Je repris mon soufle avant d'en rajouter "Je t'apprécie beaucoup... Non ! Je ne t'apprécie pas beaucoup ! J't'aime tout court !"

Après avoir lancer éperdument la dernière phrase je m'étais cramponée à son bras rentrant ma tête. Je venais de dire trop mots simples mais c'était pour moi la première fois que je les avais dit. J'avais l'impression de n'être qu'une enfant : je me cachais pour ne pas montrer ce visage rouge. Je fermais les yeux le plus fort possible. C'est ça l'amour ? Oui ça ne pouvais être que ça car jamais je n'avais ressentis ce genre de chose pour un garçon. Et jamais je n'avait été celle qu'on embrasse sans m'énerver par derrière. Je me rendis compte que je tremblais comme une feuille. Mes mains s'étaient crispées autour de son bras. Ma tête s'était apposée contre ce mer bras chaud et rassurant. Je ne savais ce qu'il pensait, ni même ce qu'il devait être en train de faire. Pas un mot de plus, pas une syllabe de plus ne s'échappait de ma bouche. Nous restâmes ainsi durant près d'une bonne minute.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Marché de Noël   Mar 24 Avr - 15:24

Je ne désirais rien, ni son consentement et encore moins sa pitié... Sa réponse aurait été capable de me satisfaire ou non, bien que, moi-même, j'avais du mal à réaliser ce que j'avais dit. Sur le coup mes sentiments étaient plus ou moins flous, je ne savais plus ce que je voulais si ce ne serait que rester en sa compagnie.

Luisants étaient les stands et autres échoppes de noël, mes yeux s'attardaient sur ceux-ci l'air songeur. Incapable de la regarder en face, je soupirais un grand coup repensant à mes chewing-gums... Et si j'avais fait ça dans le but de les récupérer ? Ce serait trop vache, d'ailleurs elle pouvait penser que c'était dans ce but, pourtant ce n'était pas le cas. Alors quoi ? Est-ce que... je l'aimais ?

« - Euh... »

C'était tout ce qu'elle était capable de dire. Après tout il y avait de quoi hésité, toutefois cet onomatopée qu'elle avait lancée m'avait fortement déplu. Pas parce-que je savais que ça réponse allait être négative, non, parce-qu'elle avait l'attitude d'une de ces filles qui sortaient avec un mec tout les trois jours, et je détestais ça, ce genre de pute. J'étais sur le point de partir, ne m'attardant pas à entendre son râteau, et puis je lui devais rien à cette nana, elle allait repartir de son côté et continuer à faire sa garce...

« -Bah c'est que j'ai... enfin... je suis jamais tomber amoureuse et... je ne suis jamais sortit avec quelqu'un... Mais pour toi j'veux bien essayer. Je t'apprécie beaucoup... Non ! Je ne t'apprécie pas beaucoup ! J't'aime tout court ! »

Hein ? Qu'est-ce qu'il lui prend ?... Sur ce coup là je compris que je m'étais trompé sur son compte, que j'étais bien tebet' de la juger trop rapidement. Essayer, pour moi ? Il n'était pas difficile de déduire qu'elle n'était jamais tomber amoureuse, tout comme moi. Donc en fait, ce serait un truc nouveau pour nous deux ? Je ne saurais le dire, un grand sourire ce dessinait sur mon visage. Et la désolation me parcourait tandis qu'une tâche de rougeur peignait toute ma figure, timidement râvie.

Ce n'était as un de ces sourire machiavélique où l'ont voit rayonnés mes canines à la façon d'un démon qui décorait ma face... seulement un de ces comble en coin, passant du bad-boy au beau-gosse satisfait. Non je ne me vantais pas, bien loin de là, et je n'allais pas non plus lui demander de répéter. Quoique, cela aurait pût ce faire sous la tentation de la faire marcher pourtant je n'en fis rien, je restais à la regarder longuement, j'étais capable de pouvoir de nouveau contempler ses yeux magnifiques.

Aussi étrange que cela puisse paraître, je n'étais pas ce genre de mec qui répétait à sa copine à tout bout de champ qu'il l'aimait et qui appréciait par la suite qu'elle le lui réponde de la même façon. J'étais très heureux à l'idée de savoir que cela était réciproque, et elle n'avait pas besoin de le prouver. Toutefois un frisson vint à me mordre la peau, je l'imaginais elle en train de me tromper, avec un autre, qui sait ? La jalousie ardente qui dirigeait mon être était quelque chose d'effrayant, sur le coup, je savais qu'en ces cas là, je serais capable de les tuer, eux deux. Sans que j'eus le temps de répondre, elle ce jetait sur moi, agrippant mon bras comme pour s'y cacher à la façon d'une collégienne gênée. Il fallait que je réagisse, ce visage d'ange ne ce ferait pas désirer plus longtemps.

« - Toi aussi, c'est la première fois que tu sors avec quelqu'un ? J'essayais de lui faire comprendre que dans le fond, après avoir couché avec des tonnes de femmes sans la moindre attirance, j'étais comme elle. Tout en la retirant avec délicatesse de mon bras, je m'avançais vers elle, puis, glissait ma main dans la sienne de façon à ce qu'elle ce sente en sécurité, protégée. Si c'est est nouveau pour toi aussi bien que pour moi alors on passera ce cap ensemble. Je ne vais pas faire de beaux discours, ça me connaît pas. Ni même de poèmes débiles, juste te dire que moi aussi, je t'aime énormément, Sû. »

Sur ces mots, j'approchais de nouveau mon visage du sien et l'embrassait une seconde fois. Ce baiser, différent du premier, était partager d'amour et beaucoup plus langoureux. Il avait eût pour dont de nous réchauffer sous cette intempéries de neige alors que j'avais agripper avec douceur Sû par la taille, la ramenant sur mon torse.

« - Je crois qu'il est temps de tenir ma promesse... On y va ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Marché de Noël   Mer 25 Avr - 16:05

On demeurait là, dehors sous un toit qui nous protégeait de la neige qui ne cessait de tomber. Les sols étaient blancs, d'un blanc resplendissant. J'étais toujours accrochée à son bras quand il m'avoua à son tour qu'il n'était jamais sortit avec une fille. En outre il était exactement comme moi. Si un mec comme lui n'avait jamais vécu ce genre de relation c'était peut-être tout simplement qu'il se contentait du corps des femmes et non de leur cœur. Je ne serais comment le dire mais quand je m'étais résolue à cette option j'eus un petit frisson. Ça voulait dire qu'il n'avait jamais réellement pris en compte les sentiments de la gente féminine, qu'il était comme moi : à ne pas savoir trop comment réagir convenablement sans offenser l'autre. J'dis pas que je ne connaissais rien aux hommes mais que je ne savais pas comment réagir dans de telles situations. M'enfin bon comme il était en train de si bien dire :

« Si c'est est nouveau pour toi, aussi bien que pour moi, alors on passera ce cap ensemble. Je ne vais pas faire de beaux discours, ça me connaît pas. Ni même de poèmes débiles, juste te dire que moi aussi, je t'aime énormément, Sû. »

On passera le cap ensemble. Ces cinq mots, qui pour certains peuvent leur paraître insignifiants, me firent sourire paisiblement sentant une forme de relaxation en moi. Quand je l'entendais je le savais bien qu'il était sincère, qu'il ne se voilait pas la face. Bien qu'une partie de ses paroles pouvaient être décevantes pour certaines filles elles ne l'étaient pas pour moi. Au contraire, cela créait un semblant de soulagement. Même si je voulais lui répondre je n'aurais pu en faire autant ; il réunissait de nouveau nos deux bouches ensemble. Cette fois-ci je ne m'étais pas laissée surprendre pour pouvoir en profiter d'avantage. Nos deux langues valsaient sans accrochage entre-elles. J'y mettais tout mon amour dans ce baiser mais même avec ça ça ne suffisait pas à me satisfaire. J'en voulais encore et toujours plus. Bah quoi ? Qu'es-ce que vous voulez qu'je fasse quand on m'embrasse à merveille m'emmenant dans l'extase ? Bah perso' j'en redemande. Mon cœur s'emballait, quant à moi je me réchauffai rapidement. Mes lèvres furent séparées des siennes lentement avant de me retrouver accolée à son torse. Il était chaud, il y avait beau avoir plusieurs épaisseurs me séparant de sa peau je le sentais, sa chaleur faisait office de couverture. Ma tête posée contre lui regardant le paysage qui s'offrait à moi d'un regard vide. Oui, ma tête entière était vide, je n'arrivais même plus à penser. Cependant je repris mes esprits lorsqu'une voix affectueuse s’empara du silence :

« Je crois qu'il est temps de tenir ma promesse... On y va ? »

Honnêtement partir ou rester un peu plus longtemps ici cela m'était égal. Je me sentais bien, et à vrai dire sa promesse elle était déjà tenue depuis tout à l'heure. Jusqu'à présent aucune soirée de noël ne m'avait emmenée aussi loin dans le bonheur. Ce que je souhaitais dorénavant c'était de passer une bonne soirée avec Kenshiro.

« On va où... ? »

Question qui faisait parti de mon vocabulaire depuis mon plus jeune âge, comme tout le monde non ? Tu sais cette question que tu poses quand on veut te faire une surprise ? Et bien c'était avec la même signification que je lui posai cette question qui parfois pouvait passer pour rabat-joie mais là non. Je m’apercevrai qu'en moins d'une journée j'étais passée de la fille qui détestait le crétin fini à celle qui se retrouvait à embrasser ardemment ce même mec. En y repensant quelque chose ne tournait pas très rond dans ma tête... M'enfin bon. C'est le destin, comme dirait l'autre.

En attendant sa réponse je regardais tranquillement les stands qui s'étendaient devant nous. Je n'avais rien contre ces marchés de noël, c'est juste que je n'avais jamais eu l'occasion d'y laisser un pied sans anxiété. Cependant, étrangement, quand je les regardais à ce moment-là je ne pouvais m'empêcher d'avoir le cœur qui battait à cent à l'heure. Tout simplement savoir que peut-être il m’emmènerait dans ce lieu me faisait perdre les pédales. Quoique depuis que j'étais avec lui mes pédales je les avais laisser au fin fond d'un trou paumé. Je dois avouer que je ne savais trop prévoir ses réactions, quelque part ce n'était pas plus mal car tout connaître trait pour trait, mot pour mot, quelqu'un c'est lassant au bout d'un moment. Enfin je dis ça mais je m'étais surtout fait cette opinion en voyant mes parents, ou plutôt mon père qui s'en foutait totalement de la mort de ma mère. D'ailleurs en y réfléchissant, qu'est-ce qu'il a vécu Kenshiro ? A mon avis il n'avait pas eut une vie toute rose, loin de là. Pour qu'un mec se trimbale avec une arme, un fusil à pompe qui plus est, dès 6hoo du matin c'est qu'il ne se sent pas forcément à l'aise et craint les gens... Enfin craindre quelqu'un, Kenshiro ? Laisse-moi rire ! Si j'avais osé lever la main sur lui j'me serais sûrement retrouvée à terre avant même d'avoir pu l'écrire ! Mais alors... Je le regardais, levant le tête vers lui. Au début son regard ne bougea pas, il fixait quelque chose, puis l'air interrogateur il vint croiser ses yeux, plus que magnifiques, dans les miens. Sans prendre la peine de réfléchir je lui demandai :


« Dis, tu... »

Je réalisai à temps de la gaffe que j'allais commettre. Pourquoi il fallait toujours que je sache tout sur tout le monde ? Combien de fois ça avait mené à la rupture de liens plus ou moins chère à mes yeux avec des gens ? Pleins, je n'en comptais même plus le nombre. Et là il n'était surtout pas question que je fasse la même erreur. Enfin... facile à dire parce que là, il était encore plus intrigué par ce que j'allais lui demander. Je ne savais trop quoi dire. Dans la hâte je pris son visage entre les mains pour le faire pencher en avant afin d'accoler nos deux bouches une ultime fois. Ce baiser fut court, c'était juste pour qu'il oublie ma phrase... ouais bon ok j'avoue que c'était aussi parce que je les voulais encore ces lèvres-là. Heureuse de l'avoir embrassé de ma propre initiative je lui souris avant de rajouter :

« Bon on y va ? »

Je pris l'une de ses mains dans l'une des miennes. Mes yeux brillaient de milles feux : c'était la première fois que je tenais la main d'un garçon, pas même à l'école ni même avec mon père je ne l'avais fait. Je regardai les flocons toujours tombants, cette fois-ci je ne les regardais plus avec un arrière goût d'amertume, ah ça non, je les regardais dans toute leur innocence. Discrètement je marmonnai dans ma barbe que je n'avais pas :

« À moi noël ! »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Marché de Noël   

Revenir en haut Aller en bas
 

Marché de Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Allons au marché ♪ [PV: S'hira et Anna]
» TOR mets sur le marché :
» Etude de marché pour une boutique à thème médiéval
» Le marché multi epoque de brouages 2012
» Ouverture du marché de Cabestan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: Bavardages & Co :: Archives :: Corbeille à rp's-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com