[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Café de la plage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Café de la plage   Sam 31 Déc - 0:53

Comment recevoir une bonne paie en pleine période de cours ? Alors-là, en plein automne, j'avais fait fort. il faisait encore beau et chaud durant ce mois. Et beaucoup de monde se pressait à la plage pour profiter des derniers rayons de soleil de l'année. Là, j'arrivais, en tenue de plage, short et débardeur blanc et bleu, baskets au pied. Oui même si je devais chanter avec un groupe dont la chanteuse avait eu une perte de voix, j'avais quand même des détails qui me caractérisaient. mes tatouages sur tout mon corps, mes poignets de force en cuir. Comme d'habitude, tout le monde me regardait, moi la grande perche. J'arrivais donc dans les coulisses et discutais des dernières modalités avec le groupe, avant de nous lancer. Ça y est la danse macabre et sensuelle du rock était en route. Les guitares vibraient, la batterie tonnait, et moi je chantais, comme à mon habitude, de cette voix à moitié grave et cassée.

"Baby, you can't say yes, without my hand on your chest
I'm not your slave, just a blue wave
Who can rise you in the seventh heaven, little children
I feel your warm inside, baby stay at my side, I'll be you bride
During that night, we'll go into a flight"


Ça y est, nous nous lancions sur mes compositions, les jeunes sur la plage affluaient, curieux et emportés par nos mélodies plus ou moins provocantes. Ça y est, les gens dansaient, hurlaient de joie et nous regardaient admiratifs. Que j'aimais cette ambiance. Mais dans la foule, je vis un drôle de gars aux cheveux me regarder bizarrement. Une fois le concert terminé, je m'installais au bar après que les membres soient partis. Ils devaient filer à leur petit boulot. Cinq mille yen. Ça faisait du bien. Mais avec dix milles pour la hausse de consommation au café, c'était encore mieux. Je restais pensive, mon calepin en main, pensant à mes nouvelles paroles, quand le gars de tout à l'heure s'installa à côté de moi au comptoir. Je le regardais en coin, l'air quand même souriant :

"Euh ... Hello ? Are you a stranger ? Ou parlez-vous notre langue ?"

Les seuls mots qui me sortaient face à ce gars. Ouh il était pas commode à première vue. Ça sentait le roussi et bientôt le cramé dans pas longtemps...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Mar 3 Jan - 20:05

Le premier jour de cours d'Alistair était un vendredi, il se retrouvait donc dès le lendemain avec deux jours de libres. Il décida de sortir et de visiter les environs, aussi enfila-t-il une chemise blanche quelque peu déboutonnée par-dessus un jean noir, mis son pendentif en forme de croix et ses boucles d'oreilles, laça ses chaussures de cuir et revêtit sa veste si singulière avant de sortir de son appartement en centre-ville.
Il était d'humeur maussade ce matin-là, les souvenirs de la veille et de l'avant-veille lui revenant en mémoire. Son indéniable attirance pour Kenshi l'énervait. Il avait besoin de changer d'air et de se clarifier les idées.
Au fil de ses déambulations, il se retrouva en bordure de la ville, se dirigeant vers la plage. Il y avait de plus en plus de monde à mesure qu'il avançait, or la masse révulsait Alistair. Il s'apprêtait à rebrousser chemin lorsqu'il vit une troupe de gens s'agglutiner à un endroit précis de la plage, tandis que des notes de musique parvenaient à ses oreilles. Haussant les épaules, il se décida à aller voir, après tout cela lui changerait les idées d'assister à un concert.
Lorsqu'il arriva près de la foule, son regard s'attarda sur les musiciens qui jouaient avec fougue devant une foule en délire. La musique était retentissante, et la voix de la chanteuse faisait vibrer la foule.
Et quelle chanteuse. Sa beauté n'avait d'égale que la magnificence de sa voix. Alistair s'approcha, se mêlant à la foule. Il fixa la jeune femme, essayant d'oublier Kenshi. Il s'amuserait bien un peu avec elle, après tout les belles femmes étaient les proies les plus agréables à ferrer. Quand le concert prit fin, il attendit que la foule se dispersât et que les musiciens partent pour rejoindre la chanteuse au comptoir du bar.
Alors qu'il s'asseyait près d'elle, la jeune femme se tourna à demi vers lui avec un sourire et lui posa une question comme s'il était un touriste. Il est vrai qu'il venait directement d'Angleterre, et qu'il avait le type européen, mais il parlait parfaitement japonais, aussi lui répondit-il calmement, son air menaçant s'évanouissant à mesure qu'il parlait.


"Je viens d'Angleterre mais j'étudie ici, mademoiselle. Comme vous pouvez le constater, je parle suffisamment bien japonais."


Il lui adressa un sourire amical en prenant un air enjoué, puis il se tourna vers le barman et commanda un cocktail. Il regarda de nouveau la femme et reprit :

"Mais je ne me suis pas présenté, je me nomme Alistair"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Mer 4 Jan - 8:44

Oh oh...ça commençait à sentir le roussi...passer comme cela d'un air tout à fait renfrogné à un air sympathique, ça me mettait la puce à l'oreille. Ce gars avait une idée derrière la tête, mais quoi ? Fallait-il chercher loin pour se douter de ses intentions ? Non...Mais que voulez-vous, je suis la meilleure pour quelques fois me poser des questions inutiles. C'était donc un anglais ? Superbe et moi qui suis mi-anglaise de par mon père...donc je restais souriante malgré le fait que je repensais un moment à ma famille de fous pour dire à ce cher Allistair, vu que c'est comme cela qu'il se nommait :

"Ravie de vous rencontrer, moi c'est Estelle Mac-Leod. Oui mon nom et mon prénom ne sont pas typés japonais tout comme vous. Cela vient de mon père, le seul champion de karaté européen connu. Pardon de vous avoir prit pour un simple touriste, étudiant Allistair, mais je ne peux pas tout savoir. J'étudie moi-même ici. Ce qui nous fait un point commun. Mais bizarrement, je ne vous vois que peu en cours ou traîner dans un des clubs. Seriez-vous agoraphobe ?"

J'étais d'un humour massacrant en ce moment et pour cause, j'étais encore en train de me remettre de mes anciennes ruptures. Même si une rencontre au lycée m'avait un peu redonné le sourire. Quand je pense que je leur avait passé un de ces savons. Je souriais malgré moi, mais de façon plus lumineuse lorsque je repensais à ces deux personnes, perdant mon regard vers l'extérieur du café, dans l'immensité bleue de la mer. Secouant la tête doucement les sourcils haussés, je reportais mon attention vers Allistair, un ton moins sec et tendu qu'au début de la conversation :

"Parlons un peu de nous deux. Vous aviez une tête sympathique durant le concert. Qui vous a autant énervé pour que votre regard soit aussi tranchant qu'une lame de katana ? Je parie que votre problème de mec frustré doit être le même que celui de mes ex. Tenté de répondre ou j'analyse votre cas ?"

Décidément, je ne pouvais pas m'empêcher d'être cinglante et provocatrice à l'égard de cet étudiant. Il était beau, certes, mais il ne m'intéressais pas. Enfin sans doute pas pour l'instant. Il pouvait toujours bien essayer de me draguer, mais les piques cinglantes étaient préparées. C'est ça les jeunes filles expérimentées.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Jeu 5 Jan - 18:20

Le ton sec de la jeune femme et ses paroles cinglantes malgré son air chaleureux amusaient Alistair. La psychologie humaine était tellement intéressante que c'est dans le comportement des autres que le jeune homme trouvait de la distraction. Il éclata de rire aux paroles d'Estelle, puis il répondit d'un ton calme avec un sourire en coin.

"Non, je ne suis pas agoraphobe, je suis arrivé au lycée hier, cela répond-t-il à vos interrogations ?"

Il afficha un sourire de taquinerie où pointait une once de sarcasme. Puis il reprit avec amusement.


"Je ne sais pas quel "problème de mec frustré" avaient vos ex, mais je ne pense pas que vous saisissiez la raison de mon énervement de tout à l'heure. Rien d'important à tout le moins, une saute d'humeur passagère dirons-nous."

Il lui sourit et but une gorgée de son coktail d'un air détendu en regardant aux alentours. Il commençait à en avoir marre de parler comme un bourge. C'était son éducation et ses habitudes de "gentleman". Mais il lui prenait parfois l'envie de tout foutre en l'air et de laisser libre cours à sa démence innée. Certes, cela le décrédibiliserait un peu, mais après tout que les gens aillent se faire foutre, il était un grand malade et il avait envie de s'amuser vraiment ce jour-là. Assez de "certes", de "peu me chaut" et autres conneries. Merde, merde et encore merde. Il partit soudainement d'un rire tonitruant et regarda la foule au-dehors avec dédain. Tous ces cons amassés à la plage, attirés comme des insectes vers la chaleur du soleil, s'agglutinant comme des moutons et se faisant griller sur le sable. Ah. Ah. Ah. Mais qu'est-ce qu'il foutait là bordel ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Ven 6 Jan - 15:54

Alors monsieur Allistair faisait le petit mielleux dans ses paroles qui restaient d'un ton neutre et plat. Aucune musique ne sortait de sa voix. C'était ennuyant. Vraiment ennuyant. Pourquoi se contenait-il avec ce ton qui était désagréable pour des oreilles comme les miennes. Qu'il enlève son manche à balais dans ses fesses là ! Il est vrai que j'étais de famille noble aux traditions et protocoles très pointilleux, mais je me sentais plus libre que lui à ce moment là. Si Ran avait été là, en sachant qu'elle aurait été en caleçon et torse nu (comme toute androgyne de son type), elle serait passée derriêrelui et lui aurait donné la tape aux épaules qui lui ferait cracher son cocktail. Le pire, j'en étais sûre c'est qu'elle serait capable d'ajpiter : "Mais pète un plus mec ! Regade t'as tellement emmagasiné de gaz sopo' nauséabond que ça t'empêche de te déboucher ta voix." Oui elle aurait dit ça. Rien qu'à cette pensée, je me mis à éclater d'un rire franc et non dérangé. Un rire lumineux qui fut arrêté sur l'instant par mon compagnon de dialogue. Ouhla ! Même le rire du bouffon vert faisait pâle figure. C'était un beau mec, d'accord, mais il était VRAIMENT timbré et là pas comme une enveloppe. Je le regardais les sourcils haussés en me disant qu'il faisait vraiment pitié. J'avais le cas typique du psychotique bourge à mes côtés. Tout le monde le regardait d'un air hargneux et empli de dédain. Savait-il qu'ici ce n'était pas comme lui des petits bourges bien rangé dans leur vie qui traînaient ici ? Je soupirais, maintenant retournée complètement vers Allistair et lui balançais en pleine figure mon verre de mojito glacé à la figure. Alors que des gens commençaient à pester contre mon compagnon d'infortune, le silence se fit. Ma réputation faisait de moi une des jeunes filles les plus combatives mais respectieuse du genre humain. L'injustice, les insultes, je détestais ça et ce "pauvre" Allistair allait y goûter. Je me mis à fredonner l'air que son comportement m'inspirait :

It would be you're crazy,
But you don't make girls horny.
I think your ex girlfriend slap you coldly
Or it will be that black girl Kenshi.
A dark wing who's pretty,
But you can't have her easly.


Oui je savais beaucoup de choses sur les élèves. De nature curieuse et ayant l'ouïe fine, certains élèves laissent facilement traîner des infos croustillantes. Là, je me levais de toute ma hauteur, moi l'imposante fille qui avait connu bon nombre de cas sociaux. Alors ce n'était pas du tout déstabilisant de voir un "nouveau spécimen". Je l'attrapais de suite de mes mains aux épaules et le soulevais d'une traite en hauteur. Je ne perdais rien de mon sourire froid et je lui dis d'un ton chaleureux mais menaçant :

"Sache qu'ici tu es entre gens d'une même unité et non dans ta sphère bourgeoise. Si tu ne veux pas faire de massacre, tu vas me suivre sans broncher car sinon tu seras bon pou te faire opérer des os des épaules."

Je l'emmenais en dehors du café avec un sourire rassurant pour que les gens ne prennent pas part à cela. Une fois à l'exterieur, je remettais Allistair pied à terre et lui dis en explosant de rire :

"Tu es timbré, ok c'est cool mais là ça faisait pitié. Apprends à refroidir tes ardeurs, et respecte les autres. Tu peux te foutre d'eux que si tu les connais. Ça c'est des bonnes manières, et pas tes paroles mielleuses à deux balles qui donnent envie de vomir. Et pas faire un rire glauque digne de rule of rose ! C'est bon ? Tu es calmé ?"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Dim 8 Jan - 10:41

Alistair se reçut un verre de Mojito en pleine tronche et regarda Estelle avec un air un peu dément, faisant un large sourire malgré le liquide qui coulait de ses cheveux.

"Eh bien eh bien, qu'est-ce qui te prend de gâcher un si bon breuvage ?"


Il ricana doucement, et Estelle se mit à chanter avec mépris. Les paroles n'affectait pas Alistair - rien à foutre de ces conneries - mais le nom de Kenshi résonna dans sa tête. De quoi elle se mêlait, cette conne ? Son regard se fit plus noir.

"Laisse Kenshi là où elle est, on en a rien à foutre."


A vrai dire, le fait qu'elle lui remémore sa situation avec Kenshi le soûlait. Il ne voulait pas sortir avec elle bordel, 'faut arrêter de dire de la merde. Mais il savait au fond de lui qu'il y avait quelque chose avec cette fille. Et fuck.
Estelle le prit par les épaules et le souleva. Il l'écouta avec un regard mauvais puis se dégagea de son emprise avec dédain.


"Tu sais même pas de quoi tu parles ma pauvre fille. On s'en fout de la bourgeoisie ou du reste, et puis ça fait longtemps que j'ai pas assisté à ces conneries de réunions de riches de mes deux. Nan sérieux, ils me font tous gerber avec leur pédanterie à deux ronds. Okay moi aussi je parle comme eux mais ça va deux minutes, ils ne seront jamais comme moi. Et pauvre ou riche, un con reste un con d'ailleurs. Alors me fait pas la morale sur un truc qui n'a strictement rien à voir avec la situation présente. Si mon rire te gêne, c'est toi qu'est coincée du cul ma vieille."


La jeune femme l'entraîna dehors et il la suivit nonchalamment. Il l'écouta débiter encore ses paroles moralisatrices.

"Mais qu'est-ce que ça peut te foutre que je me marre ? J'ai le droit de rigoler comme tout le monde, c'est quoi ton problème ? Je te plaît pas ? Je suis trop "hors de la norme" pour les gens comme toi ? Rien ne t'oblige à rester avec moi dans ce cas, et viens pas me faire chier pour de la merde. Je suis fou, ouais. Et alors ? Les gens "normaux" sont chiants à mourir. Mais bordel faisons tout ce qui nous passe par la tête ! Ca m'amuse de jouer au p'tit gosse de richard, mais là j'en ai marre alors je change. Je suis ce que je suis, je me comporte comme je veux quand je veux. Un peu de folie dans ce monde plat !!"


Il la regarda avec des yeux flamboyants, puis enleva sa veste et se chemise soudainement, et les flanqua par terre, beaucoup plus à l'aise sans eux. Il se sentait plus libre. Et s'il ,e plaisait pas aux gens, qu'est-ce qu'il en avait à foutre ? Il trouverait toujours des proies à manipuler pour s'amuser, et puis il avait d'autres occupations intéressantes. L'être humain est le meilleur de tous les jouets. Le monde était son putain de bac à sable, et cette playmobil devant lui le soûlait et l'amusait en même temps. Il partit encore une fois d'un rire douteux, puis regarda au loin vers l'horizon en s'allumant une clope.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Dim 8 Jan - 13:47

Bzzzt wrong my guy ! Si tu croyais que j'allais m'énerver pour tes paroles qui valent même pas trois francs si sous, tu t'es mis le doigt ailleurs que dans les orifices supérieurs ! J'étais peut-être moralisatrice, mais lui il était carrément en cas de régression ! Un timbré avec une gueule d'ange. Si Ran avait été là, elle aurait filmé le gars et donné le trophée du plus taré des nihilistes. Céline aurait été sur le cul en voyant ce mec ! Mais moi, ça me faisait ni chaud ni froid. Je le regardais avec une mimique limite ironique et une bouille disant : "mais vas-y pète un coup mon gars, ça va te détendre" On aurait dit Dario, mon german brother, quand je l'ai rencontré en Allemagne à la compet' de karaté qui avait été organisé pour les championnats juniors du monde. Même état de folie, même flamme glauque qui pouvait faire peur au commun des mortels le plus naïf et pétochard qu'il soit, sauf que là, Mr Allistair avait devant lui une fille qui avait vu presque tous les cas possibles pouvant être jeté en hôpital psychiatrique. Je ne faisais que hocher la tête avec un air complètement évasif, me fichant un peu de son discours de pseudo-flambeur. Je pensais à ce moment là à du rock, du Joe Cocker "Unchained my Heart". Ça me faisait un bien fou et ça résumait cette fichue situation. Quand il eut fini enfin de faire son demi naturiste et de commencer à élire le pape, c'est avec un sourire bêta, car je savais pertinemment ce qu'il pensait de moi à l'instant que je dis tout bonnement en applaudissant :

"Bravo, tu as fini de faire ton Tarzan en manque de coke ? Si je te saoule, petit timbré redécoré au mojito, tu n'as qu'à te casser. Mais si tu crois pouvoir jouer aussi facilement avec mes nerfs, c'est que tu es entré à la mauvaise école. Je sui aussi calme et frigide qu'un glaçon dans un whisky pur malt. Et au contraire, je ne fond pas pour toi. À vrai dire, tous les mecs sont timbrés et pervers sous mon regard, maintenant et toi tu es juste le pic de l'Everest. Mais ça me fait pas l'ombre d'un rictus de douleur. Tu veux continuer ? Vas-y, essaie."

Je fis un sourire sarcastique. Aller, vas-y, j'attends toujours, mon gars. Je n'étais pas garçon manqué pour rien.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Mer 11 Jan - 19:24

Il lui jeta un regard plutôt froid. Puis, un petit rictus se dessina sur ses lèvres et il s'approcha d'elle doucement.

"T'es une comique toi, on dirait. Mais qu'est-ce qui te fait croire que j'essaye de jouer avec tes nerfs ? Je réponds à ton discours à deux balles, ça s'arrête là."

Il lui adressa un grand sourire en fumant tranquillement, puis s'étira et regarda autour d'eux. Du sable, du sable, des cons, du sable, un bar, un palmier, du sable, du sable, de l'eau, du sable, et encore des cons. Tout un programme.

"La plage... Ça m'a l'air vachement rasoir comme truc", fit-il avec une moue dubitative. Puis il avisa des jeunes en train de jouer autour d'un filet, plus loin sur la plage. Il se retourna vers elle avec un air un peu blasé. "Ça te dit un beach volley histoire de s'occuper un peu ?"
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Café de la plage   Jeu 12 Jan - 22:23

Je regardais Allistair en haussant les sourcils, avec un petit sourire chaleureux. Les mecs pouvaient être de vrais bébés cadum avec juste une simple réflexion tranchante. Des sucres qui étaient selon leurs mots : forts ? J'explosais de rire quand il me dit que la plage c'était rasoir. Je secouais la tête et je lui souris franchement en haussant les épaules :

"Juste que tu ne sais pas où trouver les amusements. Tu vois l'eau là bas ? Moi j'adore y aller pour me sentir bien dans ce cocon de fraîcheur où tu es seul avec toi-même. C'est reposant, calme, frais et personne ne peut venir te séparer de tes pensées. Tu te vides au fur et à mesure pour ne faire qu'un avec l'eau. Mais si tu veux faire du beach, pourquoi pas."

J'enlevais mon short et mes chaussures de plage pour être plus à l'aise sur le sable et mieux me déplacer. Une fois bien déshabillée et préparée pour le beach, je regardais Allistair avec un air amusé. Oui, j'avais envie de m'amuser. Je pris sa main et je le tirais en chantant une chanson que j'avais envie de remettre en vue du genre de mon groupe :

I sit next to you,
you look the other way
You saw me falter
for one second of the day
Why am I so invisible to you?
Sometimes I hate you more
than you could ever hate yourself

But I love you,
would do anything for you
You don't even see
that I'm in pain
Frustration became humiliation
Waiting outside for you
in the pouring rain


Je tirais ainsi Allistair jusqu'à l'air de Beach Volley où je retrouvais de vieilles connaissances de bars ou discothèques. Je leur fis un salut chaleureux et je lâchais quelques minutes Mr Bougon face. Une fois mes saluts faits, j'allais chercher Allistair pour leur présenter avec un grand sourire :

"Je vous présente Mr Bougon. Eh non, ce n'est pas Mr Univers, mais on va faire avec. Il est sympa, mais susceptible et timbré, alors attention à vos fesses ou il va vous les trouer !"

Je me penchais un peu en regardant avec un air malicieux Allistair, l'air de dire : aller reste naturel et essaie de t'intégrer. Fais un effort ok ? Tu vas voir ce sera plus amusant. Je dis en frappant mon poing contre mon coeur :

"Moi et Allistair on va vous mettre une taule, les gars. Vous aller manger le sable ! Aller !"



Je faisais mine de retrousser mes manches en tirant la langue tandis que je me mis à chanter de nouveau pour me donner du coeur à l'ouvrage sur ce qui allait se jouer en sautant comme une folle à chaque Liar du refrain. Je gardais quand même le rythme, quand les gens me regardèrent alors que semblait partie dans mon impro comme si j'étais en concert, l'air sérieux et la voix forte, retraçant toute la force de la chanson. Une fois fini de me donner en un spectacle assez sérieux sur le coup, tout le monde roulait des billes et je haussais les épaules en disant juste :

"Bah quoi ?"
Revenir en haut Aller en bas




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Café de la plage   

Revenir en haut Aller en bas
 

Café de la plage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» ? Le café, ça tache ? | Alix & Ewen
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Seul sur la plage (libre)
» Suicide et combat sur la plage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: Bavardages & Co :: Corbeille à RP-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit