[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Salon de Thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Le Salon de Thé   Lun 13 Fév - 17:10

C'était une journée qui allait s'annoncer bien belle pour notre cher surveillant. Et le surveillant qui était-ce ? Moi-même. Oui, j'étais plus heureux que ce fut un temps car d'heureux événements s'étaient écoulés ces jours-ci. Oui, j'avais enfin déclaré ma flamme de manière dramatique à celle que j'amais. La jeune Kooh. Mais comme à mon habitude, mon coeur ne tenait pas la cadence, ce matin au réveil. Les cauchemars étaient revenus une fois de plus cette semaine. Les bruits sourds de coups de feu, les hurlements et moi qui riait sadiquement en tuant ces hommes...en étant Gin. Ce pan de passé qui revenait à la charge dans mon esprit m'effrayait comme il m'attirait. Celui où seul la famille devait compter à mes yeux, sauver ma soeur de ce système, reculer la date d'échéance et protéger le chef de famille : notre grand-père. Si jamais si celui-ci devait mourir, ce ne serait pas de la main d'un criminel, mais de ma propre main. C'est de sa faute si je suis devenu à moitié fou en faisant mon job antérieur. Mais là n'était plus le problème. Je me devait de faire de cette première sortie en soirée, ensemble, un écrin de douceur.

Toute la journée j'attendis ce moment dans un coin reculé de ma tête, vaquant à mes occupations de la journée comme j'en avais l'habitude, me permettant de penser à autre chose que ma maladie ainsi qu'à l'impatience grandissante qui coulait dans mes veines. Je me donnait à fond durant les entraînements et combats au club de kendo. Je ne perdis au combat, sentant une flamme ardente brûler mon coeur. Jamais personne ne m'avait vu mettre tant de force dans un simple combat, moi qui me conservais. Le bois des armes claquait avec férocité en cette belle après-midi sur le tatami du dojo. Une fois l'entraînement terminé, c'est sous les chuchotements et taquineries de mes camarades que me mettais de nouveau dans ma tenue de tous les jours. Ils avaient remarqué cette soudaine expression calme et moins froide qu'à l'accoutumée, mais comment leur expliquer ?

Oui j'étais amoureux d'une jeune et future idole caractérielle de cheveux roux. Cette jeune fille qui m'avait recadré en pensant à mal de ma propre personne. Celle pour qui j'avais pleuré alors que mes larmes s'étaient taries depuis plusieurs mois depuis ma séparation avec Jade, cette femme elle-même pour qui la demoiselle avait pensé à mal. Mais je ne voulais pas la perdre. Le seul problème, c'était notre différence d'âge. Oui, j'avais environ dix ans de plus qu'elle. J'étais surveillant et elle élève au lycée où je travaillais. Que faire ? Comment nous aimer, nous si jeune couple ? Moi qui ait donné ce rendez-vous juste pour qu'elle soit plus confiante dans notre relation. Je ne dis rien à mes camarades car ils ne m'auraient pas cru. Moi, Lyo Sakuraï tomber amoureux d'une gamine ? Mais pour moi elle ne l'était pas. Elle avait quelque de chose de spécial à mes yeux. Une chose qu'une autre personne ne pourrait sans doute voir. Cette force qu'elle essayait de faire voir sous son caractère difficile à manier laissait montrer une fragilité douce comme une fleur à peine éclose.

C'est ainsi que je partais, une fois habillé, dans les rues de la ville. Durant ma marche, des lycéennes et collégiennes posaient leur regard sur ma personne. Mais il était 19 heures, alors que faisaient elles ici sans protection quelconque près des rues peu recommandables ? Car oui, se détourner de la rue commerçante pouvait vous amener à voir autre chose que des citadins dans la moyenne. En ce début de soirée où tombait le crépuscule, dessinant de ses reflets rougeâtres des ombres sur les murs bétonnés. Les gens étaient presque tous rentrés chez eux, les rues à moitié vides d'individu quand j'arrivais devant la porte du salon de thé. Quelques clients étaient présents. Ce n'était pas encore l'heure d'affluence après tout. J'ouvris avec fermeté mais douceur la porte sur laquelle frappa la clochette d'entrée. La serveuse me fit un sourire car elle me connaissait depuis un moment. J'étais un des habitués. Leurs mélanges d'infusions et de thé embaumant de leurs senteurs la pièce une fois les boîtes en fer ouvertes. C'était serein que je m'asseyais à une table pour deux quand mon portable sonna pour prendre une conversation barbante :



"Lyo chaaaaaan ! Lyo chaaaaaan ! Je suis là depuis trois jours et je ne t'ai pas vuuuuuuuu !
- Makoto, mes tympans. Baisse d'un ton je t'en supplie.....
- Maieuh ! Tu parles comme ça à ton adorable grand frère qui t'aime ? C'est méchaaaaant !
- Makoto, tais-toi, tais-toi, imbécile !
- Mais petit frère ! Dis bonjour ! Un bisou téléphonique !
- Je raccroche ....
- Non ! Sinon je montre ton journal à Jade !
- Que ? Comment ?
- Je vis chez toi Lyo-chaaaaan !
- Non tu as volé mes clés dans le casier ! Comment oses-tu ! Tu n'es qu'un sale....
- Petit gamin de Lyo ! Je te les ai empruntées, nuance ! J'ai le double ! Alors qu'est-ce que tu fais ?
- Ça ne te regarde pas !
- Mais euh !!!!!"


C'est ainsi que continua la conversation. Makoto voulant à tout prix me tirer les vers du nez, me faire avouer et moi qui m'énervait comme un petit gamin. Je jalousais Makoto. Lui, le grand frère qui avait pu faire ce qu'il voulait, et vivre normalement. mais jamais il ne m'en a voulu de penser comme cela et m'a toujours aimé......de faon bizarre, mais aimé. Bizarre comme son dernier cadeau, un télescope couvert de stickers de martiens. Rangé dans un placard. Avant d'abdiquer, il me dit : "je t'aurais préparé ton petit déjeuner pour demain mon chéri d'amour !" Un excentrique...Je passais une main sur mon visage encore exaspéré par cet appel. Mais c'est là que je vis Kooh. Je reprenais vite mon calme, espérant qu'elle n'ait pas vu mon air de gamin énervé. Seul Makoto savait me faire sortir de mes gonds et c'était gênant. Je dis avec un sourire mal engagé :

"Bonsoir Kooh. Je m'excuse c'était un appel...Comment vas-tu ? Tu viens d'arriver ?"

La déstabilisation de Lyo et la rage de Gin étaient en marche......
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Raimei Davis !


■ Messages : 81
■ Age : 23
■ Popularité : 113

MessageSujet: Re: Le Salon de Thé   Ven 17 Fév - 22:50

La nervosité. Jamais Kooh n'avait été aussi nerveuse depuis des années...et c'était étonnant car elle avait quand même passé beaucoup d'auditions et avait souvent eu d'autres raisons de s'inquiéter. Ce qui arrivait aujourd'hui n'était pas un casting toutefois. C'était complètement différent. Il y avait certes des côtés bons à cela. Elle était déjà choisie...mais le problème c'est qu'elle pouvait encore et toujours se faire virer par qu'elle venait à peine de signer le contrat. Oh, elle s’écœurait un peu à comparer sa vie amoureuse à sa carrière...mais vous comprendrez qu'elle n'était pas trop en état pour se contrôler. C'était la première fois qu'elle avait un rendez-vous avec Lyo. C'était également la première fois qu'ils se rejoignaient en dehors des murs de l'école. Cela faisait parti des petits détails plus minimes les uns que les autres qui, assemblés, l'agitaient. Et ce n'était pas tout, ses cousins l'avaient mit dans un de ces pétrins. Apparemment, ils auraient décidé de venir au Japon pour la " superviser " dans ses relations...pensant très certainement que Lyo était un beau salaud après ce qu'elle leur avait raconté la nuit où elle l'avait aperçu avec Jade dans les jardins. Elle ne lui en voulait plus, maintenant qu'elle avait eu des explications...mais les jumeaux Keun n'avaient pas eu de ces nouvelles entre temps. Ils se seraient même pointé à Tsubasa pendant quelques heures, mais leur parents s'étaient empressé d'annuler leur transfert et les renvoyer en Corée. Elle avait rit en recevant un sac de bonbon de leur part, emmené par une fille qu'elle ne connaissait pas. Il faudrait qu'elle les appelle plus souvent ces deux idiots là !

Enfin, pour en revenir au sujet principal, Kooh avait pendant tout ses cours tapé vivement du pied, impatiente. Après les cours, elle avait un petit entrainement de danse à l’horaire, mais elle était tellement frétillante qu'elle avait fini par aller à sa chambre fouiller sa garde-robe. Elle cherchait l'habit parfait...mais il faut dire qu'elle ne savait pas trop ce qui pouvait plaire à son petit-ami. En dehors de leurs boulots et son rêve et leur soit disant haine l'un envers l'autre, ils n'avaient pas eu de conversations qui pouvaient lui donner un indice là dessus. Vu son caractère stricte et ses propres habits, elle jugea qu'il préfèrerait peut-être des habits plus sobres. Pas un truc fade, parce que sinon il ne l'apprécierait pas...mais quand même un truc moins embêtant qu'une robe rose bonbon...ce qu'elle n'avait pas de toute façon. Elle hésita entre plusieurs choses, songeant même à y aller avec un de ses habits de tout les jours...qui si vous ne vous en souvenez pas, s'assimilaient à des uniformes à l'européenne. Mais non ! C'était leur première soirée en couple, elle devait avoir l'air spéciale. Elle voulait qu'il soit ébloui en la voyant...ou au moins rassuré. Au bout d'au moins une heure de recherche intensive, elle trouva ce qu'elle cherchait désespérément. Ce serait un habit propre, mais tout de même mignon sans faire tape à l’œil ou ennuyante. Il était constitué d'une jupe taille haute jaune décorée de petits points noirs, d'une chemise blanche de type un peu vieillot, mais classe, et d'une veste rouge à manches longues, définies de lignes noirs où elle se refermait et au niveau du poignet. Elle essaya son ensemble pour s'assurer que ça irait, puis remarqua que son ruban n'allait pas avec le reste. Allant devant son miroir, elle ouvrir le tiroir qui ne servait qu'à ses rubans, farfouillant un peu pour enfin trouver une cordelette rougeâtre dans la même teinte de son veston. Sublime !

Il restait encore une heure avant le rendez-vous...une heure pendant laquelle l'idole tournait en rond, se mordillait les ongles et vérifia plusieurs fois qu'elle n'avait rien oublié. Elle avait même prit la peine de changer de sous-vêtements pour en mettre des assortis...sait-on jamais. Roh! Il faut être prêt à tout. Oui, elle y a pensé! Ça ne fait pas d'elle une perverse, juste une personne organisée ! Une fois cela fait, son maquillage léger retouché et ses cheveux biens recoiffés, elle partit une vingtaine de minutes en avance, au cas où elle se perdrait.

Bonne idée, car cela arriva. Moins gênée que certaines, l'étudiante demanda son chemin et arriva au lieu du rendez-vous. C'était un petit salon de thé. Calme et reposant comme endroit...ça ne l'étonnait pas comme choix et ça ne la décevait pas non plus. Ce genre d'endroit avait souvent des desserts tout simplement divins...et son manager n'était pas là pour lui taper sur les doigts. Il était déjà là quand elle ouvrit la porte, faisant sonner la petite clochette. Elle l'avait cherché du regard et l'avait vu à une petite table pour deux, discutant au téléphone. Probablement une autre conversation importante dans une langue qu'elle ne comprenait pas. Elle soupira, espérant qu'il n'en recevrait pas trop de ces appels pendant la soirée. Un ou deux, elle comprenait...mais après trois ça risquait de devenir ennuyant. N'empêche, ce fut quand, à pas lents, elle atteint la table qu'elle comprit que ce n'était pas du tout le genre de conversation qu'elle avait cru que ce serait. D'ailleurs, l'air énervé que Lyo affichait la fit rire un peu, ce qu'elle fit discrètement, faisant passer cela pour une quinte de toux. Il avait vite reprit son air habituel quand il l'avait remarqué et avait raccroché. Restant debout, elle lui sourit, même si le sourire que lui lançait semblait légèrement forcé. Il était encore visiblement affecté par son appel.

" Je vais bien, merci. Et toi? Je viens d'arriver ne t'en fais pas. "

Penchant la tête, la rousse afficha un air intrigué et demanda doucement à son tour quelque chose, serrant ses doigts sur la ganse de son petit sac à main noir qu'elle tenait devant elle de ses deux mains.

" Qui était-ce? Tu sembles un peu...exténué. ", elle hésita un peu avant de ricaner naturellement en rosissant et ajouter " Je trouve ça mignon. D'ailleurs, t-tu es très beau. "

Elle n'était pas certaine que ce soir le meilleur sujet pour entamer la soirée...mais elle ne pouvait s'empêcher d'être curieuse. Attendant sa réponse, elle posa sa bourse sur un coin libre de la table et tira sa chaise pour s'asseoir. Elle prenait bien le temps de respirer. Tout allait bien aller ! Courage rouquine ! Tu as vécu bien pire que cela!

[C'est nul, désolée. Je me reprend au prochain D:]
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Le Salon de Thé   Dim 19 Fév - 14:48

Je regardais Kooh dans sa petite tenue de rendez-vous. Elle était très jolie, même trop. Certains couples qui passaient devant la baie vitrée nous regardaient et ceux dans le salon de thé demandaient aux serveuses si nous étions des acteurs. Sa tenue rouge et blanche lui allait comme un gant. Et moi avec ma longue veste noire près du corps style militaire, mes gants, ma chemise mauve foncée et ma nouvelle coupe, oui car je m'étais coupé les cheveux pour l'occasion et me dégager de mon ancien passé, je ne ressemblais pas vraiment à un homme atypique. On aurait dit que je sortais droit des films de guerre japonais des anciens temps. C'était pourtant de beau habits, mais pour les gens présents ils étaient trop singuliers à leur goûts voir excentriques. Je déglutissais un peu à ses paroles chaleureuses qui étaient pourtant un brin moqueuses. Mais elle bégayait et c'était tout à fait adorable. Dans sa position, sa tenue, son petit visage rosi, tout ceci était agréable à regarder malgré sa réputation pour son caractère très...impulsif et gamin.

Je me levais et me mettais derrière elle pour l'enlacer par la taille et lui déposer un baiser sur le front très léger de mes lèvres réchauffées par le thé que j'avais pris en l'attendant.Je la poussais doucement jusqu'à sa chaise que je lui tirais avant de l'aider à s'y installer en lui tenant délicatement la main droite, qui de dos pouvait sembler tout à fait princier pour les personnes présentes, mais de visage...c'était le visage crispé un peu par le sujet qui avait eu lieu précédemment que je tirais sur ma veine temporale droite et par le portable qui sonnait avec la chanson personnalisée pour Makoto (moyen pour ne pas répondre à ses appels). J'étais vraiment énervé malgré le fait que je garde très bien voir trop mon calme malgré cela. Il avait décidément voulu me gâcher la soirée, mais je n'allais pas le laisser faire. J'éteignais de suite l'instrument de mon malheur et tant pis pour les messages que je risquais de recevoir durant la coupe. Je regardais de nouveau Kooh mais cette fois-ci un beau sourire calme et je lui dis :

"Ne t'inquiète pas pour cet appel. Juste une personne qui a trop de choses à me dire ou à me demander sans chercher par lui-même. Et un possible problème de colocation dans un moment. Mais ne parlons pas de cela."


Je repartais sur ma chaise et je commandais de nouveau un thé ainsi qu'un assortiment de pâtisseries. Comme cela, elle choisirait ce qui lui plaît. Je croisais les mains sur la table et je la regardais calmement quand mon thé arriva alors que le sien était toujours en cours de préparation. Je remerçiais la serveuse qui partit de suite parler avec ses subordonnées. Mais qu'avaient-ils tous ? Ce n'était pas normal pour nous de nous voir ? Soudain, je me rappelais de ma dernière apparition télévisée. C'était au cours de l'élection présidentielle. J'avais parlé au nom de tous les jeunes du pays. Et puis Kooh avait aussi des parents connus. Nous étions donc repérés. Tant pis, nous étions un couple normal à mes yeux. Je lui souriais doucement pour lui demander :

"Comment s'est passé le reste de ta semaine ? Je n'ai pas eu l'occasion de te revoir depuis. Tu devais être très occupée."

Je pris une légère gorgée de thé et j'attendais sa réponse en serrant sa petite main dans la mienne.
Revenir en haut Aller en bas




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Le Salon de Thé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Salon de Thé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le salon du chocolat à Paris
» 11e Salon du Jeu de Rôles, du Rêve et de l'Imaginaire organi
» 2ieme salon normand de la figurine
» Premier salon d'innovations pour valoriser les travaux de fin d'études.
» Le Salon des Héros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: Bavardages & Co :: Corbeille à RP-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com