[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Sam 14 Jan - 22:57



Okinawa Naoki




ÂGE ; 17 ans
DATE & LIEU DE NAISSANCE ; 15 Aout 1994 ~ Paris
ORIENTATION SEXUELLE ; Hétérosexuel
ACTIVITÉ ; Étudiant






DESCRIPTION MORALE :

[Naoki vu par son père]
Quoi ? Mon fils ? Ca a jamais été quelqu'un de méchant, non, vraiment, il est d'ailleurs très sensible et s'accroche beaucoup à l'art et la musique. Il joue d'ailleurs du piano, depuis qu'il est minaut... Je m'en souviens comme si c'était hier, du jour où... Euh, je m'égare... En fait, il dit jouer du piano et un peu de violon car il trouve ça instinctif, comme instruments. Même pas si la musique n'est autre que sa raison de vivre. Nous même nous n'arrivons pas à le faire changer d'avis, avec ma femme. Du moins, quand elle était encore là... Sinon, comme je vous le disait, Naoki reste un passionné de musique et autre, mais il a quelque chose qui le caractérise vraiment, c'est le fait qu'il n'a reçu aucune éducation. Ce pauvre petit à du vivre en campagne avec nous, durant toutes ses années, et c'est quand notre situation c'est calmé qu'on l'a inscrite dans cette école. C'est à peu près tout.

[Naoki vu par son frère]
Mon frère est pas comme les autres, il reste la plupart du temps à dessiner ou a faire de la musique avec ses jouets. Notre père appelle ça des instruments, mais nous, on considère ça comme des objets d'amusements. D'ailleurs, quand il dessine ou quand il fait de la musique, c'est toujours des musiques calme et il reste toujours serein. Rien ne peut le faire bouger ou déconcentré, à de rares exceptions. Aussi, quand on était çà notre village, il ne se faisait aucun ami, il restait tout le temps seul dans son coin, ou alors il marchait avec moi et on parlait pendant des heures de tout et de rien... Mais surtout de rien. Et quand on eu fini de parler, il regardait l'école en pleurant. Il n'avait jamais reçu aucune éducation de sa vie, moi non plus d'ailleurs, donc on a énormément de mal à suivre les autres. On ne sait que additionner et soustraire, et encore... Sinon, il reste dans le fond quelqu'un de gentil et d'un peu dépressif par moment. Donc j'espère qu'on va au moins avancer d'un pas en entrant dans ce lycée. Mais pour résumer ce qu'est mon frère, c'est quelqu'un de serein, calme et nostalgique.



DESCRIPTION PHYSIQUE :

[Naoki vu par sa mère]
On dit que je suis la mieux pour décrire mon enfant. Je ne sais pas si c'est vrai mais je vais faire de mon mieux... Alors, déjà, mon fils est grand ! Nettement plus grand que moi, il doit faire la taille de son père, c'est d'ailleurs le plus grand membre de la famille. Il n'a que 17 ans et fait un tiers de plus de ma taille, si c'est pas fou... Euh, pardon, ensuite, donc, il est plutôt mince, mais pas trop non plus, contrairement à ce que l'on penserait, physiquement, il ne fait pas vraiment son poids. Il a l'air d'en peser 40 alors qu'en vérité, il en fait une vingtaine de plus, c'est d'ailleurs assez troublant au début, bien que l'on ne s'en rende pas vraiment compte, à force, ça devient naturel. Ensuite, on peut remarquer qu'il a des cheveux entre mi-longs et court, incroyablement soyeux, d'ailleurs, je ne sais pas comment il fait pour qu'ils soient comme ça, mais bon. Ils sont brun, également. Ensuite, il a des yeux couleurs orange ou marron, un peu comme des ambres. ses yeux sont comme des pierres précieuses, oui... Sinon, le reste de son visage est normal, ses lèvres sont fines son nez comme la plupart des français et je m'attarderai pas sur ça, d'ailleurs. Il a mise à part ça, de belle mains, fines et agiles, des mains de perfectionniste, d'artiste, de pianiste. Il a aussi des pieds un peu grand au goût de tout le monde, bien qu'il puisse bien se déplacer. Il parait grand et léger, mais retenait qu'il est grand, car sa croissance n'est apparemment pas finie... Il pourra peut-être finir avec 2 mètres 10... Mon fils est définitivement le plus grand de toute la famille...


    TAILLE ; 187cm
    POIDS ; 62 Kilos
    POINTURE ; 41
    PERSONNAGE DE L'AVATAR ; Jude Mathis (Tales of Xillia)


Mon histoire ...



CHAPITRE 1 – Chaque moments peu compter. Même les moins importants. (LE RESUME DU PERE)

CHAPITRE 2 – Un nouvel être ! (LA NAISSANCE DU FRERE)

CHAPITRE 3 – Le complot et les choix pré-destinés. (LES FUTURS ACTIONS DE NAOKI)

CHAPITRE 4 – Encore un ? (LA NAISSANCE ET L'ENFANCE DE NAOKI)

CHAPITRE 5 – C'était pas prévu ! (LE DRAME DU VILLAGE)

CHAPITRE 6 – Un nouveau départ. (L'ARRIVÉE AU JAPON ET SA VIE)

CHAPITRE 7 – Qui es-tu ? (RENCONTRE SON AMIE ET FUITE)

CHAPITRE 8 – Enfin. Une vie normale... (UNE VIE NORMALE... A PEU PRES...)



CHAPITRE 1 ~ Chaque moment peu compter. Même les plus importants.

Dans une vie, on a tous nos moments de gloire et de tristesse, certains solitaire, d'autres partagés... Et c'est en cet instant de 22 Février 1967, à 6 heures 24 du matin, qu'un couple finit par accoucher d'un enfant, un garçon qu'ils nommèrent immédiatement leurs enfant Novakhin. Cet enfant allait pour eux, représentait un grand avenir, un avenir juste immense, rempli de gloire, d'argent, de bonheur, de pouvoir et armé de compagnons en veux-tu, en voilà ! Bref, le fils modèle, et l'homme que tout le monde veut être, le modèle de tous, le guerrier sans fin et sans limite.

Évidement, ce ne fut pas vraiment le cas dés sa naissance, il ne fit que voler et emmerder les autre dés sa naissance. D'ailleurs, il emmerdait le monde, et il ne faisait que ça, faire chier son monde, c'était sa passion ! Il n'avait rien d'autre à faire, et dans la plus belle ville du monde, Paris, évidemment qu'il se prenait des rapports et des exclusions par-ci par-là ! Ses parent, en ayant marre, il remirent leurs enfant à sa place de la meilleur façon qu'il soit, du moins, ce qu'ils pensèrent :

- Écoute moi, mon fils, je ne pourrais point tolérer ton comportement actuel, notre famille est l'une des plus reconnues de toute la ville, et tu la met en péril, presque, est-ce que tu t'en rends compte ? dit la mère d'un ton assez sévère.

- Et alors ? J'm'en tape, je fais c'que j'veux, j'bosse pour moi ! dit-il en rigolant.

Le jeune garçon sauta par la fenêtre de ses parents, il continuait de rigoler, se moquant visiblement d'eux.

Novakhin se fichait bien de la vie qu'il menait, il voulait juste faire le con et tout ça, après tout, c'était un gamin qui ne faisait que vivre, comme la plupart des jeunes de son âge. Et bien plus, même ! Il escaladait les toits, il emmerdait parfois les flics, il adorait emmerder son monde, comme dit plus tôt. Bref, son enfance se passait en gros dans l'amusement et l'emmerdement des autres. A vrai dire, c'était plutôt... Amusant !

Un beau jour, sous le soleil, à l'âge de ses 17 ans, environ, alors qu'il bossait pour son père, il vit une fille, dans la rue, elle avait l'air perdue. Il s'approcha donc vers elle, lâchant ses briques pour aller rejoindre la demoiselle. Il travaillait dans une usine, donc bon, comme les usines était un peu courantes à cette époque, il décida de faire une pause, laissa son matériel au sol. Il mit donc sa main grasse et salle sur l'épaule de la demoiselle, lui demandant d'un air doux et tendre

- Salut, tu ne te serais pas perdue ?

La jeune fille se retourna en pleure vers Novakhin, venant enlacer la jeune homme le plus fortement possible. Sur le coup, ça le fit énormément rougir, mais il enlaça également la demoiselle, lui demandant avec toute son attention, tout son soutient et sa générosité, d'un ton serein et rassurant ~

- Racontes-moi... Qu'est ce qu'il ne va pas.

- Mes parents... Ils sont... sont morts... On les a tués... dit-elle alors qu'elle était en larmes...

Sanglotant dans les bras de Nov', ce dernier lui embrassant son front, la réconfortant dans ses bras. Il lui soupira de lui dire qu'elle ne risquait rien, que tout irait bien, bref... Quelques mois plus tard, il furent tout les deux, colocataires cachés. Seul les parents de Novakhin était au courant de l'existence de la jeune demoiselle. Elle prenait des cours chez eux, c'était presque devenu comme une sœur, pour le jeune homme, tant bien qu'un jour, en pleine journée, alors que les deux parlait, la fille au nom de Lucie, finalement, vint se rapprocher un peu du jeune garçon. Il ne s'attendait vraiment pas à la suite, et Lucie, donc, vint enlacer le garçon au niveau du cou, déposant tendrement ses lèvres contre les siennes. Les deux profitèrent du baiser, et Lucie arrivait après plus d'un an, à avouer les vrais sentiments qu'elle avait pour le jeune homme...

Au final, un couple se forma laissant un futur assez heureux, rempli de mystère, qui sait... En attendant, Novakhin Okinawa et Lucie Gautier finirent par se marier, en ce jour de 27 Mars 1987. Le couple fut heureux et mirent au monde un enfant qu'ils ne regretteront jamais, du nom de Ludovic. Ludovic Okinawa, fils unique durant 5 années entières.


CHAPITRE 2 – Un nouvel être !

Les mariés en question dont nous avons parlé dans le chapitre précédent, mirent au monde un enfant, qu'il appelèrent Ludovic et qui porterait le nom de son père. Ludovic Okinawa. D'ailleurs, Novakhin était d'origine japonaise, donc il a été mené en France à peu près normalement et légalement, donc bon. Il chercha un moyen serein de faire étudier le fils qu'il avait mit au monde, donc. Un jeune garçon sympathique, sérieux et moins turbulent que son père, et à l'image de sa mère, Ludovic Okinawa, première fils de la famille Okinawa

A son plus jeune âge, on vit Ludovic brillait dans ce qu'il faisait, aussi bien qu'il appris à lire à l'âge de quatre ans. Son père lui donnait déjà des cours pour rigoler, pensant qu'il oublierai tout, mais non, Ludovic avait une incroyable capacité tout retenir, à tout apprendre facilement, qu'importe la façon dont c'était expliqué, il ne l'oublierai sans doute pas. Pareil, les maths n'était pas une question d'apprendre, mais tout était dans la logique, les mathématiques paraissait pour lui si évident, alors qu'il n'avait que 5 ans, si ce n'est 4 ans !

Et alors qu'il progressait un peu dans ses études, le garçon finit finalement par apprendre tout ce qu'il se passait, toute les histoires du passé qu'il pouvait connaître, bref, tout ça, bref, quand il appris donc qu'il allait avoir un frère cadet, il était inquiet. Après tout, il se faisait chouchouté par ses parents, à droite à gauche, c'était tout ce qu'il rêvait, être seul avec ses parents, et puis tout le monde connaît bien les relations fraternelles, hein ? C'est souvent la mouise. Bref, il réfléchit quand même à comment garder SES parents alors qu'un frère allait venir l'importuner dans sa vie. C'était clair et net, il n'y ferais pas grand chose, il serait jaloux, et puis voilà...

Alors que sa mère allait accoucher, Ludovic réfléchit à pourquoi il aurait du avoir un petit frère, c'est vrai, les préservatifs existait, était-ce fait exprès ou non, qu'ils veulent garder un enfant en plus ? Sans doute que non, vu qu'ils se seraient protégés, en cas. Mais bon, il soupira longuement à l'idée de pensé à tout ça, et il décida d'écrire sur du papier, écrire, écrire et encore écrire, sans but, sans objectif précis, il écrivit sans aucune raison apparente. Une soudaine inspiration lui venant et ça l'inquiétait lui-même, un peu. Il ne savait pas pourquoi il écrivait, ni pour qui il faisait ça, mais il écrivait sans relâche, sans s'arrêter, l'inspiration lui vint soudainement, très soudainement... Trop soudainement !

Alors que les parents commencèrent à s'inquiéter, pour le petit qui allait naître et pour leurs enfant écrivain. C'était un peu flippant tout ça, et bien que les parents obturent leurs second enfant 5 ans après le premier, ça ne dérangeait finalement ni le père, ni la mère, ni Ludovic. Bien que l'accouchement se passa assez bizarrement...


CHAPITRE 3 ~ Le complot et les choix pré-destinés.

Finalement, un nouvel être arriva, en ce bas monde. Un être que l'on qualifierai de calme et doux, aux attributs de sa mère. Aux yeux d'ambres et mains fines. Déjà, pour un bébé, il était un peu maigre, mais pas bien fin non plus. Sa mère le chérissait plus que tout au monde, son père ne se pointait pas de commencer à l'éduquer, il préférait s'occuper du frère aîné, qui était pour lui nettement plus mature. Quand au frère, c'était différent... Il détestait son frère comme un vulgaire rat d'égouts et pendant 5 bonnes années, il le traitait comme un vulgaire rat d'égout. Ni plus, ni moins, et c'était pour lui dur à supporter. Il n'osait pas le dire, mais il était jaloux du nouveau venu... Naoki.

5 mois avant la naissance de Naoki, les parent réfléchissait à leurs enfants, ce qu'ils deviendraient plus tard quand il sera grand. Dans le salon, un soir, tard, vers environ minuit et demi, le couple discuta alors... Le père s'alluma une cigarette, sa mère prit un verre d'eau, les deux s'assirent sur le canapé, tandis que le frère écoutait discrètement la conversation.

- Notre fils, je ne sais même pas si l'on pourra le gérer normalement... dit le père d'un ton un peu blasé

- Comment ça ? répliqua la mère

- Eh ben, avec les cours, et tout ça... En plus, j'ai des problèmes boulot, ces temps-ci.

Des problèmes ? L'enfant qui écoutait discrètement la conversation ne comprit pas vraiment. Son père était banquier, comment peut-on avoir des problèmes en livrant des lettres et en déposant de l'argent ?

- Oh, seigneur, je t'avais dit de na plus jamais refaire ça... Tu l'as tué ?

- Tu crois que j'ai eu le choix ? J'aurais pas voulu finir en prison ! Déjà que notre fils actuel risque de se faire torturer si on s'en va sans prévenir que...

Non, non, non, non et non, c'était hors de question ! Il ne voulait pas être torturer ou quoi que ce soit, et il courait dans sa chambre, faisant un vacarme monstre, mais pas trop pour éviter tout ça.

Depuis ce jour, il savait qu'il n'allait pas aimer son frère. Il avait une chance de se faire torturer, il na savait pas pourquoi, mais il se mettait tout le temps en tête que ce serait la faute de son frère cadet. Il tremblait dans son lit, pendant à son futur. Une vie calme et sereine, c'est tout ce qu'il demanderait, de toute façon. Il savait qu'il n'en aurais pas, alors il se contenta d'attendre, voir ce que le futur lui réserverait, voir si il allait vraiment se faire torturer.

Une beau jour de 13 Août 1994 à environ 23 heures, des coups de feu se firent retentir et une explosion fit détruire l'arrière cour de la villa Okinawa. Le jeune garçon fut surpris, et son père, prit son fils par la main, le faisant certes, courir énormément, mais rapidement, jusqu'à le pousser dans une fourgonnette grise, le femme du mari passant à l'avant. Il démarra la voiture, qui encaissait des dégâts de tout les côtés. La femme respirait de plus en plus rapidement, et transpirait de plus belle. Le fils s'approcha et le mari conduisit en même temps, les deux se demandèrent si c'était vraiment du au stress.

4 ou 5 heure plus tard... En pleine autoroute, la famille souffla un bon coup, mais la mère avait l'air vraiment tendue et stressée. Ils savaient que ce n'était plus du à ça, mais elle allait clairement accouché, ça faisait 8 mois et demi qu'elle était enceinte et quelques mois qu'elle commençait à avoir mal au ventre. Elle savait qu'elle allait accoucher. C'était pas vraiment le moment, mais le père plaça sa femme à l'arrière du véhicule, faisant ce qu'ils pouvaient.

Le père tenter de calmer comme il put sa femme, alors que le fils se mit à conduire mais vraiment n'importe comment la voiture. Il avait déjà vu son père faire et aurait pensé ça facile, mais finalement, il galéra plus qu'autre chose. Si les personnes de la voitures ne se seraient pas accrochés, il serait sans doute tous passé à travers la vitre de la voiture. La voiture n'était plus, certes, mais les gens du péage, eux, vinrent vite apporter ce qu'il fallait, soit, ciseau assez épais et eau bouillante.

Une heure d'attente, les deux personnes attendirent, tout en entendant les cris de la mère. Le fils finit par aller voir, puis le père suivit au bout de quelques secondes d'hésitations, la femme finit par accoucher. La femme qui s'occupait de faire... « sortir » l'enfant de la dame s'exclama avec joie ~

- C'est un garçon !

Novhakin soupira de bonheur à l'idée d'avoir un nouveau mâle dans la famille. Sur le coup, il rigola de plus belle, content qu'il ai accouché ici, et dans ces circonstances. Pour une fois que quelque chose de vraiment pas normal se passait, dans sa vie. Certes, sa vie à lui-même n'était pas commune, mais quand même. Accouché dans un péage n'était pas fréquent non plus, en tout cas. Mais passons, il s'approcha de la dame en souriant, prenant l'enfant dans les bras :

Il s'appellera Naoki Okinawa...

Dit-il en souriant. La mère se reposait un peu, elle en avait besoin, elle avait souffert pour mettre cet enfant au monde. En revanche, Ludovic s'en foutait et les autres personnes étaient émue. C'est ainsi que Naoki vint au monde, dans cette civilisation perdue de l'autoroute de Paris. En cette matinée du 14 Août 1994, née un jeune garçon nommé Naoki Okinawa. Et sa vie ne faisait que commencer.


CHAPITRE 4 – Encore un ?

Deux enfant pour une seule famille. N'est ce pas merveilleux ? N'est ce pas la principale chose au monde que vous auriez voulu ? Ce que Novakhin voulait, en tout cas, c'était d'être père de nombreux enfants, bien qu'il savait que plus de deux enfants amènerait beaucoup trop de problèmes à sa famille. Lors de la naissance de Ludovic, il sentait déjà les problèmes arriver. Et même si le benjamin de la famille aller sans doute attirer beaucoup plus d'ennui, la question ne restait pas là. Il avait ce qu'il avait toujours voulu, deux enfants, une femme et une vie pas comme les autre.

A l'âge de 3 ans, Naoki savait déjà ce qu'il voudrait faire plus tard, bosser dans les travaux pour son père. D'ailleurs, son père ne bossait pas vraiment dans une entreprise qui lui était fourni à son nom, non. C'était plus une sorte de couverture qu'autre chose. Il ne s'était d'ailleurs pas fait attaquer par hasard avec toute sa famille, ah ça, non. Il demanda à Ludovic de le rejoindre, voulant lui parler. Sérieusement, de quelque chose qui allait sans doute le troubler :

- Mon fils, tu m'écoutes ?

- C'est bon, arrêtes de m'appeler comme ça, j'ai plus 5 ans et la renaissance n'est pas prêt de revenir... Qu'est ce qu'il y a ?

- Oh ! 5 ans, bientôt 6 et tu connais déjà l'époque de la Renaissance ? Tu es bien comme ta mère, toi.

- On me le dit souvent...

- Bref... Écoute, mon fils, je... Je ne te l'ai pas dit, mais tu te souviens tout à l'heure ? Quand on s'est fait agresser.

- Comment tu veux que j'oublie ça ? Abruti de père...

- C'était de ma faute !

- Gnu ?

- Écoute, et ne t'affole pas. Seule Lucie est au courant, je voudrais que tu le dises à ton frère si jamais il lui arrive malheur.

- Pourquoi est-ce que... ?

A peine la conversation avait commencé que Ludovic s'inquiétait déjà. Son père ne parlait pas d'un ton très rassurant, et bon, de toute façon, il fallait s'y attendre. Parler de quelque chose comme ça après un tel événement. Ce serait de toute façon pas facile, mais il le fallait bien, pourtant. Un jour ou l'autre, il l'aurait su. Après une bonne heure d'explication sur le péage, alors que les autres personnes s'occupait du bébé et que la mère dormait :

- Alors comme ça, tu...

- Utilises ce job comme couverture... Je fais mes trafics de drogue par-ci par-la... Et un jour j'ai foiré.

- Et maintenant on veut ta peau, plus la notre... Super...

- Demain, tu pars avec ta mère et Naoki, j'ai un contact au Japon, il vous prendra sans doute !

- Et tu le payes combien ? dit Ludovic en rigolant.

Le père sourit, tapotant la tête du jeune garçon en souriant. Il se retourna, prit son portable, et appela donc son contact du Japon. Ca allait lui coûter bonbon, mais quitte à payer cher, il allait mettre sa famille à l'abri. Ca oui.

Le lendemain, le bébé, le frère aîné et la mère, excepté Novakhin, se retrouvèrent à l'aéroport, avec un ticket d'avion pour chacun. Ils avaient la promesse que le père les rejoindrait, donc il ne s'inquiétait pas trop. Après tout, c'était le père, le robuste de la famille, donc bon... Une fois dans l'avion, il décollèrent tout les trois pour partir au Japon. Comme d'habitude, avion en retard, passager pas à l'heure ou à la bonne place, bref, le truc qui retarde le décollage. Et après une demi-heure d'attente, plus que quelques heures avant que la vie de Naoki change complètement et que celui-ci naisse vraiment tranquillement.

Ouais, euh, une vie normale pour un gosse, quoi. Prenait Naoki à l'âge de 5 ans, c'était pas vraiment ça. Prenait son père, c'était pareil, fuite, emmerdeur de première, pillard, bref, l'un des pires gars reconnu dans tout le Japon. Au final, ils déménagèrent vite pour, de un, éviter de trop mettre la pression sur les autres, de deux, éviter tout bêtement de se faire tuer parce qu'il manque 10Y sur le compte de la mafia. Oui, c'était possible, donc bon. Ils déménagèrent vite en campagne, là où la vie serait sans doute un peu plus supportable qu'en ville. Un petit village, assez loin de la ville de Tokyo, mais bon, autant faire avec. De toute façon, dans un village, on fait pas grand chose, à part... Vivre, lire, jouer et étudier. Voici donc la vie de Naoki, jusqu'à l'âge de 15 ans.


CHAPITRE 5 – C'était pas prévu !

Une vie normale, me direz-vous ? Disons oui et non, alors... Alors que Naoki menait sa petite vie sympa en campagne, que les rumeurs courrait, qu'il effectuer les petits travaux pour son père, bref. Une vie de campagne, quoi. Il travaillait quand même un peu à l'école, mais à vrai dire, il séchait énormément. L'école, c'était pas fait pour lui, il le répétait à longueur de journée. Il repensait à toute les fois où il aurait pu mener une vie normale. Ca le déconcentrer surtout dans ses révisions, aussi bien qu'il arrêta nettement d'aller à l'école, sans donner aucune raison apparente.

La famille menait une vie normale en campagne, son père bossait vraiment et légalement, pour changer, son frère, lui, étudiait d'arrache-pied, sa mère jouait un peu avec lui, ou alors, elle servait de femme de ménage, de bonniche de service, bref, de tout ce que vous voulez. Naoki se demanda réellement à quoi il servait dans la famille. Il est sûr que l'on ne lui avait jamais dit tout ce que vous savez à l'heure actuelle. Pourquoi je vous dit ça ? C'est simple...

Un beau jour d'Automne, alors que le jeune Naoki s'en alla dans la forêt cueillir des fraises, des bois pour une tarte que voulez faire sa mère (Peu original, certes), il entendit des coups de feu, quatre explosions et des cris à tu-tête. Apeuré, il ne bougea pas de là où il était, trop faible pour faire quoi que ce soit. Du moins, ce qu'il pensait. Une personne se dirigeait vers lui et en pleine panique, il se cacha derrière un arbre, se demandant que faire. L'ombre s'approchait de lui, et ce n'était pas bon signe, il s'en doutait bien.

La personne se montrait juste à côté du jeune garçon et comme il était caché, il hésitait entre fuir et attaquer. Il voulait absolument savoir ce qu'il se passait, alors il fonça sur l'homme, arrivant en pointant son poing sur l'estomac de l'agresseur, portant un coup assez puissant sur le coup. L'homme, avec son couteau donna quelques coups vers Naoki, que le jeune garçon esquiva sans problème. Et quand il donna un coup direct sur le petit brun, celui-ci pencha un peu la tête sur le côté, pris de sa main droite celle de son agresseur, puis il la retourna, il lui arrachant le couteau de la main, venant le lui planter dans la gorge par la suite.

Il n'arrivait pas à s'en rendre compte, il avait tué quelqu'un. Certes, en légitime défense, mais c'était pour lui, juste effroyable. Sur le coup il en trembla, avant de se prendre un violent coup de matraque dans le dos, puis un coup de poing en plain nez. Un gars l'attrapa, pendant qu'une dizaine d'autre assignèrent des coups de pied et de poing au pauvre Naoki. Il saignait de plus belle au bout de dix minutes d’enchaînements de coups de poings, les gens lâchèrent le pauvre garçon, l'un demandant :

- Il est où ton père ?

- P... Pour... Quoi... ?

Un autre gars lui redonna un coup de pied dans les côtes, criant un peu plus fortement

- Il est où ton père, bordel !?

Naoki, commençant à en avoir vraiment marre, se leva, venant foutre un coup de poings sur le gars juste devant lui, se faisant une nouvelle fois attraper par derrière, il recula avec son preneur d'otage, le faisant cogner contre un arbre, puis il lui donna un violent coup de coude dans la mâchoire, penchant un peu son buste pour esquiver un coup porter par un autre gars, il lui envoya un coup de pied retourné, puis il bris un morceaux de bois par terre, assez solide pour s'en servir comme sorte de couteau contre le dernier homme qui restait. Il esquiva trois ou quatre coup, puis se servit du morceau de bois comme couteau, pour transpercer la peau de l'homme devant lui, avant de se prendre un violent crochet dans la tronche.

Il finit à terre, exténué, il en pouvait plus, il saignait, et pas qu'un peu. Il devait se soigner, mais il n'avait plus la force d'aller jusqu'au village. Il se leva avec difficulté, évitant le regard des quelques personnes qui gardait la forêt. S'approchant encore un peu, il vit avec stupeur que le village était en feu, dévasté. Il cria, avant de courir vers les flammes et la fumée, effrayé du spectacle qu'il avait devant les yeux. Il vit son frère, gisant au sol, lui demandant de l'aider. Naoki s'approcha de son frère aîné, Ludovic, l'aidant à marcher normalement, à peu près. Il s'avança, vers sa maison, voyant sa mère et son père à l'intérieur de la maison. Il respira fortement et rapidement, se dirigeant vers eux.

La père était encore en point. Il saignait, mais il allait bien. Ils n'avaient plus de temps et devaient quitter le village le plus rapidement possible. Ils prirent une voiture qui n'était pas très loin d'ici, voyant à l'intérieur un pistolet et un pistolet-mitrailleur. Son père le regarda, lui disant d'un ton clair de prendre l'arme et de tuer les poursuivant. Il ravala sa salive, effrayé une nouvelle fois à l'idée de faire ça. *Comment est-ce que cela a-t-il pu nous arriver ?* pensa-t-il, alors. Alors que le père démarrait la voiture plus ou moins facilement, des gens rattrapèrent la voiture. Ce n'était pas des ennemis, mais des civils. Le père attendit quelques secondes en comprenant ceci, laissant les quelques personnes monter.

Suite à cela, tout le monde fut entré dans la voiture sans anicroche, si ce n'est le peu de place. La voiture démarra de toute vitesse, puis quelques poursuivant en moto voulurent détruire la voiture. Naoki réfléchit un court instant, puis tira sur cette bande de déraillé, sans pitié, les exterminant jusqu'au dernier. Cette fois-ci, ils n'allaient plus s'en sortir comme ça. Le père soupira, repensant à toute les emmerdes du passé, il se dit qu'il fallait retourner au Japon, mais pas à Tokyo.



CHAPITRE 6 – Un nouveau départ.

Se demandant si il restait des poursuivant, la famille Okinawa et le petit groupe de survivants du village, arrivèrent finalement dans une petit ville sympathique du Japon. C'était pas grand, mais c'était beau. Quoique, ça l'était un peu, en gros, la ville faisait la taille de trois villages, environ. Tous descendirent, Naoki lâcha ses armes, puis descendit à son tour du camion, mais en tremblotant. Il n'en pouvait plus, il était fébrile, après ce qu'il venait de faire, il tuait des gens en masse sous son arme et sous sa main, du sang et des reins venaient de paraître sous ses yeux... Il ne put se retenir, qu'une fois descendit, il vomit. Son mère se précipita vers son fils, lui demandant si ça irait. Le fils, silencieux, se contenta de le regarder, avant de s'avancer un peu. Le père de la famille avait déjà trouvé un moyen de se loger.

Une maison en appartement, rien de plus banal et discret à la fois, quatrième étage, bref, ce genre de chose. La maison était grande, belle et spacieuse, on aurait dit que l'on aurait pu y faire ce que l'on voulait. Le père rigola, en disant d'un ton assez marrant :

- Ressentait la fraîcheur, sentait cette douce odeur, et ce luxe pour un simple appartement !!

Une douce odeur ? Naoki ne sentait pourtant rien du tout. Il s'avança vers un endroit où l'on pourrait sentir quelque chose. D'abord, les toilettes, aucune odeur, alors que son frère, disait derrière que ça puait. Naoki s'approcha ensuite de le fenêtre, regardant les voitures la fenêtre. Son père lui ordonnait de fermer à cause de l'odeur de la fumée. Quelle odeur de fumée ? Il finit par aller dans la cuisine, sa mère préparant des nouilles avec une odeur appétissante pour toute la famille. Bien que Naoki disait une fois de plus ne rien sentir. Son père s'inquiéta sérieusement, et le lendemain, il l'emmena au médecin.

Le lendemain matin, sept heures et demi du matin, une grave nouvelle se fit apprendre. Sur ses cinq sens, Naoki en avait perdu un, l'odorat. Le médecin s'interrogea pas mal, ne trouvant en revanche, aucune solution pour soigner ça. Pendant une semaine, l'homme chercha sans résultat. Le cadet de la famille allait devoir vivre comme ça toute sa vie, sans odorat et sans vraiment beaucoup d'éducation, vu qu'il n'irait plus à l'école avant un moment, son frère non plus, d'ailleurs, oubliant la plupart des trucs qu'ils avaient appris.

Entre temps, son père avait initié son fils au combat au corps à corps et à l'arme à feu. Il avait appris à encaisser, à ressentir la douleur, mais aussi à fuir, à escalader, en toute vivacité. Il en aurait sans doute besoin toute sa vie. Il finit son apprentissage au bout de 7 mois. 7 mois de travail sans relâche sur le survie, avec son frère. Il ne savait désormais faire que ça. Il ne pouvait limite plus se faire des amis ou autres. Bien que Naoki s'en foutait royalement, alors qu'il sortait pour aller faire les courses, des gens louches regardèrent Naoki de travers. Bon signe ou non ? Non, certainement pas... Il se contenta de tout prendre dans le sac à dos que son père lui avait donné, puis il l'accrocha bien fortement avant de commencer à escalader quelques toit pour s'en aller.

Très vite, en courant rapidement et en sautant de toit en toit, il arriva sur un toit désert, où il ne ressentait la personne de personne. Sur le coup, il respira un léger coup, tout ce qu'il arrivait à ressentir, ce n'était pas rien, mais du vide, du blanc, de l’inexistant. Ca l'aider déjà à respirer, c'est déjà un bon début. Il décida de retourner discrètement chez lui par sa fenêtre. Ayant donné les courses à son père sans rien dire sur ses poursuivants, il vola l'arme à feu de son père, la cachant dans sa chambre et il la prendrait si jamais il devrait s'en servir ou si il devait sortir. Il savait s'en servir, il l'avait montré, maintenant, s'en servir une seconde fois ne doit pas être bien dur.

Cinq fois encore, la même scène se reproduisit, mais sur des toits différents. Il ne se servait jamais de sa nouvelle arme, quand un jour, encore qu'il faisait ses courses et qu'il accédait au toit pour s'échapper comme si de rien n'était, trois ou quatre poursuivants débarquèrent, venant le suivre dans sa course pour l'attraper. Courant le plus rapidement possible qu'il le pouvait, une gazelle n'aurait sans doute pas fait mieux. Il sauta finalement sur un toit assez éloignés, laissant ses poursuivants mourir en tombant. Il s'accrochait de justesse au toit, c'était dur de tenir, quand soudain, quelqu'un vint lui tendre sa main. Il soupira en voyant que c'était père, et qu'encore d'autres personnes arrivèrent. *Ca ne se terminera donc jamais ?* pensa-t-il.

La course avec son père était quelque peu fatigante, mais néanmoins nécessaire pour échapper à ces fous furieux. Finalement, ils arrivèrent en douce à la maison, une nouvelle fois par la fenêtre, puis les volets, avant de regarder son fils dans les yeux, et de lui foutre sa main sur la joue. Ce n'était pas une claque, certainement pas, mais ça y ressemblait un peu. Novakhin se retira donc, laissant Naoki ranger les courses. Cette fois-ci, il n'allait rien laisser au pif, il allait finir de ranger les courses, avant d'aller regarder les archives de son père. Il fouillait vers minuit dans les dossiers, pour en apprendre un peu plus sur les activités de celui qui l'avait mis au monde. Et il s'avère être, que... Des informations plus intéressante tombèrent entre ses mains.


CHAPITRE 7 ~ Qui es-tu ?

Alors que Naoki enchaînait ses journées, comme un quotidien pas très naturel, et que lui trouvait tout à fait naturel, c'est-à-dire, métro, boulot, casse-dos, fuite d'eau, et fuite tout court, quelque chose vint bousculer au premier et second sens du terme, sa vie. Cette chose, qu'est-ce donc ? On a tous eu dans notre vie, des gens qui comptent à nos yeux, qui peuvent... Vous aider ou vous lâcher, et que vous ne pourrez oublier. Ces personne là, comptent généralement plus que tout au monde. Cette personne, Naoki l'a découvert alors qu'il commençait à bosser pour son père.

Son job ? S'occuper de la construction entière d'un bâtiment, apporter les matériaux, protéger les sites, tout ce bordel encombrant qui sert à presque rien, sauf peut-être l'importation des objets et du métal, pour le bâtiment. Enfin un travail honnête ? Même en sachant que derrière ceci se cache des trucs pas nets et assez louches ? Bref, Naoki enchaînait les journées épuisantes où il transpirait, où il travaillait d'arrache-pied. Bref, un beau jour, comme les autre, sous le soleil, alors que Naoki regardait aux alentours non loin d'un bar, faisant une petit pose, une canette à la main, il vit une fille assez jolie. Il voulut s'approcher d'elle, demoiselle qui se trouvait dans le bar, bien que celle-ci s'en alla.

Le lendemain, il revint à ce même bar, attendant que la jeune fille se montra. Pourquoi l'attendait-il ? Simple, il voulait faire sa connaissance. Oui, c'est stupide, attendre quelqu'un à un endroit que l'on n'a vu qu'une seule fois, c'est compter sur le hasard, et alors ? Il prit un simple jus de fruit, attendant un peu. Il se renseigna un peu sur la fille, elle avait l'air de venir souvent ici. Brooklyn Peeper, à ce qu'il paraît. Il attendit donc un bon moment. Une petite heure plus tard, environ, il finit par apercevoir la fille d'hier. Il demanda s c'était bien elle, oui, c'est bien elle, tout le monde, quasiment, le confirmait. Il voulut d'approcher quand le père de Naoki arriva, lui prenant le bras, en soupirant, lui disant d'un ton clair qu'il avait du travail sur les sites de fouilles.

- Mon fils, aujourd'hui, un gros boulot nous attends. Je te nomme responsable des sites de fouilles pour...

- Ferme-là !

- Pardon ? Je te prie de répéter, j'ai cru mal entendre...

- J'aimerais juste pouvoir avoir une vie en ville un peu normale. Je sais que tes parents ont été envoyés en France, je sais également que tu vas sous cette soi-disant, expédition, tu traînes un trafic qui vaudrait plus de cent millions. Alors laisse-moi faire ma vie, je suis assez grand pour me gérer tout seul, OK ?

Il dit ça d'un telle froideur, que l'hiver n'aurait sans doute pas annoncé quelque chose d'aussi froid. Le père resta bouche-bée, ne sachant que vraiment dire. Il ne revenait pas de ce que son fils venait de dire. Il ne s'attendait pas à de telles paroles, en tout cas, il voyait une chose dans les yeux de son fils, il le connaissait bien. Il savait très bien qu'il était amoureux. Pour la simple et bonne raison, qu'il travaille tout le temps, et qu'il a toujours une raison valable ne cas d'absence, il détestait gaspiller du temps. Là en revanche, il l'avait retrouvé dans un bar, avec une fille plutôt jolie que tout le monde connaissait. Tout pouvait être envisageable, avec cette piste.

En effet, chose qu'il n'aurait jamais cru penser, Naoki était amoureux de la jeune Brooklyn., il venait la voir chaque jour au bar. Un jour, il décida de l'aborder, de lui parler, et de faire connaissance. L'approcher fut assez dure, surtout avec sa timidité, il n'avait jamais vraiment eu, ni d'amis, ni de compagne, alors il fit naturellement sa connaissance. Peu à peu, ils apprirent à se découvrir, Naoki, heureux d'avoir quelqu'un comme ça comme amie. Une si gentille et jolie fille. Enfin, ouais, gentille, quand elle veut, quoi. Il avait bien réussi à l'aborder, donc tout allait bien.

Un jour, Naoki emmena Brooklyn dans un lieu tout assez particulier. C'était le soir, et la ville resplendissait des lumières et de l'électricité de la ville. Les néons de la ville montrait une lumière agréable, et arrivés au plus haut point du parc, il la regarda dans les yeux, en souriant. Un bâtiment permettait d'aller encore plus haut, mais pour voir toutes ces lumières, s'était déjà suffisant. Il ressentait déjà quelque chose pour Brook, bien qu'il ne sut pas vraiment ce que c'était. Il avait son bras sur les épaules de Brook, et ça faisais un mois qu'ils se connaissaient et qu'il s'était rapprochés, tout les deux.

Le jeune garçon sourit regardant la belle vue qui s'offrait à eux. Il sentit un léger frisson parcourir son corps, puis il regarda Brooklyn en souriant, lui demandant d'un ton assez calme ~

- As-tu déjà ressentit une telle sensation, de fraîcheur, de calme...

Brook n'eut à rien répondre, elle avait juste l'air calme et posée, sereine et douce. Les deux profitèrent de la vue, en cette belle soirée, douce et calme et juste magnifique. Une belle vue s'offrait à lui, et la belle vie se montrait. Enfin, en quelques sortes... Ils avançaient tranquillement, rien pour les déranger, rien d'anodin, et pas de père qui vous fait la morale en vue. Voilà, tout les bons points étaient là. Tous ? En fait non, il restait un léger problème que Naoki n'avait certainement pas prévu...

Alors que la balade se poursuivait, et que la neige envahissait peu à peu la ville, Naoki repensa un bref instant à comment il en était arrivé là. Sans son père, il ne serait pas née et n'aurait jamais ressentit ce qu'il ressentait pour Brook à cet instant précis : De l'amour. Il commençait à être amoureux de Brooklyn, ça se voyait dans ses yeux, seulement. Et bien qu'il avait quelques problèmes ces temps-ci, il se contenta simplement de lui embrasser la joue. Il était heureux d'être avec elle, et il aurait voulu que ça dure. Comment ça ? C'est simple.

Alors qu'il s'apprêtait à avoue ses sentiments auprès de la jeune demoiselle, il ne put que rapprocher son visage de celui de la demoiselle, quand plusieurs personnes en costard-cravate débarquèrent. Ils n'avaient pas l'air commode, et en plus, ils n'arrêtaient pas de répéter, ''Trouvez ce Okinawa !''. Pris de panique, il se décolla de Brooklyn en vitesse, commençant à escalader un mur. Il sourit à sa douce, lui disant d'un ton assez rassurant qu'il reviendrait d'ici peu de temps. Et il le promit. Fuyant ses poursuivants qui commencèrent à lui tirer dessus, ils esquivèrent d'ailleurs Brook, se concentrant uniquement sur le jeune garçon. Celui-ci fuit donc ses poursuivants, sans se soucier de ce qu'il avait derrière lui, une larme à l’œil de ne pas avoir pu exprimer son amour.

Arrivé chez lui une nouvelle fois, il explosa la fenêtre, car l'ouvrir aurait prit trop de temps. Son père était armé d'un fusil de chasse et Naoki sortit son calibre .45, se demandant bien ce qui se passait. A peine le père sortit, que des coups de feu se firent retentir. Les derniers bruits étaient ceux du fusil à pompe de Novakhin. Tout allait bien, Naoki sortit, voyant son père comme il ne l'avait jamais vu avant, c'est à dire, en colère. Pas une simple colère, mais une grande colère, comme si quelque chose ne le convenait pas du tout.

Après avoir traverser tout l'appartement, et étant arrivé en bas, les deux personnages coururent vers la première jeep qu'ils voyaient, puis ils y entrèrent. Accélérant le mouvement, le frère et la mère étaient déjà à l'abri, apparemment. Il se contenta d'attaquer ses poursuivants, se servant des mitrailleuses qu'il y avait à l'arrière. La foule fut terrifiée et l'armée et les gendarmes débarquèrent rapidement. Le père et le fils firent de leurs mieux pour passer tout ça, ne revenant pas indemne pour autant. Et arrivés en dehors de la ville, la voiture se jeta à l'eau. Les personnes se demandèrent bien où ils étaient passés, et ils cherchèrent rapidement partout, sauf dans l'eau. Les deux en profitèrent pour sortir du véhicule, voulant se faire discret. Et pendant tout ce temps, ils se planquèrent où ? Dans la cave d'un appartement et ils restèrent anonyme pendant plus de 5 mois, ayant leurs nourriture grâce aux 'voisins'.


CHAPITRE 8 ~ Enfin. Une vie normale...

Ces cinq mois passés dans le noir, à l'abri des coups de feu, des recherches et de la police, ainsi que eau et pain comme seule nourriture, marquèrent à jamais Naoki. L'entraînement avec son père à pu s'approfondir, mais c'est tout. Il savait se battre parfaitement bien, il savait étrangler, tuer en discrétion, en gros, ce n'était pas la personne à énerver. Il finit par vite se retrouver perdu dans toute son histoire. Il écrivit sur un cahier, très mal, d'ailleurs, vu qu'il ne savait plus vraiment bien écrire, mais il écrivit quand même un résumé de toute sa vie.

Sa tête fit un peu plus claire, et quelques jours après, il décida de se reposer un peu. Sa force et son agilité avait largement augmenté, en plus de ça. Mais bon, alors qu'il dormait dans ce qu'il appela sa chambre, son père arriva en souriant, lui déclarant avec ce grand sourire :

- Mon fils, nous allons pouvoir sortir !!

- Ben putain, c'est pas trop, depuis le temps...

- Écoute, on a eu des emmerdes, ces temps-ci, alors, ne va pas en rajouter, c'est tout.

- Pff, et pour mon éducation ? T'as trouvé un lycée ?

- Oui, alors, euh, apparemment, c'est un lycée plutôt bien, euh... Tsubasa, l'est là le nom !

- Super, je vais m'éclater... dit-il d'un ton pas très enthousiaste.

- Ca n'a pas vraiment l'air de te faire plaisir...

Non, parce que j'aimais bien cette vie, mais bon, faut bien que je la quitte un jour ou l'autre, alors bon, hasta la bye bye, vie de merde !

Il finit par se lever, sortant pour la première fois en 5 mois de son trou à rat. La lumière l'éblouit, mais sa cavale, si du moins, on pourrait appeler ça comme ça, était finie. Résultat, il allait enfin mener une vie normale. Cette vie ? Elle allait commencer par les retrouvailles avec son amie. Brooklyn, car il pensait à elle, chaque jour. Jamais, il ne l'avait oublié. Jamais.


CODE :
Validé by la brillante Améthyste !


& toi !






PRENOM/SURNOM ; Tenshi ~ ♥
DATE DE NAISSANCE ; Ca te regarde ? 8D
SEXE ; J'suis pas un homme, mais ça veut pas dire que je suis totalement une femme ;-) (Je suis ni trans, ni hermaphrodite xD)
LIEU DE RENCONTRE AVEC LE FORUM ? J'en sais rien, je sais plus, je... N'ai plus de souvenirs sur ça xD
POURQUOI T'ÊTRE INSCRIT ? Parce que c'est un forum RP(H)
IMPRESSIONS SUR LE FO'; Bien ? 8D Non, vraiment, j'aime pas trop le design, bien qu'il ne dérange pas plus que ça, et le coup des groupes m'a bien fait rire, j'aime bien ! ^w^




Dernière édition par Naoki Okinawa le Dim 22 Jan - 18:21, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre faisant vraiment partie du forum «

Un fou ? Non,
Nagi Saotome !


■ Messages : 263
■ Age : 27
■ Orientation sexuelle : Lesbienne
■ Popularité : 317

Feuille de personnage
■ Année d'étude :

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 15 Jan - 0:00

(Tu vas pas me dire que tu veux pas qu'on poste sur ta fiche temps qu'elle n'est pas finie hein? ><)

Bienvenue et bonne continuation pour ta fiche <3
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Regarde bien cette étoile à droite au fond du ciel...

Un fou ? Non,
Améthyste Parker !


■ Messages : 331
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Dariophile
■ Popularité : 365

Feuille de personnage
■ Année d'étude :

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 15 Jan - 0:37

Bienvenu, amuse toi bien ici. Code bon. fligdmlifgjemzrhfdjhdg *o* Hum...J'avais envie. Bref, bonne chance pour ta fiche et au plaisir de te valider o/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Mini dieu/déesse

Un fou ? Non,
Ui Maeda !


■ Messages : 234
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 345

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 1ére

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 15 Jan - 7:09

Woh! J'vois qu'on a une romancière ici o.o Très bon choix pour le personnage x3 Sur ce, bienvenue, amuse-toi bien et bon courage pour ta fiche! ^w^
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre du forum

Un fou ? Non,
Alice Saga !


■ Messages : 57
■ Age : 23
■ Orientation sexuelle : Bisexuelle
■ Popularité : 77

Feuille de personnage
■ Année d'étude : /

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 15 Jan - 10:14

Bienvenu ici Naoki-kun ^^
Au plaisir de se rencontrer dans la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 15 Jan - 10:31

Eh ben l'histoire me coupe le souffle. O_O *veut la suite*
Sinon continue bien ta fiche et bienvenidos ! XD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 15 Jan - 10:49

Jude!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ♥ *moi fan de tales of xillia non XD*
Vivement la suite de ton histoire et bienvenue ici ^^
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admine sadique

Un fou ? Non,
Gloria !


■ Messages : 1677
■ Age : 25
■ Caractère : Bad Girl
■ Orientation sexuelle : Ahahah!
■ Popularité : 730

Feuille de personnage
■ Année d'étude : Quatrième

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 15 Jan - 16:34

Bienvenueuh Very Happy

Mumuses-toi bien parmis-nous ^^

• • • • • • • • • • •

Aider le peuple disent-ils? Mais qui se souci réelement du peuple?!

Clique ici!



Amv Elfen Lied [Condemned Memoir] par GTO1991

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Lun 16 Jan - 7:53

Merci à vous tous pour cette accueil (Même si j'suis qu'un DC [Moira Morten]) et d'ici environ Mercredi ou Samedi ma fiche sera finie ^w^
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Le Grand Dieu

Un fou ? Non,
Itsuki Yamazaki !


Tsuba-Points : 200
■ Avertissements : 0
■ Messages : 1436
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 1587

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 3 ème

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Mar 17 Jan - 19:31

Bienvenue :0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admine sadique

Un fou ? Non,
Gloria !


■ Messages : 1677
■ Age : 25
■ Caractère : Bad Girl
■ Orientation sexuelle : Ahahah!
■ Popularité : 730

Feuille de personnage
■ Année d'étude : Quatrième

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 22 Jan - 14:56

Tu dois peut-être ajouter encore deux chapitres, mais je te valide déjà ^^

• • • • • • • • • • •

Aider le peuple disent-ils? Mais qui se souci réelement du peuple?!

Clique ici!



Amv Elfen Lied [Condemned Memoir] par GTO1991

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 22 Jan - 18:18

Histoire enfin terminée !! ^^

Et merci pour la validation en avance =0
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admine sadique

Un fou ? Non,
Gloria !


■ Messages : 1677
■ Age : 25
■ Caractère : Bad Girl
■ Orientation sexuelle : Ahahah!
■ Popularité : 730

Feuille de personnage
■ Année d'étude : Quatrième

MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   Dim 22 Jan - 18:33

De rien Very Happy

• • • • • • • • • • •

Aider le peuple disent-ils? Mais qui se souci réelement du peuple?!

Clique ici!



Amv Elfen Lied [Condemned Memoir] par GTO1991

Revenir en haut Aller en bas




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Naoki Okinawa ~ Pour toi et è jamais... Je crois t'aimer... - Terminée !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINER] Un endroit lugubre pour un changement à jamais //Feat Alec, le diable//
» Hermione Granger ( terminée)
» Jamais trois sans quatre ! [Kendall - Terminé]
» Je suis née pour la fête pas pour la prise de tête ! - Henriette d'Angleterre {Terminée}
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: LE BUREAU D'ADMINISTRATION :: Présentation des personnages :: Présentations abandonnées-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com