[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Mamiya R. Saionji !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 23
■ Age : 27
■ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
■ Popularité : 50

MessageSujet: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Lun 5 Mar - 23:15



Mamiya Rin Saionji




ÂGE ; 17 ans
DATE & LIEU DE NAISSANCE ; 17.10.1994
ORIENTATION SEXUELLE ; Hétérosexuelle
ACTIVITE ; Étudiante






"Un ♥ D'artichaut, les garçons sont trop beaux" :

"Quand j'étais enfant, on me traitait comme une poupée. Je ne suis plus une enfant, mais je suis encore une poupée. Les gens dans la rue, dans ma vie, partout où je vais, tout le monde me traite encore comme cette petite chose fragile qui tiens au creux des bras et avec laquelle on peut faire n'importe quoi. Mais je ne suis pas une poupée. J'aime la mode, j'aime m'habiller, jamais de pantalon, ça fait trop garçon. Je déteste être moche, je déteste me sentir laide. Certains pourront me qualifier de "Barbie pleurnicheuse" Mais je n'en ai ni la taille, ni la force. Je souris tout le temps, tout le temps je souris. Qu'il soit factice ou réel, ce sourire est mien. Trop enjouée, on me déteste, trop mystifiée, on m'admire. Mais quoi ? Dois-je me peinturlurer pour être adulée ? Je n'en veux pas. J'ai beau être parfois superficielle, jamais je ne ferai les choses parce qu'on me le dicte. J'aime être belle, mais pas un mouton qui bêle. J'ai quand même mon caractère. Susceptible ? Oui...peut-être trop. Je ne supporte pas être raillée pour ce que je suis, encore moins pour ce que l'on pense que je dois être. Fragile et insipide petite chose ? Non. Fragile...légèrement. Mais j'ai autant de goût qu'un chocolat au nougat. Embrasse-moi. Car je ne suis pas timide. Parfois je met mal à l'aise avec mes sous-entendu, parfois je met mal à l'aise par mes paroles crues. On pense que je dors encore avec un nounours, on pense que j'aime les histoires d'amour dégoulinant de rose, c'est vrai. On pense aussi que je me comporte comme une fille...j'en suis une. Alors qui suis-je ? Une bavarde fashionista ? Une fan de mode rebelle ? Une petite sotte superficielle ? Et pourquoi pas un peu de tout ça avec une pointe de ce que l'on appellerait de la gourmandise...j'ai beau être fine, je mange comme quatre. Mais jamais mal. Je fais attention à ce que je mange et comment. Manger en publique et se comporter comme un porc...JAMAIS de la vie. L'image, c'est ce que nous avons de plus important à offrir aux autres. Je leur offre ça, car mon cœur me fait peur..."



"J'ai les lèvres infidèles et sous les yeux trop de rimmel" :

"Mamirin, c'est moi. Mamirin c'est une jeune femme qui se prend pas pour n'importe qui, mais fait n'importe quoi. Du haut de son mètre soixante, des cheveux brun-noir soyeux et ondulant parfois doucement, lissé parfois par le vent, elle marche toujours la tête haute, perchée sur des petits talons, rendant ses jambes fuselées. Elle aime ses cuisses légèrement ronde et ses hanches naissantes. Mamirin, c'est moi. Mamirin, femme enfant, Mamirin femme qui n'aura jamais d'enfant. Avec un visage mutin, des lèvres bien rouges et voluptueuses, une bouche de boudeuse. Elle ne supporte pas qu'on touche ses lèvres, car elle aime embrasser plus que de raison. Mais la raison fait qu'elle ne peut pas embrasser sans avoir peur de sombrer dans l'amour. Mamirin, c'est moi. Mamirin, fille d'un soir, Mamirin, fille des trottoirs. Elle se vêtit que de jupe et de short, court, court court, car elle aime qu'on la regarde. Ses bras fins, graciles, sa taille fine, que l'on croirait pouvoir se briser lorsqu'elle se déplace. Mamirin, c'est moi. Mamirin poupée de son, Mamirin poupée de sang. Sa peau diaphane qu'elle n'expose jamais au Soleil, douce comme de la soie, imberbe et délicate. Sa poitrine discrète, ronde et agréable, qui tient dans la paume d'une main, de petites pointes chocolatées, que l'on aimerait sucer. Et Dieu sait qu'elle aime quand on fait ça. Oui, Mamirin...c'est moi. De grands yeux sombres, maquillé, des sourcils fins, taillés. Mamirin, c'est moi, et un moi qui se dit dans toutes les langues, mais surtout du bout de la tienne"


    TAILLE ; 1m60
    POIDS ; 40 Kg
    POINTURE ; 36
    PERSONNAGE DE L'AVATAR ; Eriko Futami >> Kimikiss


Mon histoire ...



Emmène moi danser ce soir, Fais moi valser, fais moi boire. Je veux me suspendre à ton cou. Je veux voir des beaux gosses à genoux. Raconte moi la belle histoire, Fais moi boire, fais moi croire, Que d'un pauv' crapaud tu seras un prince...Quand je s'rais passée entre tes pinces


||Avant, je me posais toujours des questions. Pourquoi on vit, pourquoi on meurt, pourquoi faut-il que tes tartines tombent toujours du côté beurre. Aujourd'hui plus encore, j'ai des questions pleins la tête, pleins le cœur. Mais je ne les poses plus à tort et à travers...parce que je n'ai plus besoin d'être le centre de l'univers||

Plus besoin d'être le centre de l'univers, car elle l'est et le sera toujours pour ses parents. C'était en automne '94. Les arbres se paraient de couleurs chatoyantes pour se dévêtir bien vite et offrir leur manteau à la terre. Les sols jusqu'alors vert ou légèrement bruni par les pluies automnales, devinrent des marées d'orange, de jaune, de rouge. Le vent s'amusait, tel un artiste, à faire s'envoler des nuées de couleur, rendant l'atmosphère étrangement féérique, surtout à l'approche des fêtes d'Halloween. Les enfants riaient et chantaient, se roulaient dans les feuilles mortes que les pauvres employés de l’État c'était efforcé à mettre en ordre. Des petites montagnes bien rangées, comme on aime le faire au Japon. Surtout dans cette petite banlieue bourgeoise de la capitale. Tokyo. Dans un petit pavillon tout ce qu'il y a de plus banal pour le quartier, la famille Saionji, une famille très correct, connue sans être célèbre, riche, sans être milliardaire, attendait un heureux évènement. Risa, la mère, ne voulait pas d'un accouchement à l'hôpital. Dés le jour où elle sut qu'elle attendait un enfant, elle avait demandé à son mari une infirmière à domicile et pouvoir mettre au monde son trésor dans un endroit familier et moins impersonnel et froid qu'une chambre aux murs blancs, emplie de bip et de bruits artificiels. Comme toujours, Kakihara, le père, ne pouvait pas refuser. Il ne refusait jamais rien à sa chère femme, qui avait gardé de son enfance dorée, quelques manières d'enfant gâtée. Honteusement gâtée. Et la douceur de son mari qui paraît si froid de l'extérieur, n'aide pas à la faire devenir une femme moins capricieuse. C'est vers 14h que la petite vint au monde. On arrivait pas à se décider. Mamya ? Rin ? Alors il fut décider de l'appeler Mamiya, prénom qui avait été porté par la grand mère maternelle et lui mettre en second prénom, Rin, hommage à une amie d'enfance partie trop tôt de monsieur Saionji. Cette toute petite chose fragile, cette petite perle à la peau diaphane et à la petite touffe de cheveux noire, aux immenses yeux sombres et à la petite bouche rouge. Elle aurait put se faire appeler Blanche Neige...

||Blanche comme neige, des lèvres rouges comme le sang, des cheveux noirs comme la suie...je ne m'appelle pas Blanche Neige, mais je suis tout autant une princesse que cette cruche chantante. La différence entre elle et moi, c'est que moi, il n'y a pas de vilaine sorcière et pas...de prince charmant.||

Avec une mère issue de la classe sociale élevée avec des restes d'enfant gâté et un père aussi doux qu'un agneau, comment ne pas être traitée comme le plus pure des trésor ? Un rubis, un saphir, un diamant...Ses parents auraient tout donné pour elle et ils le montraient au quotidien. C'est vrai que souvent, on s'imagine les japonais comme des personnes pudiques, peinant à montrer leurs sentiments. Si papa Kakihara avait de la peine à la prendre dans ses bras et lui dire "je t'aime" aussi facilement que maman Risa, il lui montrait son amour de bien d'autres manières. Il lui offrait tout ce qu'elle voulait, de la robe qu'elle avait vue en vitrine, au petit chat de la boutique du coin. Elle avait donc tout ce qu'elle voulait, quand elle le voulait. Cela aurait pu, aurait du, la desservir. Mais heureusement, dans cet amour débordant, il y avait un certain équilibre. La main de fer des Saionji restait présente dans l'éducation de la petite Mamiya et ses parents faisaient en sorte de toujours lui dire la vérité. Ne pas enfermer une enfant dans une cage dorée, ne pas passer son temps à la préserver des mauvaises choses de la vie, afin de lui offrir les meilleurs bagages pour la suite. C'est donc dans un environnement stable, fait d'amour et de joie qu'a pu grandir la petite Mamiya, qui se fit bien vite appelée Mamirin, par ses camarades de classe et ses parents.

||Quand j'étais petite, je passais mon temps à me poser des questions étranges. Je ne savais pas ce qu'était l’agoraphobie, je pensais que c'était la phobie des rats-gore. Allez savoir ce qu'est un rat gore...Aujourd'hui, non seulement je sais ce qu'est l'agoraphobie, mais je la vis. Cette peur de la foule. Ironique pour une fille qui rêve de célébrité non ?||

Mamirin allait dans une école privée. Les parents ayant les moyens, ils voulaient l'élite pour leur fille. C'était quelque chose d'important pour eux, que de savoir leur princesse entre de bonnes mains. Et puis l'uniforme était adorable, ce qui plaisait plus que tout à la petite qui était déjà, malgré son jeune âge, portée sur la mode. Malgré quelques petits problèmes mineurs de santé, comme des allergies quelque peu dérangeante ou encore des phobies qui lui venait d'on ne sait où, Mamirin était une petite élève adulée par ses camarades, qui la trouvaient si étrangement mignonne et classe, petite femme parmi les petites filles. Ses professeurs, malgré parfois quelque réticences, car la trouvant un peu trop "hors des normes", refusant de jouer au ballon avec ses camarades, de peur de se salir, refusant de manger des choses grasses malgré son jeune âge...ils peinaient un peu, car elle ne faisait rien comme les enfants de son âge, ne pouvait pas lui reprocher ce qu'elle était. Car elle était douce et intelligente, suivait les cours assidûment, n'était jamais en retard et toujours très polie. Non, ils ne pouvaient pas lui en vouloir réellement de poser des questions étranges, d'attendre mille ans jusqu'à ce qu'on lui réponde et reposant les mêmes questions si la réponse donnée n'était pas à sa convenance. Cette petite étrangeté qui évoluait parmi les autres avec une aisance déconcertante était donc vouée à devenir quelqu'un malgré ses airs de femme enfant, de gosse riche précieuse et superficielle. Et en grandissant, cela n'allait pas en s'arrangeant, car plus elle prenait de centimètres, d'âge, plus elle aimait la mode, les garçons devenant une sorte de passion presque difficilement gérable, même pour des parents compréhensifs et aimant.

||Les garçons, c'est comme les bonbons. Je les aime à outrance, mais si j'en mange trop, ça me fait mal aux lèvres, ça me fait mal au cœur. Pourtant, j'ai envie d'en manger tous les jours, toutes les nuits...mais mon cœur ne le supporterais pas. Je ne veux pas mourir||

Les garçons. Depuis petite, alors qu'elle était normalement dans l'âge où "Les filles ça puent " " Les garçons c'est sales", au contraire, elle leur trouvait plein de qualité. Ils étaient beaux, ils étaient pas comme elle, ils sentaient bons, un mélange de terre battue des terrains vagues sur lesquels ils jouaient au foot et de lessive que "maman" utilisait. Ils sentaient aussi les bonbons qu'ils engouffraient toujours avec délice et les cigarettes parfois, quand ils jouaient les faux rebelles, toussant à cause du tabac trop fort pour leurs petits poumons. Mamirin aimait tout les garçons. Du pseudo prince charmant au bad boy futur délinquant. Elle aimait les cheveux couleur des blés...les cheveux couleur de la nuit. Les asiatiques, comme elle, mais aussi ceux qui venaient d'ailleurs. Les garçons à la peau laiteuse, ceux à la peau chocolat et même ceux qui avaient cette couleur entre le caramel et le café. Tous les garçons lui plaisaient. Les garçons et même parfois, les hommes. Admiratives devant les grands qu'elle voyait passé devant son école parfois, admirative devant, même, des hommes en costumes qui arpentaient les rues pour se rendre à leur travail de grandes personnes. Oui, Mamirin aimait les hommes. Mais très vite, elle avait compris que si le sexe était une chose, l'amour en était une autre. C'est en se douchant, qu'elle découvrit que certaines zones de son corps étaient plus sensibles que d'autres, c'est dans les draps à l'image pourtant d'un super héros, dans les bras d'un garçon un peu plus âgé, qu'elle découvrit que c'était encore plus plaisant de se faire caresser. Parfois, elle se demandait si c'était mal d'aimer à ce point ressentir ce plaisir presque honteux, parfois elle se sentait sale, comme les filles de mœurs légères qu'elle avait vu quelque fois sur les trottoirs de la capitale. Les filles qu'elle avait vu dans des films américains et sur des affiches de sex'shop. Et si elle parlait de tout avec ses parents, sa sexualité nouvelle l'effrayait trop et la fascinait trop pour avoir envie de la partager. Par contre...lorsque les sentiments se mêlèrent à tout cela, bien vite, ce tourbillon de plaisir vira et devint un handicap journalier.

||Un cœur d'artichaut, moi, je savais pas ce que c'était. Je pensais au légume, un légume que je déteste manger. Et après avoir appris ce qu'était réellement un cœur d'artichaut, j'ai commencé à détester mon cœur. Il était devenu immangeable||

Au départ, la petite Mamirin aimait les garçons, certes, mais étrangement, pas avec un cœur qui bat la chamade, des bulles dans le ventre et les yeux brillants. Elle les aimait comme on aime le bon chocolat, ou alors encore, comme on aime un nouveau jouet. Puis, de jour en jour, en grandissant, elle fini par trouver quelque chose d'autres dans les relations qu'elle avait. Des sentiments. Et c'est là que commença les douleurs, les malheurs et les tristesses. L'argent ne fait pas tout et Mamirin le savait pertinemment. Mais l'amour, c'était encore plus complexe. On ne pouvait pas l'acheter, on ne pouvait pas le contrôler. Elle tombait amoureuse à peine le garçon était un peu trop gentil avec elle. Au départ, Mamirin était une marionnette d'amour, les garçons, cupidon, le destin, tous faisaient ce qu'ils voulaient d'elle. Mais par la suite, elle est devenue droguée à ça. Elle ne pouvait pas se contenter de l'amour pur d'un garçon, d'un seul garçon. Non, il lui fallait plus d'amour. Se sentir aimée, ne jamais être seule. Un défaut qui lui venait du trop plein d'amour de ses parents. Aussi, si la jeune femme à eu beaucoup de petits amis, souvent elle leur aura fait du mal. Contre son gré, car ils ne pouvaient pas comprendre qu'elle en aime d'autre et elle ne pouvait faire autrement que d'aimer ces autres. C'était ça le quotidien de la petite Mamirin. La peur au final, de s'attacher, de tomber amoureuse et de faire souffrir a nouveau, un autre garçon. Comme le dit sa chanson favorite "Si j'avais un cœur dur comme de la pierre, j'embrasserais tout les garçons de la terre, mais moi j'ai le cœur comme du chewing-gum, tu m'embrasse et je te colle"

||Fais moi l'amour comme tu frapperais ton ennemi. Fais moi la guerre comme tu baiserais une prostituée. Embrasse moi comme si ta vie en dépendais, frappe moi comme si demain tu allais mourir. Offres moi tout ce que tu as à m'offrir avec passion...c'est tout ce que je demande. Que ce soit ta haine ou ton amour, ton sexe ou tes lèvres, fais le...tout ce que je te demande au final, c'est de ne pas me laisser seule...Non, ne m'ignore pas||

Aujourd'hui, la petite Mamirin est presque une adulte. Elle a mûrit, certes, mais elle ne parviens pas à faire changer les habitudes de son palpitant. Aussi, comme ses parents ont vu, finalement, que la petite était triste, semblait depuis quelques temps moins encline qu'avant à chanter et danser la vie, qu'elle passait moins de temps à s'habiller, à choisir ses tenues, dans la salle de bain, à se faire belle. Elle qui avait toujours été si coquette, semblait ne plus vouloir paraître en société, ne prenant même plus la peine de sourire aux garçons, d'essayer de se lier avec eux. Elle les fuyait même. Trouvant cela étrange, ils voulurent lui en parler, mais cela se voua par un échec. Car comme toujours, Mamirin ne voulait pas parler de ses malheurs, ne parlant en général que de choses joyeuses. Même dans les moments les plus tristes. Aussi, il fut pris la décision d'envoyer Mamirin dans un lycée éloigné de la capitale. Les parents pensaient qu'en offrant ainsi une certaine autonomie et émancipation à leur enfant, lui ferait le plus grand bien. Étant d'une famille aisée et bonne élève, bien qu'à regret, la direction du lycée privé dans lequel elle était alors accepta sans sourciller de faire le transfert du dossier de Mamirin...

Mais est-ce que cette nouvelle vie, dans ce nouvel environnement allait changer réellement les choses ?


CODE :
Validé par Dieu Itsuki


& toi !






PRENOM/SURNOM ; Ama-sama
DATE DE NAISSANCE ; 17 octobre 1990
SEXE ; Féminin
LIEU DE RENCONTRE AVEC LE FORUM ? Dans une ruelle sombre...//AVION Partenariat
POURQUOI T'ÊTRE INSCRIT ? Je trouvais sympa le graphisme et le context sans prise de tête.
IMPRESSIONS SUR LE FO'; Pour le moment...j'en sais trop rien >> je viens d'arriver...






Dernière édition par Mamiya R. Saionji le Mer 7 Mar - 19:11, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

\( *_* )/
avatar
\( *_* )/

Un fou ? Non,
Lavi Tettsui !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 1003
■ Age : 23
■ Caractère : Allumé au grand coeur \o/
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 1178

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ème année

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 0:00

Bienvenue à toi \o/
Bonne chance pour ta fiche et si tu as besoin de quoi que ce soit les Admins ainsi que les membres se feront un plaisir de t'aider Smile
Revenir en haut Aller en bas

avatar
horse rider ♠ love speed

Un fou ? Non,
Firewalker S. Altery !


■ Messages : 71
■ Age : 107
■ Orientation sexuelle : Bisexuelle a tendance heterosexuelle
■ Popularité : 106

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 6:32

Bienvenue chez les fous ;D
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Aoi Okabe !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 85
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Bisexuelle
■ Popularité : 104

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 13:05

Yosh jolie demoiselle ! Ton avatar est orangé et sucré. Ça me donne envie de manger tiens ! ;p
Bienvenue chez les normaux ou presque s3

En tout cas j'adore ta façon d'écrire tes description ça fait très musique. *_*
Même si je pense que c'est fait exprès :' )
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Mamiya R. Saionji !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 23
■ Age : 27
■ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
■ Popularité : 50

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 14:15

Merci tout le monde pour cet accueil ^ ~
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Un fou ? Non,
Maria Matsudaïra !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 11406
■ Age : 24
■ Caractère : Cruche
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 2550

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 15:11

Bienvenueuuuhhh Very Happy

Le code se trouve dans le règlement Very Happy

Quoi qu'il en soit mumuses-toi bien parmis-nous Very Happy

• • • • • • • • • • •



Nous lier?
Code:
[url=http://lyceetsubasa.forumpro.fr][img]http://i40.servimg.com/u/f40/11/70/47/31/anigif10.gif[/img][/url]


Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre à par entière

Un fou ? Non,
Sûrin Sôma !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 324
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 368

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ère année

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 18:08

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.revesdecriture.com

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Mamiya R. Saionji !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 23
■ Age : 27
■ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
■ Popularité : 50

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 19:58

Sank Youuuu ~♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Le Grand Dieu

Un fou ? Non,
Itsuki Yamazaki !


Tsuba-Points : 200
■ Avertissements : 0
■ Messages : 1436
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 1587

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 3 ème

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 22:07

Nan j't'aime pas, bienvenue quand même.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Mamiya R. Saionji !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 23
■ Age : 27
■ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
■ Popularité : 50

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mar 6 Mar - 22:18

UwU Merci..quand même ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Mamiya R. Saionji !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 23
■ Age : 27
■ Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
■ Popularité : 50

MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    Mer 7 Mar - 19:12

Voilà, désolé du double Post, mais j'ai terminé ma fiche et vous souhaite bonne lecture ^ ^
J'espère que vous aurez plaisir à la lire et que j'ai pas fait trop de fautes d'orthographes ou d’inattention !!!
Revenir en haut Aller en bas




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||    

Revenir en haut Aller en bas
 

Et vous, Tu m'aimes ? ||Mamirin||

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Simpsonisez vous
» Georges Saati, vous avez raison mais ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: LE BUREAU D'ADMINISTRATION :: Présentation des personnages :: Présentations sauvegardées.-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit