[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le toit, prés des rambardes donnant sur la ville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
horse rider ♠ love speed

Un fou ? Non,
Firewalker S. Altery !


■ Messages : 71
■ Age : 107
■ Orientation sexuelle : Bisexuelle a tendance heterosexuelle
■ Popularité : 106

MessageSujet: Le toit, prés des rambardes donnant sur la ville.   Mer 7 Mar - 16:17

la mort au bout des doigts
あなたの指先で死亡

firewalker & surin ✗ le toit ✗ deux heures
    Douleur. La douleur lui lacerait les jambes, comme si on essayait de lui couper la peau. Une nouvelle grimace de douleur passa sur son visage en sueur, et degoulinant de pluie. Le fauteil était renversé sur le côté, et sa main accrochait la rambarde. Ne pas lacher. Ne pas lacher. Ne pas mourir. Ne pas leur faire plaisir. Survivre. La pluie tombait a grandes gouttes, et le ciel se dechirait reguliérement, des grands eclairs le traversant. Ses jambes étaient ramenées sous ses fesses, s’agitant en soubre-saut. Ses yeux étaient clos, cripés par la douleur. Mal. J’ai mal. Tellement mal... Trop mal. Comment avait-elle put en arriver la ? Seule sous la pluie, a trois heures du matin sur le toit du Lycée… ?
    UNE DEMI HEURE AUPARAVANT.
    Elle se tournait, et se retournait. Apparement, le sommeil n’était pas pour cette nuit. Elle prit son portable sur la table de chevet et regarda l’heure. Deux heures et demi. Et dire que demain elle commençait a huit heures… Se retournant une eniéme fois, elle fixa Anaki, sa colocataire, qui elle, dormait paisiblement. Elle l’enviait. D’habitude c’était toujours elle qui s’endormait la premiére, et Anaki qui veillait toute la nuit. Les rôles avaient été inversés. Elle se redressa sur son lit, et posa ses mains sur ses genoux. Comme d’habitude aucune sensation. Elle ne sentait que ses mains qui touchait quelque chose, mais ses genoux ne sentait rien. De temps en temps, elles se reveillaient, mais c’était tellement rare…Tellement rare qu’elle en avait perdue l’habitude. Elle avait perdue l’habitude de sentir le sol sous ses pieds. Même si elle était debout. Elle avait perdue l’habitude de sentir ses jambes heurter quelque chose. Elle ne s’en rendait compte qu’avec le bruit.

    Se levant, elle tenta de rester debout sans tomber. Ne pas reveiller Anaki. Elle s’appuya sur l’accoudoir de son fauteil roulant, et se laissa lourdement tomber dedans. Par habitude, elle posa ses mains sur les roues, et le fit tourner pour passer la porte. Il fallait qu’elle prenne l’air. Et le meilleur moyen, c’était le toit…
    MAINTENANT.
    Une larme coula le long de sa joue, et elle eclata en sanglot. Elle avait trop mal, et elle ne pouvait plus se relever. Comme si toute la douleur qu’elle n’avait jusqu’ici pas ressentit se manifestait d’un coup. Comme ça. Elle lacha la rembarde et laissa son dos s’appuyer un peu plus contre la rambarde. Un frisson de froid l’agita. Peur. Et je mourrais aujourd’hui ? Cette phrase tournait en boucle dans sa tête. Et si la mort avait decidée de me rendre visite aujourd’hui ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Le toit, prés des rambardes donnant sur la ville.   Mer 7 Mar - 17:44

La nuit était déjà bien avancée, il était un peu plus de trois heures du matin, la jeune Sû n'arrivait pas à dormir, et de toute façon elle n'avait nulle part où dormir, elle venait tout juste d'arriver dans ce lycée mais avait complètement oublié de demander dans quelle chambre elle logeait, bref insomniaque et SDF elle était malle barrée, ses affaires étaient toutes entassées dans un coin du lycée. La poisse ! Manquait plus que ça tiens : la pluie ! La jeune fille aux cheveux verts était donc maudite ? En à peine trente secondes la nippone était trempée jusqu'aux os, ses belles chaussures étaient également mouillées, non pas les chaussures ! Sû leva la tête en l'air, elle était le long d'un mur de l'établissement scolaire, et tout en maudissant Dieu inexistant elle cru apercevoir un corps dans les airs. Elle n'était pourtant pas bourrée, ni même shootée. Elle ferma ses yeux fortement et les rouvrit, elle n’hallucinait pas : un corps pendait bel et bien dans les airs. Mon dieu ! Paniquée Sû se mis à regarder de partout autour d'elle, personne, d'une demi-voix elle interpella le corps :

« Eh ! Toi là ! Qu'est ce que tu fous ? Attends j'viens te chercher. »

Par chance des escaliers menaient au toit, quelle chance de ouf ! Finalement elle n'était pas tant maudite que ça. Elle monta les marches quatre à quatre, cependant la pluie la ralentissait. La jeune nippone arriva tout en haut et aperçu un fauteuil roulant renversé, elle se pencha la tête en avant et vis une jeune rousse, han que Sû aurait aimé avoir de si beaux cheveux, même dans la nuit elle pouvait voir les couleurs distinctement. Bref, elle s'essuya les mains pour avoir meilleure prise. Elle s'accapara les poignets de l'inconnue, elle tira de toutes ses forces, l'air de rien la gymnastique ça musclait ! La jeune fille lâcha une de ses mains pour permettre à l'inconnue de trainer plus facilement ses jambes sur le toit. Lorsque la rousse était en lieu sûr, Sû prit le fauteuil le remis en bonne position, et aida handicapée à monter. Elle était consciente que cette dernière aurait très bien pu le faire seule, mais dans l'état où elle se trouvait...
Une fois installée dans son fauteuil la fille aux cheveux verts se présenta :

« Moi c'est Sûrin Sôma, mais tu peux m'appeler Sû s'tu veux. »

Un soupire de soulagement vint prendre place dans sa bouche, elle rajouta :

« Et toi c'est quoi ton nom ? D'ailleurs qu'est-ce que tu faisais là, sur le toit ? »


On voyait bien là la Sû de tout les jours : qui tutoie tout le monde, parlant d'un japonais peu soutenu, et qui ne va pas par quatre chemins pour ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com
 

Le toit, prés des rambardes donnant sur la ville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le toit, super endroit pour une sièste... Ou pas. [PV May Willis] [terminé => suite à l'infirmerie]
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» donnant dannant !
» Les fesses à l'air par le toit ouvrant d'une voiture...
» Arrêt au toit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: Bavardages & Co :: Archives :: Corbeille à rp's-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com