[Hentaï, Yaoi, Yuri autorisés !]
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Clique ici pour voir l'histoire...  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur le rebord d'une fenêtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
▪ Membre hyper cool

Un fou ? Non,
Ritsu Shinomiya !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 805
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 890

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ième

MessageSujet: Sur le rebord d'une fenêtre   Dim 2 Oct - 15:13

Ce cours avait été le PIRE de toute sa vie. Jamais elle ne s'était sentie aussi observée. Non seulement, elle était déjà en mauvais état car tout les évènements de la veille lui avaient empêché de fermer l'œil , mais en plus elle devait se ridiculiser devant sa classe? Génial. Bon, il fallait dire qu'elle exagérait peut-être un peu les choses. Elle n'avait eut que le regard de quelques personnes car elle avait souvent échappé son crayon ou tourné des pages bruyamment. Le professeur quant à lui était tellement habitué à la voir suivre le cours qu'il n'avait même pas remarqué qu'elle n'écoutait pas un mot de ce qu'il disait.

À la fin du cours, elle s'était - probablement pour la première fois de sa vie -, empressée de quitter la classe sans poser aucune question en ramassant ses choses sans porter attention à l'ordre dans son sac. Elle devait prendre de l'air et au plus vite. Aussitôt elle se dit que le mieux serait d'aller à l'extérieur, mais en chemin elle croisa quelque chose qui lui suffirait -d'autant plus que dans l'état où elle se trouvait, descendre les marches voulait très certainement dire ; " Se prendre les pieds dans un truc et les débouler. "-. Non merci. Du coup, comme je le disais, quand elle croisa une grande fenêtre ouverte elle s'arrêta, posa ses choses sur le sol et posa ses coudes sur le rebord de la fenêtre, humant doucement l'air frais.

La jeune Tashiko se mit à réfléchir et remettre ses idées en place. Il lui restait encore un cours, qui serait dans quelques minutes, avant d'aller se préparer pour son rencart. Car oui, ce soir elle avait un rendez-vous. Pas amical. Romantique. Au simple fait d'y songer, elle rosit un peu. C'était avec Toshiro. Ça, ça la fit rougit un peu plus. Elle repensa à ce qui était arrivé la veille dans la chambre du garçon. Ce baiser, qu'elle n'avait pu s'empêcher de prolonger. Cette fois-ci, elle posa le bout des doigts de sa main droite sur ses lèvres et s'empourpra totalement. Tout allait si vite. Ils se connaissaient depuis à peine trois jours et déjà ils s'étaient embrassés. Jamais elle n'avait rêvé d'une relation si...spéciale. Elle croyait que tomber amoureuse lui prendrait une éternité à force d'avoir rejeté autant de demandes car elle ne ressentait rien, mais elle avait eu tord. C'était vite et peut-être un peu trop pour elle.

L'étudiante ferma les yeux et prit à nouveau une grande inspiration. Elle ne pouvait pas penser à autre chose, certes, mais elle devait se calmer. Elle dériva un peu vers les choses moins troublantes. Que porterait-elle? Elle ne voulait pas encore se présenter accoutrée de sa classique jupe blanche, son petit chandail noir et de son boléro bleu. Elle avait bien une robe qu'elle aimait bien, mais convenait-elle à la situation? Le rythme de son cœur et la teinte de ses joues redevenait tranquillement normaux alors qu'elle y songeait...toutefois, elle semblait toujours aussi tourmentée de l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   Lun 17 Oct - 17:55

Comme d'habitude, ma journée de cours s'était terminée sur une note joyeuse...pour moi. Comme d'hab' quoi. Je fumais une clope en marchant gaiement. Et ouais, je peux être gay (lesbienne) et gaie en même temps ! Un problème ? Dites-le que je vous prenne entre quatre yeux ! Ouais, je fais pas dans la dentelle et ça vous em***** ? bah vous aussi, dégagez si ça vous plaît pas bande de kikoulol ! Je prenais de grandes bouffées de fumée et m'avançais dans les couloirs, me contrefichant à fond de ces soi-disant règles de vie. Le directeur pouvait nous dire de nous mettre en uniforme et moi j'arriverai en sous vêtements. Ouais, je suis une rebelle dans l'âme. Et m'interdire quelque chose que j'aime, qu'ils soient tous empalés, crucifiés, cisaillés ! Mais à part ça, j'avançais dans ces couloirs de couleurs pastel à vomir tout votre déjeuner. J'avais accepté ce sacré posté pour mon amie, ma chérie secrète...mais là, j'allais exploser un mur ! J'avais trop la gerbe ! Mais je vis dans ce couloir de paumés cette fille qui était à la fenêtre. Une minus toute mimi mais c'était pas mon genre. Moi la beauté doit être sauvage et mystérieuse. Là c'était du mimi pour les garçons timides. Je me mettais à côté d'elle et je la regardais en haussant un sourcil :

"Un problème ? Tu as l'air d'être préoccupée. Attends que je devine. Mimi comme t'es, une histoire de mecs ? Pardon chuis Nakagawa, la prof de français et littérature. Je me mêle ptet d'un truc qui me r'garde pas."

Je prenais une grande bouffée et je regardais le mur devant moi. Je sais, j'aide une fille mimi, et alors ? J'ai un coeur même si je suis folle et sadique ! Alors me faites pas ch*** ! Je regardais la fille, attendant sa réponse. J'avais envie de l'aider, elle faisait vraiment pitié ! J'étais peut-être pas le genre à qui se confier, mais je savais me démener pour les élèves dans le besoin...sauf les cons.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre hyper cool

Un fou ? Non,
Ritsu Shinomiya !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 805
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 890

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ième

MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   Mar 1 Nov - 14:06

Fumie sursauta en entendant une voix féminine, mais plutôt imposante tout de même, lui adresser la parole. Elle se tourna pour en chercher la source, et elle ne comprit pas tout de suite que c'était la jeune femme blonde juste à côté d'elle. En fait, elle crut d'abord avoir vu un homme et se dit qu'il était impossible d'associer un tel corps avec une voix de ce ton. Sa théorie fut brisée quand elle vit ses lèvres s'agiter en même temps que les paroles continuaient de sortit. Elle ne comprit pas la vraie identité de la personne s'adressant à elle jusqu'au moment où cette dernière fini par parler d'elle au féminin. L'étudiante se sentie un peu bête alors qu'elle rosissait, se retenant de s'excuser pour des raisons que l'enseignante ne comprendrait même pas. Après tout, Ran ne lisait pas les pensés, c'était logique! Il valait mieux faire comme si elle n'avait jamais cru avoir affaire à un homme.

Ôtant ses coudes du rebord de la fenêtre, elle se mit face à la professeur et se présenta en se penchant un peu vers l'avant, par signe de respect. Parce que oui, contrairement à la femme qui se trouvait devant elle, la petite Tashiko était d'une nature très polie en toute situation. Jamais elle n'avait crié ou même pensé des injures, si ce n'est qu'à ses petits frères parfois un peu trop collant - et elle n'avait pas tarder à demander le pardon à ces derniers -. Elle était bien trop sage et timide pour cela. L'adolescente affichait une expression déboussolée et gênée. Elle était terriblement embarrassée par le fait que la femme ait deviné la source de ses soucis aussi facilement. Ça ne l'empêchait toujours pas de commencer par la politesse avant d'user de l'aide de cette dernière, qui ne semblait pas si méchante que les rumeurs le disaient malgré son air quasi détaché.

" E-enchantée, Nakagawa-Sensei. Je suis Fumie Tashiko, deuxième année... "

Un silence embarrassant se posa ensuite entre les deux jeunes femmes. La lycéenne était incapable d'admettre se genre de chose à un membre du personnel. Elle avait l'impression de crier haut sur les toits qu'elle n'avait pas d'amis en acceptant l'aide de Nakagawa. Peut-être aurait-elle du tenter d'en parler à Machi avant de se coucher la veille, mais cette dernière semblait absorbée par son manga. Sinon, il y avait toujours Nanao, mais elle ne l'avait pas vu en cours aujourd'hui. De ce qu'elle avait entendu, son amie avait une réputation de délinquante. Ça ne devait pas être rare qu'elle sèche. À part ces deux là, elle n'avait pas d'autres copines pour l'instant. C'était une rentrée très agitée pour elle et elle n'avait pas de confidente, ça commençait mal. N'est-ce-pas? Obligée de s'avouer vaincue, elle détourna le regard en rosissant, regardant à nouveau dehors et replaçant quelques mèches de cheveux derrière son oreille avant d'admettre...

" O-oui...c'est à propos d'un garçon et je n'ai pas vraiment quelqu'un à qui en parler...alors ça ne...me gêne pas tant que ça. "

Elle disait cela, mais son ton semblait visiblement forcé. Croisant ses doigts ensembles devant elle, la nippone fixait ses mains pour se donner un peu de courage. Elle devait en parler, même si c'était à Ran. Elle ne voulait pas passer le reste de la journée à stresser comme ça. Si elle était comme ça juste à penser à Toshiro, vous imaginez de quoi elle aurait l'air au rendez-vous? Elle sourit maladroitement à s'imaginer, tremblante de panique, devant son...petit-ami. Oui, c'était ce qu'il était. Non? Ils s'étaient embrassés et s'étaient avoué leur envie de se rapprocher l'un de l'autre...c'était la base de ce genre de relation. Non? Rah, en fait, Fumie n'en savait rien. Oui, la petite paysanne était une nulle en cette matière. Si elle avait tant de mal avec l'amour, ce sera l'enfer rendu au sexe, me direz-vous! Et bien oui, mais on en est pas là, hein, heureusement.

" C-c'est...qu'on se connait depuis à peine trois jours et...tout va si vite. On s'est déjà em-...on a déjà eu un rendez-vous...dans sa ch-chambre. J-je ne sais pas trop comment je dois m'y prendre. Et puis on a un autre tête-à-tête ce soir. Je me demande ce que je devrais porter...c-comment je devrais le saluer. Je ne suis pas très habituée à ce genre de relation. Ça me...trouble un petit peu, je pense. "

Naïve comme elle est, vous devinerez que la jeune japonaise ne comprenait pas du tout à quel point ses paroles pouvaient sembler louche de la façon qu'elle les avait présentées. Espérons juste que Ran comprendra qu'elle est tout simplement très timide et déstabilisée...espérons, car sinon ça risque de devenir encore plus gênant pour la jeune Tashiko...très gênant même...
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   Jeu 3 Nov - 12:52

Putain rien qu'à la tronche de la fille j'avais compris ! Encore une qui me prenait pour un mec. Mais merde quoi ! C'est pas que ça me déplaît hein ! C'est juste genre mon cliché personnel maintenant. Toutes les meufs et les ceums me prennent pour un homme. Et j'en profite dans certaines situations. Mais le genre de petite nonne comme la fille, là, c'était pas le genre que j'aimais chasser. Et puis elle avait déjà un petit ami à l'entendre là. Déjà trois jours et ces deux tourtereaux se posaient des questions. Bon j'étais pas tout à fait une référence en matière de maintien de relations, vu que je me tape pas mal de mecs, même si j'étais bien partie avec une élève d'ici, la sex Nier. Oui c'était un peu l'amour fou entre nous deux. Deux dominantes aux caractères de folles, chieuses comme pas possible. Les autres élèves avaient eu vent des rumeurs et maintenant quand ils nous voient, ils flippent. C'était tellement grisant de voir ça je vous jure ! Mais je vais pas m'éterniser sur ma vie, là. Il faut que j'aide cette petiote. L'AIDER ? ! Mais je deviens sensible en plus ! Bon avec les élèves ok, surtout les sages. Mais YA PAS ÉCRIT ARMÉE DU SALUT SUR MON FRONT QUAND MÊME ! Oui je me répète, mais c'est pour me justifier, bande de coqs ! Je la regardais, blasée et je me rallumais une clope. J'étais plus sympatoche quand je fumais, normalement. J'avais pas ma bouteille de vodka, le dirlo me l'avait piquée. Plus jamais je l'invite à boire ce con ! Je me mettais pas loin de la fille, et me mettais le cul par terre, les jambes un peu pliées. Je l'écoutais attentivement puis lui donnais mon avis :

"Je vais te dire. Te prend pas la tête. Il y a des relations d'une nuit et c'est pire. Il a l'air de vouloir s'accrocher à toi. Et tu peux dire embrasser, c'est pas le genre de mots qui me fait sauter au plafond aussi. Tu préfères rouler une pelle ? Là c'est dégueu. Enfin bon t'as un rendez-vous, saute sur l'occasion. Je te conseille de pas arriver en retard, ça la fout mal, sauf si tu as un empêchement urgent. Après en tenue..... *la regarde* Je dirai que tu serais pas moche dans une robe bleue à volants, avec des mis bas blancs à petits noeuds. Après tu veux lui offrir un cadeau ? Dis-moi tout, je me sens d'humeur aimable pour toi."

Elle faisait un peu pitié avec sa naïveté. Non mais si le mec était un sale pervers, il fallait faire gaffe quoi !

"C'est qui ton mec ? Un fou furieux ? M'étonnerai pas. Les fous dragueurs adorent se farcir les filles dans ton genre."

J'y vais jamais par quatre chemins, et si ça vous plaît pas, mettez vous un balais dans le *** !!!!!
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre hyper cool

Un fou ? Non,
Ritsu Shinomiya !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 805
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 890

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ième

MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   Lun 21 Nov - 16:52

Bonne nouvelle pour Fumie, la situation ne devenait pas plus embarrassante qu'elle ne l'était déjà suite à un mal entendu. Ran avait compris l'innocence de la jeune fille et la conseillait sans la gêner malgré son langage plutôt cru...il faut l'avouer. Observant la jeune femme s'asseoir, l'étudiante resta debout alors qu'elle l'écoutait avec attention. Elle n'était pas aussi à l'aise que son enseignante, vous le savez. L'idée de s'asseoir comme ça sur le sol, alors que la majorité des élèves circulaient dans le couloir, ça ne le plaisait pas plus que cela. Elle prenait donc le temps d'analyser chaque parole de sa conseillère qui semblait être parti sur un beau grand discours pour la rassurer. Les comparaisons et mots choisis étaient parfois un peu poussés, mais elle voyait où elle voulait en venir.

Il est vrai qu'un coup d'un soir, c'est encore plus rapide que sa relation avec Toshiro. Elle ne pouvait le nier, mais elle savait très bien que c'est le genre de chose qu'elle ne ferait jamais. N'empêche, la lycéenne comprenait très bien le point : elle n'avait pas à s'en faire si les choses allaient vite. Parfois, c'est comme ça et c'est MIEUX comme ça. Si elle restait trop réservée, ça pourrait devenir vite lassant pour Toshi'. Il est clair qu'il tenait à elle, mais ça n'empêchait pas qu'il puisse avoir peur de ne pas agir de la bonne façon si elle se réservait et trop et se montrait trop nerveuse. Elle devait aller à son rythme tout en celui de son amoureux pour qu'aucun d'eux ne soit brusqué ou ennuyé. Tout les deux avaient de grands efforts à faire, et elle était parfaitement prête à les appliquer. Elle hocha donc la tête, concluant sa première évaluation.

Les conseils suivant concernaient son rendez-vous de ce soir. Pour ce qui est du retard, la petite bleue ne s'en inquiétait pas. Elle était du genre très organisée et ne se présentait en retard que quand quelque chose d'imprévu venait se glisser dans ses plans...vous aurez devinez que dans la vie de la nippone, l'imprévu était aussi fréquent que l’alignement des planètes. La robe que la professeure lui décrivait ensuite correspondait parfaitement à un de vêtements de sa garde-robe. Elle était rassurée de savoir qu'elle avait quelque chose de convenable à porter pour la soirée et sourit doucement à la blonde, sans se priver de rougir un peu parce qu'elle avait bien vu que cette dernière avait prit le temps de l'examiner de haut-en-bas avant de mettre son avis en place. Ça la gênait un tout petit peu qu'on la regarde ainsi. Ce qui concluait la deuxième partie de ses analyses.

Puis finalement, il y avait la période question. Elle n'avait pas du tout songé à lui offrir quelque chose et se voyait mal courir en ville pour lui offrir quelque chose alors qu'elle ne savait pas du tout ce qui pourrait lui plaire. Bien que contrariée d'avoir aucune idée d'offrande, elle se mordilla un peu la lèvre inférieure avant de soupirer de déception et s'expliquer.

" Ce n'est pas que j-je ne veux pas...j'ai juste aucune idée de ce qui pourrait lui plaire et j'ai peur de trop m'en faire pour cela et gaffer sur autre chose. V-vous voyez ce que je veux dire ? "

Sans même s'en apercevoir, la japonaise se mit sur la défensive en entendant les propos que lança ensuite la psychologue d'un jour. Toshiro n'était pas un vulgaire dragueur. Il était doux et timide, un peu comme elle-même. Elle le voyait mal aborder des filles en tout genre pour coucher avec elles et ensuite les larguer. Non! Il n'était pas comme ça su tout. Elle devait bien le connaitre, ne serait-ce que de vue, vu son travail. La timide s'exclama donc pour faire comprendre clairement qu'elle était offusquée.

" Toshiro-kun n'est pas un fou ! I-il est très gentil et attentionné. Faites attention à ce que vous dites, professeur. "

Elle n'avait pu retenir ses paroles et elle rougissait. Elle n'aimait pas qu'on parle en mal de son petit-ami, même si ça n'était pas intentionnel. Elle était follement amoureuse, cette petite timide...bien plus qu'elle n'osait le penser.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   Mar 22 Nov - 6:20

J'étais tranquillement dans mon petit monde avec ma fumée et moi. Le pied, je vous dis. Les serpents qui vous caressent de leur douce odeur au parfum ambré, la fumée qui vient chatouiller de leur chaleur vot' ptit visage...le pied quoi ! Vous comprenez pas ? Zêtes non fumeur ? Bah vous comprenez pas mon bonheur alors dégagez, bande de stressés de la vie. *pousse les non fumeurs hors de sa tête* Jdisais donc que j'étais dans mon ptit monde à moi quand j'entendis l'nom qui me fit avaler de travers une bouffée de fumée et tousser comme une asmathique. J'avais la gorge complètement H.S pendant un ptit moment et j'ouvrais des yeux grands comme une bille de cinq centimètres. Je sentais mes yeux me picoter et je crachais un peu. Non mais ce nom, quoi, ça m'avait fait sursauter : Toshiro ! Le ptit blanc qui s'était paumé en plein bar gay ! Ya de quoi rire m'enfin ! J'allais pas raconter c'que je savais sur lui de toute façon. Non mais le ptit blanc et la ptite noire, rien de mieux dans un couple aussi coincé. Ma quinte de toux passée je me mis à exploser de rire et jdis d'une voix rauque comme dans les films d'horreur quand le découpeur vient vous trouver dans votre lit pour vous assassiner :

"Toshiro Raizen ? Haha...tu as tiré le gros lot de la timidité même. J'en sais quelque chose j'lai rencontré ce mec. Il a vraiment pas l'sens de l'orientation. Mais c'truc je l'garde pour moi. J'sais, je parle mal pour une prof de français. Mais Toshiro...c'est le couple le plus fantasque que j'ai jamais vu. Deux timides à la pelle. Mais où va l'monde ?"

Je disais ça sans me rendre compte que l'autre était là. J'agissais jamais avec tact de toute façon dans ce genre de critiques. Donc que ça blesse ou non je m'en fichais royalement comme du pire des abrutis de ce pauvre monde. Je réfléchissais quand même dans un élan qui arrivait un peu en retard au pétrin dans lequel je m'étais fourrée. J'suis p'tet une androgyne, j'ai une gueule à moitié efféminée, mais j'fais autant de bourdes qu'un mec. Et voilà que l'autre se met à devenir aussi rouge qu'un gyrophare. Non mais me fais pas ta ptite amoureuse transie, ce genre de trucs, ça me débecte à mort ! J'ai jamais été franchement amoureuse et ça changera pas ! Et si ça change, j'offre une médaille en chocolat au gagnant ! Quoique plus que la médaille...eh ouais j'suis aussi perverse ! Bon après cet aparté d'eau de rose et ptits oiseaux que me faisait la ptite noire, je sortais une autre cigarette et prenait une sacrée bouffée pour me remonter le moral après ces révélations. Je soupirais et regardais en me levant la toute petite avec un air complètement déphasé, les yeux mis-clos. J'avais retrouvé enfin ma voix normale, une voix grave avec un brin d'aigu :

"Donc récapitulons. T'veux faire une sortie avec Raizen ? Ok. De quoi t'as peur alors ? Faut te décoincer un peu et enlever le balais que t'as dans les fesses, chou. Et ne t'offusque pas de mes paroles, parce que c'est la vérité. Donc tu assumes ce que j'te dis, ok ? L'autre sera un peu plus entreprenant si t'arrive un peu sex et tout le tralala. Donc tu suis mon conseil vestimentaire, tu te décoinces un peu, tu lui achètes un truc pas trop cher quand même, genre je sais pas moi...des bonbons ? Non je déconne. Offre-lui un pantalon, un haut, un ptit bracelet ou un collier qui fasse mec et surtout pas de trucs coquins. Moi c'est ce que j'fais lors du premier rendez-vous pour éliminer les gars trop chiants. Après tu m'as pas dit où tu voulais aller à ce premier rendez-vous, naon ? Ou alors je l'ai pas imprimé vu que j'suis dans mon petit trip."
Revenir en haut Aller en bas

avatar
▪ Membre hyper cool

Un fou ? Non,
Ritsu Shinomiya !


■ Avertissements : 0
■ Messages : 805
■ Age : 24
■ Orientation sexuelle : Hétéro
■ Popularité : 890

Feuille de personnage
■ Année d'étude : 2ième

MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   Lun 28 Nov - 2:18

Les yeux de l'adolescente s'emplirent d’inquiétude quand elle entendit l'enseignante s’étouffer avec la fumée de sa cigarette. Bon, Fumie était plutôt contre la cigarette et se disait que dans un sens, la jeune femme l'avait cherché et méritait la toux qu'elle se prenait à l'instant...toutefois elle savait bien que la fumée n'était pas la seule cause de l'étouffement de Ran. Elle se pencha à côté de la blonde et posa délicatement une main sur l'épaule de cette dernière en se demandant bien pourquoi elle agonisait ainsi aussi soudainement...mais ça venait clairement de ce qu'elle avait dit. Qu'est ce qui pouvait donc choquer Ran Nakagawa, la prof la plus connue du lycée et crainte du lycée? Oui, c'était très intrigant pour l'innocente Fumi. Toujours accroupie à côté de cette dernière, elle écouta sa remarque.

C'était Toshiro? Le fait qu'elle soit en couple avec Toshi' avait causé tout ce cirque? Elle sourit maladroitement, un peu troublée. Il avait donc un mauvais sens de l'orientation? C'était bon à savoir. Elle ferait attention à ne pas trop le laisser guider leurs pas souvent. La nippone aurait bien voulu lancer quelque chose pour se sentir un peu moins mal à l'aise, mais elle ne trouva pas et resta donc attentive aux agissements de sa Sensei. Elle se leva et jeta un petit regard vers sa montre, remarquant que l'heure du prochain cours approchait à grand pas. Elle sursauta alors que la jeune femme reprenait la parole, ayant retrouvé son état normal. Comme tout à l'heure, elle tomba en phase d'analyse et nota mentalement chaque point des conseils de sa conseillère en ne faisant qu'hocher la tête pour répondre au question et confirmer qu'elle l'écoutait bel et bien.

Bon, je ne vous conterai pas de menteries. Elle afficha un air très offusqué en entendant la phrase traitant du balai dans son cul [Et voilà Ran, tu me fais écrire des trucs vulgaires dans mes RP's de Fumie è____é]. Bien sur, suivant les ordres de la masculine femme, elle se reprit en grimaçant un tout petit peu. Elle encaissa quoi. Des bonbons? Ah, oui, un vêtement c'était mieux... UN TRUC COQUIN? Comme quoi? Fumfum rosit sans même comprendre complètement la signification du sous-entendu. Elle commençait déjà à penser à le cadeau qu'elle lui offrirait alors qu'elle répondait à la question en regardant à nouveau sa montre.

" Hum...on va tout simplement se balader dans un parc. Pourquoi? "

Maintenant qu'elle y pensait...c'était une bonne idée de marcher avec son copain? Avec les propos de son interlocutrice, il fallait dire qu'elle avait soudainement un peu peur de se perdre. Mais elle serait forte et courageuse! Pour lui! Parce qu'elle l'aimait. C'est ce qu'une petite-amie se doit de faire, non? Sinon, elle se questionnait à propos de la question elle-même. Le lieu du rendez-vous était-il si crucial. Peut-être contenait-il un sous-entendu qu'elle n'aurait pas capté? Non, ce ne serait pas le genre de son 'Shiro...mais la petite japonaise restait terriblement naïve alors c'était normal qu'elle puisse s'en faire pour si peu. N'est-ce-pas?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Un fou ? Non,
Invité !



MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   Lun 28 Nov - 11:23

Punaise c'est vrai que l'temps passe vite quand on s'repose. Déjà l'heure de repartir au taff martyriser les élèves. De toute façon que j'me repose ou que j'martyrise le temps passe vite. Bientôt dans une quarantaine d'années si j'me fait pas surinter d'ici là je vais être mise dans la boîte à dominos et ressembler à la cendre d'ma cigarette. Je me levais et regardais la petiote en biais avec un sourire limite débile. La tenue que j'lui avait conseillé c'était pas pour se trémousser la nuit dans l'froid. Au parc en mini robe...non mais ces jeunes coqs j'vous jure ! Et pourquoi j'pensais romano ? Ça y est ça me débectais. Il faillait qie j'me tire avant de faire une overdose de barbe à papa avec des zosiaux et lapinous qui chantent autour de c'couple. L'image tordue digne des shojos gnangnan là ! Je râlais hyper fort en me tapant la tête de la paume de ma main. J'regardais la petite noire à nouveau et cette fois-ci avec un air vachement sérieux. J'lui dis, cash et sans pitié :

"J'vais être claire : si tu vas au parc juste en robe tu vas câiller. Prévois une bonne et longue écharpe ça pourra toujours te servir. Et aussi un manteau. J'ai pas envie qu'tu racontes que t'as raté les cours par ma faute. Et si tu l'dis, j'tassure que t'auras le savon le plus hard de ta vie entre mes mains. J'espère qu't'as compris. Bon pas tot ça mais j'vais t'laisser. 'fut bien que j'bosse aussi...gnihihihihi!"

Sur ce, j'repartais en jetant ma clope par la fenêtre avec mon rire de taré rauque qui résonnait dans tout le couloir.
Revenir en haut Aller en bas




Un fou ? Non,
Contenu sponsorisé !



MessageSujet: Re: Sur le rebord d'une fenêtre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur le rebord d'une fenêtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)
» Evasion (par la fenêtre ouverte)
» SOS pour le fleurissement de mes fenêtres !
» Nouvelle fenêtre de saisie de message annulée.
» agrandir la fenêtre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lycée Tsubasa: Sujet xxx ou Hentai interdit au moins de 16 ans! :: Bavardages & Co :: Corbeille à RP-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit